Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Histoire de la ville d'Halluin (Nord). Regard sur le passé et le présent.
  • : Publication relative à l'histoire de la ville d'Halluin 59250. Regard sur le passé et le présent.
  • Contact

Texte Libre


Vous pouvez
retrouver sur ce blog,

90 volets concernant les évènements

de la Guerre 1914 - 1918

et Halluin.

38 volets concernant les évènements

 de la Guerre 1939 - 1945

et Halluin,


ainsi que 30 volets consacrés à

La Libération d'Halluin en Septembre 1944.

unc.halluin.free.fr

marins.halluin.neuf.fr

1 volet sur l'Afghanistan et Halluin

3 volets concernant les évènements

de la Guerre du Vietnam

(1963 - 1975

 


4 volets concernant les évènements

de la Guerre d'Algérie
(1954 - 1962)

et Halluin

3 volets concernant les évènements

de la Guerre d'Indochine
(1946 -1954)

et Halluin

1 volet sur Les Colonies et Halluin

2 volets concernant les évènements

de la Guerre 1870 - 1871

et Halluin


2 volets concernant les évènements

des Guerres de Crimée (1854 -1856)
 d'Italie (1859)

et Halluin

Trois Grognards Halluinois de l'Empire,
Historique Militaire.

 

 

11 volets concernant l'Histoire

d'HALLUIN de 1850 à 2000.

 

 

Les Maires d’Halluin… en chiffres depuis la Révolution.

 

brandodean.over-blog.org/article-les-maires-de-la-ville-d-halluin-en-chiffres-depuis-la-revolution-

 

Elections Municipales d’Halluin depuis 1789, et diverses depuis 2000.

 

(1789 à 1957) brandodean.over-blog.org/article-5718533.html

 

(1957 à 1992) brandodean.over-blog.org/article-5718593.html

 

(1992 à 2007) brandodean.over-blog.org/article-5718818.html 

 

(Mars 2008 à ce jour) brandodean.over-blog.org/article-18082602.html  


Recherche

Texte Libre


Musique Classique - Opéra :

 
musiclassics.fr

radioclassique.fr

evene.fr

deezer.com/fr/music/maria-callas

deezer.com/fr/music/montserrat-caballé

deezer.com/fr/music/régine-crespin

deezer.com/fr/music/jessye-norman

deezer.com/fr/music/barbara-hendricks

deezer.com/fr/music/julia-migenes

deezer.com/fr/music/cécilia-bartoli

deezer.com/fr/music/natalie-dessay

deezer.com/fr/music/enrico-caruso

deezer.com/fr/music/luciano-pavarotti

deezer.com/fr/music/placido-domingo

deezer.com/fr/music/josé-carreras

deezer.com/fr/music/ruggero-raimondi

deezer.com/fr/music/roberto-alagna

deezer.com/fr/music/andrea-bocelli


Chansons Françaises et Etrangères :

deezer.com/fr/music/jacques-brel

deezer.com/fr/music/johnny-hallyday

deezer.com/fr/music/florent-pagny

deezer.com/fr/music/michel-sardou

deezer.com/fr/music/alain-bashung

deezer.com/fr/music/alain-souchon

deezer.com/fr/music/francis-cabrel

deezer.com/fr/music/daniel-balavoine

deezer.com/fr/music/mylene-farmer

.deezer.com/fr/music/Jean-louis-murat

deezer.com/fr/music/serge-gainsbourg

deezer.com/fr/music/etienne-daho

deezer.com/fr/music/juliette-greco

deezer.com/fr/music/charles-aznavour

deezer.com/fr/music/elvis-presley

deezer.com/fr/music/michael-jackson

deezer.com/fr/music/seal

deezer.com/fr/music/phil-collins

deezer.com/fr/music/sting

deezer.com/fr/music/elton-john

deezer.com/fr/music/prince

deezer.com/fr/music/georges-brassens

deezer.com/fr/music/eddy-mitchell

deezer.com/fr/music/gilbert-becaud

deezer.com/fr/music/edith-piaf

deezer.com/fr/music/patrick-bruel

deezer.com/fr/music/charles-trenet

deezer.com/fr/music/serge-lama

deezer.com/fr/music/daniel-guichard

deezer.com/fr/music/yves-simon

deezer.com/fr/music/francis-lalanne

deezer.com/fr/music/bob-dylan

deezer.com/fr/music/leonard-cohen

deezer.com/fr/music/joan-baez

deezer.com/fr/music/madonna

deezer.com/fr/music/claude-francois

deizer.com/fr/music/dalida

deezer.com/fr/music/michel-polnareff

deezer.com/fr/music/julio-iglesias

deezer.com/fr/music/celine-dion

deezer.com/fr/music/pascal-obispo

deezer.com/fr/music/yannick-noah

deezer.com/fr/music/christophe-willem

.deezer.com/fr/music/christophe-maé

deezer.com/fr/music/abba

deezer.com/fr/music/boney-m

deezer.com/fr/music/the-doors

deezer.com/fr/music/U2

deezer.com/fr/music/indochine

deezer.com/fr/music/the-beatles

deezer.com/fr/music/the-rolling-stones


Clips :

muzika.fr/clip/47463 Frank Sinatra

muzika.fr/clip/20885 Jean Ferrat

 
muzika.fr/clip/41954 Joe Cocker

muzika.fr/clip/51584 The Platters

muzika.fr/clip/18463 Renaud

muzika.fr/clip/19431 Jacques Dutronc

muzika.fr/clip/28079 Lionel Richie
 
muzika.fr/clip/48464 Tina Turner

muzika.fr/clip/22835 Jeanne Mas

muzika.fr/clip/51596 Erros Ramazzotti 

muzika.fr/clip/23966 Desireless

muzika.fr/clip/48940 Barry White

muzika.fr/clip/49235 Renan Luce

muzika.fr/clip/58832 Julien Doré

muzika.fr/clip/44811 Bob Marley

muzika.fr/clip/14192 Guy Béart

muzika.fr/clip/13583 Sylvie Vartan

muzika.fr/clip/39275 Nolween Leroy

muzika.fr/clip/36603 Raphaël

muzika.fr/clip/25553 Carla Bruni

muzika.fr/clip/31477 Marianne Faithfull

muzika.fr/clip/13000 Julien Clerc

muzika.fr/clip/23466 Gérald De Palmas

muzika.fr/clip/21314 Laurent Voulzy
  
muzika.fr/clip/62205 La Grande Sophie

muzika.fr/clip/49894 Nana Mouskouri

muzika.fr/clip/55939 Benjamin Biolay

muzika.fr/clip/36342 Lynda Lemay

muzika.fr/clip/28148 Jimmy Somerville

muzika.fr/clip/10409 Barbara

muzika.fr/clip/17079 Vanessa Paradis

muzika.fr/clip/14795 Georges Moustaki

muzika.fr/clip/20983 Jane Birkin

.muzika.fr/clip/39741 Mike Brant

muzika.fr/clip/14004 Philippe Cataldo

muzika.fr/clip/38485 Diams

muzika.fr/clip/43495 Patrick Hernandez

.muzika.fr/clip/39790 Faudel

muzika.fr/clip/62183 Grégoire

muzika.fr/clip/10019 Mano Solo

muzika.fr/clip/61251 Abd Al Malik

muzika.fr/clip/51079 Barbra Streisand

muzika.fr/clip/17691 Serge Reggiani

muzika.fr/clip/18782 Christophe

muzika.fr/clip/20482 Claude-Michel Schönberg

muzika.fr/clip/28394 Cock Robin

muzika.fr/clip/59417 Bénabar

muzika.fr/clip/27718 Rose

muzika.fr/clip/15987 Gérard Manset

muzika.fr/clip/55433 Chris Rea

muzika.fr/clip/53098 Mika

muzika.fr/clip/29375 Corneille

muzika.fr/clip/39010 Clémence 

11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 09:34

 

 

Une semaine après le 11 novembre, l’Estaminet de la mémoire était consacré ce vendredi 16 novembre 2007 à la Première Guerre mondiale à Halluin. Le récit circonstancié de M. Roland Verkindère et les témoignages ont illustré l’âpreté de cette période d’occupation tragique.

 

Comme à chaque fois, Cinélys avait planté ses caméras dans l’estaminet du Moulin pour ne rien perdre de cette séance consacrée à la Grande Guerre. Roland Verkindère a marqué les esprits en rappelant quelques statistiques : 700 tombes allemandes au cimetière d’Halluin, 48.000 à Menin (B) dont de très nombreuses fosses communes, l’un des plus grands cimetières militaires au monde.

 

La ville d’Halluin était alors peuplée de plus de 15 000 habitants, une population qui va avec le déclenchement des hostilités être rapidement « prise en otage ». « La population a subi », a insisté Roland Verkindère « Des gens comme Eugène Coopman, résidant de l’Orée du Mont et âgé de 97 ans, s’en souviennent encore ».

 

Les combats se sont déroulés à 15-20 km d’Halluin qui servait essentiellement de cantonnement d’officiers et de troupes, sans oublier les réserves de munitions, etc. Halluin comptera plus de 2500 mobilisés qui ne reverront plus leur commune, avant, au mieux, novembre 1918.

 

Le conflit est extrêmement violent et le récit de Roland Verkindère fait froid dans le dos au point d’imaginer l’horreur de la mitraille. « Un matin, on avait vu partir une colonne de 1500 hommes accompagnés de 37 officiers, le soir, en rentrant ils n’étaient plus que 600 suivis de 16 officiers ». On comprendra d’autant mieux les suicides et désertions.

 

 

Une situation sanitaire épouvantable.

 

La ville d’Halluin « prise en otage » par l’occupant allemand va être le théâtre des « enrôlements de force et des réquisitions ». « Vous n’obéissez pas aux ordres et on vous attache trois jours durant à un poteau sans manger ni boire », reprend Roland Verkindère, « les réquisitions ne se sont pas limités aux animaux (chevaux, etc) mais aussi aux chiens, aux poules, aux meubles, aux objets en cuivre utiles pour l’armement, à la laine des matelas, et même aux épluchures de légumes pour les élevages de lapins ».

 

La population est sous le joug. « Les Allemands recensaient  même le nombre de plants de pommes de terre dans les jardins pour s’octroyer la moitié des récoltes ».

 

Pas d’information, un seul journal,  « Le journal des Ardennes »,est distribué aux occupants. La situation sanitaire est « épouvantable avec de la vente de viandes avariées, la présence d’un seul médecin pour les communes d’Halluin-Roncq ».

 

Et puis, on assistera en 1917 aux évacuations, femmes, enfants, vieillards accueillis et regroupés dans la banlieue de Bruxelles avant d’émigrer vers la Suisse et de revenir dans d’autres régions comme la Charente où l’on n’hésitait pas à les qualifier de « Boches du Nord ».

 

« A l’époque, on ne possédait pas grand-chose, juste une table et quelques chaises », rappelle Roland Verkindère. Les retours en 1919 seront douloureux dans une ville d’Halluin détruite à 60 %, une « ville morte où les maisons avaient été pillées » comme le faisait remarquer Annie Bagein, sans oublier que les Allemands avaient exigé de la population de supporter le coût financier de leur occupation.

 

Les combats « n’ont pas vraiment eu lieu à Halluin ». Ce sont les conséquences des luttes armées qui ont éprouvé la commune. « On y a surtout connu les affrontements aériens avec la présence de deux terrains d’aviation, l’un à Wevelgem, l’autre à la Rouge Porte, où s’est notamment distingué un certain Goering ».

 

Roland Verkindère a essaimé son intervention d’anecdotes historiques. Ainsi ce qu’on appelait les « saucisses »,  ces ballons fixés avec des câbles et équipés d’une nacelle pour observer les combats et les positions.

 

Il y avait même des leurres, à savoir des mannequins pour tromper l’ennemi. Hélas, 14-18 n’allait pas être la seule guerre du 20e siècle.

  

(Archives, N.E. 17 /11/2007).    

 

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 09:30

 

 

En ce mois d’Octobre 2007, l’estaminet de la mémoire, au moulin d’Halluin, a fait le plein pour la semaine bleue. Les deux salles de l’estaminet étaient remplies comme un œuf de personnes venues se souvenir du temps passé. Le thème en était « Des lieux de la mémoire halluinoise ».

 

Des lieux collectifs comme le kiosque, l’Epi, le moulin, le manège, la maison du peuple, la place verte ou le patronage, la garderie de l’enfant Jésus, à des lieux plus privés comme les commerçants des rues passantes, les vieux métiers disparus, chacun y est allé de ses évocations, souvent applaudies ou commentées par la salle.

 

A la dernière question « Quel est le lieu que vous montrez en premier à un ami qui ne connaît pas la ville ? », la place verte et le centre ville sont souvent revenus. Mais il y a eu aussi le port fluvial et le Klüt Put.

 

 Un film de ce débat, fabriqué par Cinélys est disponible en DVD pour 10 euros.

 

On constatera le succès que rencontre cette formule des estaminets de la mémoire, l’occasion d’aller au-delà des simples anecdotes qui ont couru sur les pavés. Il s’agit vraiment d’une approche vivante de l’histoire halluinoise.

 

(Archives, N.E., 26/10/2007).

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 09:14

 

 

En prélude au scrutin municipal du mois de mars 2008, Roland Verkindère historien local a concocté, en ce mois de septembre 2007, cette édition de l’estaminet de la mémoire sur les élections à Halluin, depuis un siècle, avec des faits, des anecdotes et des souvenirs.

 

Roland Verkindère a tout d’abord rendu hommage à Alfred Simono, décédé récemment et fervent participant des séances de souvenirs à l’estaminet. Animateur de la séance, Alexandre Faidherbe, ancien maire (de mars 1989 à mars 2001), a ensuite évoqué ses riches souvenirs de militant et raconté comment il s’est retrouvé sur une liste… face à sa maman.

 

Albert Verhellen, 87 ans, militant communiste bon pied, bon œil, se rappelle de l’époque héroïque d’Halluin la Rouge, et du travail important des militants dans les quartiers et les cafés, lors des scrutins.

 

Mai qui sont les électeurs ? Leur nombre a-t-il varié ? En 1850, avec 5 000 habitants, Halluin compte 900 électeurs, pour la plupart des gens aisés. La majorité des ouvriers de nationalité belge ne pouvaient prendre part au scrutin.

 

En 1900, avant les municipales de 1904 et 1906, 2 000 électeurs pour 16 000 habitants, beaucoup de Belges ayant acquis la nationalité en effectuant leur service militaire en France.

En avril 1945 : 8 115 électeurs pour 13 000 habitants, suite au droit des femmes. 

 

Plusieurs courants existent sur la ville. Les deux principaux sont le socialo-communiste, attaché au social et au bien-être des personnes, et un courant issu du MRP de Marc Sangnier et Maurice Schumann, à sensibilité démocrate chrétien quui, à l’époque de sa création, est très gaulliste.

 

Le taux de participation reste très élevé à Halluin, avec des records de 92 à 94 % ; 85 % pour les dernières présidentielles. L’électeur local ne pratique plus le vote de tradition.

 

(Archives, N.E., 23/9/2007).

 

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 09:52

 

 

 

Installé au milieu du salon, l'atelier de Carole Van Audenhove est un joyeux fouillis d'étoffes et de bobines colorées. C'est ici que l'artiste rêve, invente et dessine les contours de ses créations. Il lui arrive d'y passer des nuits entières. Avec une compagnie fidèle et source d'inspiration : sa musique. À 39 ans, Carole Van Audenhove vient de créer sa marque On my own, (Par moi-même en anglais), pour sublimer les femmes. Un nom de baptême à l'image de cette jeune femme pleine de volonté et de fantaisie.

 

Roncquoise d'origine, Halluinoise d'adoption, maman de deux adolescents, Carole est comptable de formation. Elle a travaillé dix-huit ans chez SCA, à Linselles, dans le domaine de la comptabilité-gestion avant le plan social de 2004. « J'étais candidate au départ, explique Carole.J'ai toujours rêvé de travailler dans la création mais je n'ai pas osé. Il y a eu ce déclic. Ce n'est pas facile tous les jours mais quand je vois que SCA ferme définitivement, je ne regrette vraiment pas mon choix. J'ai gagné quelques années de ma vie. »

Carole reprend des études à plein temps grâce à un Fongécif. Une licence de styliste-modéliste qu'elle honore en deux ans à l'ESMOD, la prestigieuse école roubaisienne. Ses petits camarades de promo ont à peine 20 ans. « C'était formidable... J'étais un peu leur maman, leur complice ! J'ai eu beaucoup de mal à les quitter... » La hantise de l'étudiante : le dessin. « Je ne savais pas dessiner », sourit-elle. Le métier est entré à force de persévérance.

« Je voulais apprendre le stylisme et le modélisme pour vraiment tout maîtriser, de la conception à l'architecture du vêtement », poursuit l'artiste qui se passionne pour des créations baba cool et bohème.Diplôme en poche, elle intègre le Jardin des modes et oeuvre auprès du styliste Gilles Clarisse avant de composer pour une marque de prêt-à-porter de la grande distribution. Mais Carole rêve de créer sa griffe et ses collections.

Des modèles uniques Grâce à la BGE, une structure d'aide à la création d'entreprise, la marque de Carole est en couveuse depuis depuis juin dernier. La jeune femme propose des créations sur mesure loin des standards et des copier-coller. Avec une prédilection pour les matières naturelles : lin, coton, soie...

Des modèles uniques qui exigent des dizaines d'heures de travail cousues main. Elle habille la femme et l'enfant pour le plus grand bonheur des copines. Elle court également les ventes privées comme Pop'in shop et sera présente au marché de Noël d'Halluin ce week-end. Seule incertitude pour la jeune femme, les changements annoncés dans le statut d'auto-entrepreneur auquel elle aimerait adhérer...

« C'est une chouette aventure mais je suis encore très loin de pouvoir en vivre. Dans la création, il faut tous les jours être son propre moteur. Mais je sais aussi que j'ai une chance inouïe. » Carole avance à petits points dans cet univers très confidentiel mais s'accroche comme une perle au bout d'un fil. On my own, tél. : 06.62.63.59.90.

(Archives, N.E., 8/11/2010).  

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 07:31

 

 

Le Centre communal d'action sociale (CCAS) met en oeuvre la politique sociale portée par la municipalité. En 2010, les élus avaient voté une subvention supplémentaire de 200 000 euros pour faire face aux conséquences de la crise. Elle a permis de soulager bien des situations.

Chaque mois, une moyenne de 75 familles est accueillie au CCAS. La majorité des demandes concerne l'aide facultative qui par définition varie selon les communes et les politiques sociales. Elle va de la délivrance de chèques services -des bons d'achats utilisables en grandes surfaces pour l'alimentaire et l'hygiène- à la prise en charge de factures en passant par les frais de cantine et de centres aérés.

Le chèque service est le moyen le plus utilisé par le CCAS d'Halluin pour soulager les familles démunies. « C'est ce qu'il y a de plus pratique et de plus souple. Le chèque service est bien entendu attribué sur des critères précis qui sont garants d'une certaine équité. On ne les délivre pas sur des a priori », indique Jocelyne Lefebvre, adjointe à l'action sociale.

Une aide qui passe impérativement par une notion de contrat. « On établit un dossier avec la personne en faisant le point sur ses ressources et ses charges. L'idée est de signer un contrat d'amélioration du budget en regardant toutes les possibilités », explique Catherine Foube, directrice du CCAS.

Les chèques sont délivrés sur la base d'un reste à vivre inférieur à 7 euros par personne et par jour. Une aide accordée pour une période de trois mois renouvelable. Pour l'année 2010, sur les 200 000 euros consacrés à l'aide facultative, 152 000 euros ont pris la forme de chèques services. Un budget en nette augmentation depuis la crise.


Zéro ressource en attendant le RSA


Le CCAS propose également les avances remboursables mais dans une moindre mesure. « Les situations financières sont déjà tellement difficiles que nous évitons de rajouter du crédit. Dans tous les cas il y a toujours une contrepartie active de la personne... Des profiteurs je n'en rencontre pas beaucoup », poursuit Jocelyne Lefebvre. L'élue reçoit une moyenne de cinq personnes aux permanences qu'elle assure chaque jeudi. « J'écoute et j'oriente. Ce qui me frappe en ce moment c'est le nombre important de gens qui n'arrivent pas à payer leurs factures de fluides. C'est très inquiétant. »

 

Le CCAS, qui travaille en lien étroit avec l'Entraide alimentaire, peut également accorder des aides exceptionnelles dans des situations d'urgence. « Avec la crise, le travail en intérim a fortement reculé. Beaucoup de familles qui arrivaient à s'en sortir jusque-là se sont retrouvées dans des situations financières catastrophiques », observe Catherine Foube.

 

Les personnes en rupture totale de ressources sont également plus nombreuses. C'est souvent le cas pour les bénéficiaires du RSA qui n'ont pas compris ou anticipé la démarche. Le CCAS d'Halluin a cette spécificité d'être instructeur des dossiers du Revenu de solidarité active. De quoi poser une proximité rassurante pour les bénéficiaires.

 

La mission du CCAS est bien plus vaste que le service social, un pôle qui repose sur 9 professionnels, dans cette structure qui emploie 40 agents. L'établissement public englobe également le foyer logement, le service de soins à domicile, le portage des repas et le foyer-restaurant Albert Houte.

 

Le CCAS qui propose par ailleurs des ateliers bien-être aux personnes en situation de précarité n'oublie pas non plus le festif. Cette année, pour la première fois, le goûter de Noël est organisé en commun avec les Restos du coeur, le 15 décembre 2010.

 

(Archives, N.E., 2/12/2010).

 

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 21:33
Partager cet article
Repost0
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 07:45

 

 

La fusion des Maisons de l'emploi et des PLIE (plans locaux pour l'insertion et l'emploi) de Tourcoing et de la Vallée de la Lys est effective depuis lundi 29 novembre 2010. Le territoire de la Maison de l'emploi Lys Tourcoing - c'est le nom de la nouvelle entité - couvre douze communes  pour une population de 188 784 habitants. Elle anime un plan d'actions sur quatre ans, avec une compétence métropolitaine affirmée sur la mobilité internationale et l'action transfrontalière

 

Hier, la nouvelle Maison de l'emploi a été officiellement présentée par Michel-François Delannoy et Jean-Luc Deroo, maires de Tourcoing et Halluin. On attendait le premier à la tête de la nouvelle entité, mais c'est le second qui a été désigné lundi. « Un président élu unanimement à partir de la proposition que j'ai faite au conseil d'administration », a commenté Michel-François Delannoy. De quoi rassurer les élus de la Vallée de la Lys qui redoutaient d'être à l'ombre de Tourcoing .

 

M.-F. Delannoy a souligné « la volonté des deux territoires d'unifier leurs dispositifs, dans un contexte marqué par les préoccupations en matière d'emploi », sachant que ce secteur de Tourcoing Vallée de la Lys est « l'un de ceux qui a le plus souffert depuis la crise de 2008, alors que les mutations précédentes liées à la désindustrialisation, n'étaient pas encore absorbées ». On sait que ces territoires ont une population peu qualifiée et que le tiers de la population de Tourcoing a moins de vingt ans.

 

Ici, on connaît le poids du chômage des jeunes et de la précarité. « Il nous faut gagner en efficacité, en performance, en rassemblant nos outils. Travailler toujours et davantage ensemble pour faire vivre ce territoire diversifié, qui constitue un vrai bassin de vie », a déclaré le maire de Tourcoing.

 

Quant à J.-L. Deroo, il a noté « la complémentarité des deux territoires engagés avec confiance dans une démarche tournée vers l'Eurométropole, une démarche de propositions par rapport aux enjeux de l'époque », avec une équipe dont il a loué les qualités, comme avant lui le maire de Tourcoing.

 

" Nous avons une continuité à assurer, plus qu'un redémarrage », a estimé le nouveau président. C'est dire que le travail accompli en quatre ans par les deux Maisons de l'emploi et les deux PLIE a porté des fruits.

 

Demeure l'inquiétude des financements. Dans le nouveau dispositif resserré, voulu par l'État à l'occasion du 2e conventionnement pluriannuel sur quatre ans, M.-F. Delannoy a noté que la puissance publique, à travers la loi de finances, prévoyait des baisses de crédits pour les emplois aidés, pour les Missions locales et les Maisons de l'emploi. « J'espère ce contexte conjoncturel », a-t-il ajouté.

 

 Il précise que l'État consacrera une enveloppe d'1 M E maximum par Maison de l'emploi, sachant que cela pourra être beaucoup moins et de toute façon, « moins que ce que nous avions précédemment »... Sachant encore que le Fonds social européen baissera sa participation aux PLIE... Cependant, Patrice Duthoit, directeur de la nouvelle structure, souligne la qualité du dialogue noué avec les services de l'État, Pôle emploi et LMCU.

 

Il souligne aussi la solidité du bilan présenté par les deux maisons de l'emploi qui n'en feront plus qu'une. Au niveau des actions réalisées, il retient notamment « la vigilance sur les très petites entreprises, le dispositif de revitalisation, la gestion de la modernisation des pratiques au niveau du numérique (cyberbases), les actions sur la mobilité internationale et transfrontalière... ». À partir de ce bilan, il est évident pour lui que la Maison de l'emploi Lys Tourcoing est « en mesure de revendiquer, sur chaque action, un partenariat avec l'État et Pôle Emploi ».

 

(Archives, VdN, 2/12/2010).  

 

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 08:34

 

 

Halluin a accueilli le 5e forum national des ateliers parents ce jeudi 25 novembre 2010. Plus de 200 personnes ont pris part à cette journée animée par des spécialistes de la petite-enfance, des travailleurs sociaux, des magistrats... La parentalité n'est plus un concept en vogue mais un enjeu de société.

 

On retient de cette journée l'émotion d'Anita. 50 ans. Femme brisée. Mais debout. Comme d'autres mamans, elle a pris place au milieu des institutions, des éducateurs, des enseignants, des élus participant à ce forum national des ateliers parents dont la ville d'Halluin est l'ambassadrice depuis 10 ans.

 

 Anita est venue avec son fardeau. Son drame de maman. « La justice m'a enlevé mon enfant depuis huit mois. Je ne suis pas une mère... », confie-t-elle tout à trac au détour des groupes de parole constitués au coeur de cette journée. L'émotion à mille lieues des beaux discours sur la parentalité. À côté d'Anita, le témoignage de cette jeune maman contrariée par l'addiction de son adolescente au téléphone portable - « C'est devenu son doudou ! »- est presque anecdotique.

 

C'est quoi être parent aujourd'hui ? « Le forum de la parentalité n'est pas là pour apporter des réponses toutes faites... Il est là pour nous rappeler la responsabilité collective, la nécessité de travailler en réseau, pour redonner confiance aux parents qui ne doivent pas se sentir coupables », expliquait Jean-Luc Deroo, en marge des échanges. Un maire convaincu par la démarche du Parquet de Paris qui expérimente depuis un an des stages d'autorité parentale -thème phare de cette journée- face à des situations de délits commis par des mineurs.

 

Une alternative aux poursuites judiciaires. « Les situations rencontrées ont toutes un dénominateur commun : la perte de confiance en soi chez les parents comme chez les enfants », indiquait Mme Duvignau, chargée de mission au cabinet du Procureur du Parquet de Paris. « On s'aperçoit souvent que le parent est moins défaillant qu'on ne peut l'envisager, c'est souvent l'organisation familiale qui fait défaut... Dans beaucoup de situations, les ados sont en quête d'identité et s'écartent des valeurs et de la culture de leurs parents pour trouver dans la rue une sorte de sas illusoire et palliatif. »

 

Cette approche systémique a été menée auprès d'une dizaine de familles qui souvent avaient coupé toute relation avec les services sociaux. Confiés à une association, ces stages contraints sont dispensés avec le réseau social : « La démarche est réparatrice de l'autorité parentale. »


La petite-enfance : une priorité


 

Une thématique qui a également intéressé Marie Deroo, initiatrice de la CLCV. « La justice fait peur aux parents. Cet échange a eu le mérite de les rappeler à leurs responsabilités à l'égard de leurs enfants » exprimait Marie Deroo qui retient surtout de cette journée la thématique consacrée à la petite-enfance et à l'éveil. « C'est là où tout se joue. Les ateliers-parents vont se concentrer sur ce sujet : comment poser les limites par rapport au sommeil, à la télé ? Le problème des jeunes, c'est aussi celui des difficultés sociales : le manque d'argent, le logement, l'échec scolaire... »

 

Et de faire ce constat : « On avance avec des vents contraires : la société de consommation, internet... Ce forum est un lieu de résistance », exprimait la conseillère générale en faisant le bilan de cette journée qui posait aussi à sa manière le problème des financements. Beaucoup de structures auraient renoncé au forum faute de moyens.

 

Les séjours en famille de la MJC : pour rompre les solitudes

 

Parmi les nombreuses interventions, celle de la MJC-Centre social d'Halluin a pris une dimension toute singulière au milieu des échanges souvent théoriques. Ils sont pratiqués depuis cinq ans, en lien avec le CCAS notamment. L'été dernier, sept familles, dont 11 enfants, ont pris la direction de Vieil Hesdin pour un séjour collectif encadré par les professionnels de la MJC-Centre social.

 

Le dispositif, financé par la Ville et le département via l'UTPAS, existe depuis cinq ans et a permis à 27 familles -soit une centaine de personnes- de goûter à des vacances. Les premières de toute une vie pour la plupart des familles concernées. « Le séjour est préparé bien en amont (transport, logistique, activités...). Cette année, il a donné lieu à 14 réunions avec les familles dont 3 avec les enfants », expliquait l'une des coordinatrices du projet avant la projection d'une vidéo retraçant le séjour.

 

Des images souriantes saisies au milieu de moments en collectivité. Des moments d'une vie rapprivoisée. « J'ai passé mes plus belles vacances en famille. Cela permet de relativiser le quotidien », témoignait un papa à l'assemblée. Un séjour qui permet souvent de renouer un dialogue avec ses enfants, de redonner toute sa place au jeu et à l'échange, de prendre le temps, de changer ses priorités pour se faire plaisir... Tels étaient les témoignages rapportés de ce séjour.

 

(Archives, N.E., 26/11/2010).

 

De Strasbourg, Clichy ou Tourcoing…

 

Jeudi, à Halluin, au 5e Forum national des Ateliers parents, une armada d'élus, d'associations et d'acteurs sociaux se sont livrés à des joutes autour de la parentalité. Cette année, la justice pénale face aux parents a suscité la curiosité.

 

Que fait-on quand il est impossible d'impliquer des parents, quand l'enfant mineur commet un délit ? À cette question posée par le procureur général de Paris, Françoise Duvignau a apporté la réponse suivante : un stage. Invitée au 5e Forum national des Ateliers parents, la chargée de mission au parquet de Paris a expliqué cette méthode appliquée depuis un an :

 

« Pendant six à huit semaines, les parents, obligés de venir pour annuler les poursuites contre leur enfant, suivent cinq entretiens. Ils rencontrent élus, policiers, médecin, chef d'établissement dans le but de trouver une solution, explique F. Duvignau. À chaque fois, il y a un problème d'autorité, des parents qui se dévalorisent et nous les mettons en valeur. »

 

« L'ensemble des parents nous ont dit, à la fin, qu'ils étaient heureux d'avoir retrouvé leur place », a relevé Nicole Broust, de l'association Jeter l'@ncre, qui dispense ces stages. Ce programme s'adresse à des parents ayant coupé les liens avec l'école ou un assistant social, ne venant pas chercher leur enfant en garde à vue... Ce qui représente une petite minorité face aux 17 % de mineurs délinquants en France. « Cet outil n'est pas là pour stigmatiser, a précisé Mme Ait Hamou, magistrat spécialisé dans la justice des mineurs à Roubaix.

 

Cela s'inscrit dans une politique pénale globale. » Marie Deroo, conseillère générale et qui porte de ce forum au titre de la CLCV, a voulu savoir si ces stages pouvaient sortir de Paris :

 

" Oui, il faut qu'une autorité politique ou judiciaire en fasse la demande et que des associations s'en emparent », a répondu F. Duvignau. Pour Marie Deroo, séduite, « cette démarche va plus loin que les ateliers parents et c'est une alternative à une peine pénale. Je vais étudier cela de près ».

 

Mais il ne fut pas seulement question de justice lors de ce forum qui a réuni un peu moins de personnes qu'il y a deux ans. L'accueil des tout-petits, l'aide aux jeunes à construire les projets ont été abordés.

 

Enfin, les vacanciers du Vieil Hesdin avec la MJC-CS, une action de la ville, du département et de Vacances ouvertes, ont témoigné de ce qu'une semaine de repos, de jeux et de découverte pouvait amener à une famille. Une action qui sera peut-être exportée au sein de la vingtaine de villes représentées à Halluin.

 

(Archives, VdN., 28/11/2010)

 

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 08:35

 

 

Ville natale de Charles de Gaulle, Lille ne pouvait pas passer à côté du 120e anniversaire de la naissance de l'homme du 18 juin.La Maison natale du général propose une exposition sur la jeunesse du futur chef d'État. À voir jusqu'en juin 2011.

 

« En 2010, c'est l'année gaullienne, celle de tous les anniversaires : les 40 ans de la mort du général, les 70 ans de l'appel du 18 juin et les 120 ans de sa naissance », énonce Antoine Dupont-Fauville, secrétaire général de la Fondation Charles De Gaulle.

 

Ce dernier anniversaire attache le grand homme à la ville de Lille. C'est en effet chez ses grands-parents, Julia et Jules Maillot, qui habitaient au 9 rue princesse, qu'il naît le 22 novembre 1890. Aujourd'hui, la maison est toujours debout.

 

Classée monument historique en 1990, elle abrite un musée, un centre multimédia, une salle de projection et un espace pour expositions temporaires. « Un véritable centre culturel », comme l'a qualifié le président du conseil général du Nord Bernard Derosier.

 

La Maison natale de Charles De Gaulle fête donc les 120 ans de l'événement en centre d'études historiques digne de ce nom : pas question pour lui d'organiser une exposition à la gloire du général, mais une mise en contextes, historique, social et familial, du jeune Charles De Gaulle.

 

À travers Charles De Gaulle, 22 novembre 1890 : une naissance à Lille, le musée retrace « son enfance et son adolescence, ce qu'on ne connaît pas : la famille, les souvenirs... » détaille Aymric Spriet, le directeur de la Maison natale.

 

Né à Lille, Charles De Gaulle n'y vécut pas. Au mieux, il y passa, en temps cumulé, deux ans et demi. Mais ces séjours passés auprès de sa grand-mère « ont forgé le caractère qu'on lui connaît », avance Aymric Spriet.

 

Devenu adulte, il sera imprégné par le catholicisme fervent de son aïeule, l'esprit patriotique de son père et la conscience sociale d'une famille bourgeoise installée dans le Vieux-Lille industriel de la fin du XIXe siècle. « Ce mélange de tradition et de modernisme qui ont fait le général de Gaulle, son attitude rigoureuse et désintéressée, c'est l'influence lilloise », assure Antoine Dupont-Fauville.

 

Pour cette raison, le 9 rue Princesse s'inscrit inévitablement dans le parcours mémoriel du général. Sa maison natale est d'ailleurs, avec le Mémorial de Colombey-les-deux-Églises et l'Historial aux Invalides, à Paris, l'un des trois lieux de la mémoire gaullienne entretenue par la Fondation Charles De Gaulle.

 

(Archives, N.E., 30/11/2010).  

 

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 08:37

 

 

 

Il s’agit de la plus vieille entreprise textile halluinoise, puisqu’elle fut créée en 1835 par Monsieur Edouard Lemaitre. A cette époque, il n’était pas question de créer des usines, mais on installait quelques métiers à tisser dans de petites maisons construites à cet effet.

 

Le développement de la production nécessite la construction de maisons dans les nouveaux quartiers de la Pannerie, du Christ-Dal, des cités Saint-Pierre et Saint-Paul (cité Louise de Bettignies). Ces maisons étaient rattachées à des entrepôts qui permettaient le stockage et la préparation des chaînes pour les métiers.

 

Cette expansion rapide fut favorisée par la création du chemin de fer qui permit les échanges commerciaux et par le développement de la machine à vapeur qui soulagea le travail humain dans le fonctionnement des métiers.

 

Dès lors, on construit de grandes usines : on y installe des métiers en fonte animés par les machines à vapeur puis électriques. L’augmentation du nombre de métiers et de leur vitesse de fonctionnement décuple la production.

 

M. Lemaitre achète les bâtiments d’un ancien moulin à huile et à grains situés dans la rue du Moulin, à l’emplacement de l’actuel Foyer-Logement du Val de Lys, rue de la Libération.

 

Les métiers à tisser viennent d’Angleterre. Ils permettent de réaliser des matières très fines en lin, appréciées tant en France qu’en Europe. Il fallait pour produire ces splendides tissus, un personnel très qualifié : des femmes au bobinage et au canetage, des hommes comme ourdisseurs, emballeurs ou tisserands, des piqûrières et des ourleurses pour terminer le travail à la main.

 

Les Ets Lemaitre-Demeestère deviennent des leaders incontestés de la profession : des récompenses leur sont attribuées lors des expositions universelles ou internationales comme on peut le lire sur l’entête de factures anciennes.

 

Puis les fils Paul et Joseph Lemaitre se joignent à leur père. Des maisons de vente sont créées à Lille et à Paris. Une activité de tissage d’ameublement s’ajoute à la production. Ceci nécessite l’acquisition et l’agrandissement d’un tissage de jute, situé à l’emplacement (en 1996) de la société au 216, rue de la Lys. C’est en 1912 que cette usine devient opérationnelle. Les salles sont énormes, elles permettent de mettre une centaine de métiers à tisser sur le même niveau.

 

M. Paul Lemaitre-Boutry dirige alors les deux usines avec trois directeurs : Henri Ramaen pour le nouveau tissage de la rue de la Lys. Paul Herman père dirige l’usine de la rue du Moulin. Gustave Mestdag pour l’ameublement et le coutil à matelas.

 

Pendant la guerre 1914-1918, l’usine de la rue du Moulin est réquisitionnée par les armées allemandes et transformée en kommandatur et en prison pour les civils, celle de la rue de la Lys fut pillée. Après l’armistice, la remise en état nécessite de longs mois. L’usine de la rue de la Lys redémarre la première à la fin de l’année 1919.

 

Cette reprise ne fut pas facile : les clients de la France non occupée de l’Europe achètent à la concurrence. Lemaitre-Demeestère utilise avec succès le coton peigné et cardé dans la fabrication du linge de maison. La baisse des prix, tout en maintenant la qualité, leur permet de reprendre une place prépondérante, d’autant qu’avec l’achat de nouveaux métiers anglais Atterton, la production devient plus importante.

 

Mais en 1926 apparaît une crise économique avec des périodes de chômage partiel ou total. En 1929 des grèves importantes durent 7 mois : l’usine de la rue du Moulin fonctionne grâce à des ouvriers flamands qui logent et mangent dans l’usine pendant la durée de la grève !

 

Dès la fin du conflit la reprise est difficile, accentuée par la crise mondiale. Toutefois en 1935 les Ets Lemaitre-Demeestère fêtent leur centenaire. Les fils de Messieurs Paul et Joseph Lemaitre entrent dans l’entreprise. Cette année-là voit l’apparition des premiers métiers à tisser automatiques. Le tisserand doit alors surveiller 16 métiers.

 

Des exportations importantes de linge de table se font vers les Etats-Unis et l’Argentine. Le travail en équipe de deux fois huit heures est décidé et accepté par tout le personnel. Celui-ci est stable dans l’ensemble : on entre en apprentissage grâce à un parent qui s’en charge, et on continue la tradition familiale.

 

Dès 1936 les usines textiles travaillent pour l’intendance militaire. Arrive la guerre en 1939 et l’occupation allemande : l’usine de la rue de la Lys continue de travailler en partie pour la France et en partie pour l’armée allemande mais l’approvisionnement en matières premières est aléatoire. Cette situation dure jusqu’en 1946.

 

La période de l’après-guerre se caractérise par une reprise importante de l’activité et de l’exportation. Mais en 1951, des difficultés entrainent la vente de l’usine de la rue du Moulin aux Ets Rover qui fabriqueront des machines à laver. La concentration du matériel  se fait rue de la Lys.

 

M. André Segard entre dans le capital, puis vient la reprise totale de l’usine par les Ets Segard. De nouvelles activités et de nouveaux débouchés s’ouvrent : linge de table imprimé, tissu d’ameublement fantaisie… Puis c’est la création du tissu mural en métis de lin, d’abord en petite largeur, puis en grande largeur permettant la pose sans couture. Des produits floqués, comme la peau d’Halluin, font la réputation mondiale de l’entreprise avec des exportations vers les U.S.A., le Japon, Hong-Kong et l’Europe.

 

Petit à petit une jeune génération de personnel se met en place : la direction de l’usine est confiée à Etienne Bauwens avec Michel Hus comme directeur commercial et Désiré Descamps comme directeur financier. Du nouveau matériel encore plus moderne est installée ce qui permet de doubler la production.

 

En 1996, M. Alain Segard vient de prendre sa retraite tout en restant PDG, il est assisté par ses deux fils Eric et Xavier.

 

Dans un contexte difficile, les Ets Lemaitre-Demeestère continuent l’activité textile. Ils sont la plus vieille entreprise halluinoise en activité.

 

(Archives, « A la recherche du passé d’Halluin »).  

 

Lien :    alarecherchedupasse-halluin.net/  (PHOTOS).

 

Partager cet article
Repost0

Texte Libre

Depuis février 2007, ce site vous est offert gracieusement, il est le fruit d'un travail bénévole important de recherches, de rédaction et mise en page.

Alors n'hésitez-pas à laisser un message (cliquez sur ajouter un commentaire à la fin de chaque article), ou sur le Livre d'Or afin que je puisse connaître vos impressions sur les articles consultés et votre intérêt pour l'histoire locale ; ou si vous désirez apporter des rectifications, des précisions ou informations complémentaires.

Je souhaite à chacune et chacun d'entre vous, une excellente plongée dans le passé halluinois.

Vous pouvez me contacter aussi à l'adresse suivante :
daniel.delafosse@wanadoo.fr

 

Depuis plus de 4 ans, 1000 articles (+ Compléments d'informations) ont été présentés sur ce blog...

 

A compter du 4 Juillet 2011, ce lien ne sera plus consacré à la parution d'écrits et aux mises à jour.

 

Désormais, vous trouverez uniquement la publication de photos (archives personnelles), anciennes ou récentes, relatives à Halluin (Vos commentaires sont toujours les bienvenus !).

 

Vous pouvez continuer à me lire sur le site :   http://alarecherchedupasse-halluin.net/  

 

Merci à vous.  

  

Texte Libre


Afin de faciliter votre quête et pour plus de rapidité, utilisez les mots essentiels de votre demande
 dans le module "Recherche" ci-dessus...

Réponse à certaines interrogations…

 

Permettez-moi de préciser que ce blog est la réalisation d’un travail d’archives personnelles ou provenant d’articles publiés dans la presse (La Voix du Nord, Nord Eclair, La Vie Chez Nous etc...), revues et livres divers.

 

Créé à mon initiative, il était normal que ce blog contienne principalement les archives familiales, mais de suite, ne voulant pas me cantonner à cela, j’ai décidé de l’ouvrir à tous les thèmes qui étaient rattachés au passé halluinois et à son histoire.

 

Au fur et à mesure de son installation, j’ai intégré également des informations présentes, liées à la vie halluinoise en priorité ou d'ordre général, susceptibles d’intéresser le plus grand nombre de lecteurs ; en essayant d’être au plus près des évènements et en effectuant, si nécessaire, des mises à jour sur des documents déjà publiés.

 

En ce qui concerne l’Histoire d’Halluin, chacun comprendra que la parution d'un article n'est faisable uniquement pour des documents en ma possession… Mon seul but est d’informer le mieux possible en abordant tous les sujets sans aucune restriction !

 

Ce blog n’ayant aucun caractère officiel, j’invite simplement les personnes qui possèdent des documents sur l’histoire locale, d’ouvrir leur propre blog ou site… Et je serais ravi bien entendu de le consulter.

 

 Aussi, le mien est rédigé dans la mesure de mes possibilités de temps mais aussi d’envie…, et l’espoir, pour ma part, que ce véritable travail reste uniquement le plaisir de faire partager une passion !

 

Merci à vous.  (2008)   

Liens Sites Halluinois
  :
 
  
   
                 

Site officiel de la Ville d'Halluin 59250 :  ville-halluin.fr

"A la recherche du Passé d'Halluin
" (Photos) :
alarecherchedupasse-halluin.net/

 

brandodean.over-blog.org/article-la-politique-halluinoise-et-les-sites-et-blogs-sur-internet-50337926.html

 

Paroisse Notre-Dame de la Lys Halluin : nordnet.fr/ndlys
Les Amis de l"Orgue Halluin : orgue-halluin.123.fr

Propriété "Le Manoir aux loups" Mont d'Halluin : parcmanoirauxloups.com
Le Syndicat d'Initiative d'Halluin : .tourisme-halluin.fr

Ecole de Musique Halluin : ville-halluin.fr/culture.
La Lyre Halluinoiselyre-halluinoise.com

 

M.J.C.  M.P.T. Halluin : mjchalluin.free.fr
Canalblog : villehalluin.canalblog.com/archives

Cercle Généalogique Halluin Lys
:
perso.wanadoo.fr/genealys.halluin
Cinélys Halluin : cinelyshalluin.asso-web.com

 

Tennis Club Halluin : tennisclub.halluin.free.fr
Volley Club Michelet Halluin : volleyclubmichelethalluin.com
Vélo Club Halluin : levcuh.canalblog.com
Club de Musculation Halluin : halluinmusculation.com
Athlétisme Halluin : ahvl.com.fr
Judo - Ju-Jitsu : judohalluin.keogratuit.com
Triathlon Halluin  halluintriathlon.over-blog.fr

Badminton - Halluin http://www.asb.asso.fr

Livre D'or

Texte Libre

Musiques de Films :

deezer.com/fr/music/ennio-morricone 

deezer.com/fr/music/john-williams

deezer.com/fr/music/john-barry

deezer.com/fr/music/maurice-jarre

deezer.com/fr/music/vangelis

deezer.com/fr/music/georges-delerue

deezer.com/fr/music/michel-legrand

deezer.com/fr/music/eric-serra

deezer.com/fr/music/gabriel-yared


Musiques Groupes et Interprètes Divers :

deezer.com/fr/music/los-calchakis

deezer.com/fr/music/harvest-neil-young

deezer.com/fr/music/pink-floyd

deezer.com/fr/music/simon-and-garfunkel

deezer.com/fr/music/the-animals

deezer.com/fr/music/supertramp

deezer.com/fr/music/talk-talk

deezer.com/fr/music/jean-michel-jarre

deezer.com/fr/music/cat-stevens

deezer.com/fr/music/alan-stivell

deezer.com/fr/music/maxime-le-forestier

deezer.com/fr/music/graeme-allwright

deezer.com/fr/music/neil-diamond

deezer.com/fr/music/michel-jonasz

deezer.com/fr/music/léo-ferré

deezer.com/fr/music/james-blunt

deezer.com/fr/music/hugues-aufray

.deezer.com/fr/music/jean-ferrat

deezer.com/fr/music/dick-rivers

deezer.com/fr/music/marie-laforêt

deezer.com/fr/music/alain-chamfort

deezer.com/fr/music/the-cranberries

deezer.com/fr/music/richard-anthony

deezer.com/fr/music/david-bowie

deezer.com/fr/music/the-who

deezer.com/fr/music/queen

  

deezer.com/fr/music/david-guetta

 

deezer.com/fr/music/gipsy-kings

deezer.com/fr/music/les-négresses-vertes

deezer.com/fr/music/cali

deezer.com/fr/music/anaïs

deezer.com/fr/music/olivia-ruiz

deezer.com/fr/music/manu-chao

deezer.com/fr/music/bryan-adams

deezer.com/fr/music/chris-isaak

deezer.com/fr/music/bryan-ferry

 
Revues - Opérettes - Comédies Musicales :

deezer.com/fr/music/mistinguett

deezer.com/fr/music/marlene-dietrich

deezer.com/fr/music/josephine-baker

deezer.com/fr/music/line-renaud

deezer.com/fr/music/annie-cordy

deezer.com/fr/music/zizi-jeanmaire

deezer.com/fr/music/grace-jones

deezer.com/fr/music/amanda-lear

deezer.com/fr/music/maurice-chevalier

deezer.com/fr/music/jean-gabin

deezer.com/fr/music/fernandel

deezer.com/fr/music/bourvil

deezer.com/fr/music/yves-montand

deezer.com/fr/music/tino-rossi

deezer.com/fr/music/luis-mariano

deezer.com/fr/music/dario-moreno

deezer.com/fr/music/andré-dassary

deezer.com/fr/music/joselito

deezer.com/fr/music/comédies-musicales