Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Histoire de la ville d'Halluin (Nord). Regard sur le passé et le présent.
  • : Publication relative à l'histoire de la ville d'Halluin 59250. Regard sur le passé et le présent.
  • Contact

Texte Libre


Vous pouvez
retrouver sur ce blog,

90 volets concernant les évènements

de la Guerre 1914 - 1918

et Halluin.

38 volets concernant les évènements

 de la Guerre 1939 - 1945

et Halluin,


ainsi que 30 volets consacrés à

La Libération d'Halluin en Septembre 1944.

unc.halluin.free.fr

marins.halluin.neuf.fr

1 volet sur l'Afghanistan et Halluin

3 volets concernant les évènements

de la Guerre du Vietnam

(1963 - 1975

 


4 volets concernant les évènements

de la Guerre d'Algérie
(1954 - 1962)

et Halluin

3 volets concernant les évènements

de la Guerre d'Indochine
(1946 -1954)

et Halluin

1 volet sur Les Colonies et Halluin

2 volets concernant les évènements

de la Guerre 1870 - 1871

et Halluin


2 volets concernant les évènements

des Guerres de Crimée (1854 -1856)
 d'Italie (1859)

et Halluin

Trois Grognards Halluinois de l'Empire,
Historique Militaire.

 

 

11 volets concernant l'Histoire

d'HALLUIN de 1850 à 2000.

 

 

Les Maires d’Halluin… en chiffres depuis la Révolution.

 

brandodean.over-blog.org/article-les-maires-de-la-ville-d-halluin-en-chiffres-depuis-la-revolution-

 

Elections Municipales d’Halluin depuis 1789, et diverses depuis 2000.

 

(1789 à 1957) brandodean.over-blog.org/article-5718533.html

 

(1957 à 1992) brandodean.over-blog.org/article-5718593.html

 

(1992 à 2007) brandodean.over-blog.org/article-5718818.html 

 

(Mars 2008 à ce jour) brandodean.over-blog.org/article-18082602.html  


Recherche

Texte Libre


Musique Classique - Opéra :

 
musiclassics.fr

radioclassique.fr

evene.fr

deezer.com/fr/music/maria-callas

deezer.com/fr/music/montserrat-caballé

deezer.com/fr/music/régine-crespin

deezer.com/fr/music/jessye-norman

deezer.com/fr/music/barbara-hendricks

deezer.com/fr/music/julia-migenes

deezer.com/fr/music/cécilia-bartoli

deezer.com/fr/music/natalie-dessay

deezer.com/fr/music/enrico-caruso

deezer.com/fr/music/luciano-pavarotti

deezer.com/fr/music/placido-domingo

deezer.com/fr/music/josé-carreras

deezer.com/fr/music/ruggero-raimondi

deezer.com/fr/music/roberto-alagna

deezer.com/fr/music/andrea-bocelli


Chansons Françaises et Etrangères :

deezer.com/fr/music/jacques-brel

deezer.com/fr/music/johnny-hallyday

deezer.com/fr/music/florent-pagny

deezer.com/fr/music/michel-sardou

deezer.com/fr/music/alain-bashung

deezer.com/fr/music/alain-souchon

deezer.com/fr/music/francis-cabrel

deezer.com/fr/music/daniel-balavoine

deezer.com/fr/music/mylene-farmer

.deezer.com/fr/music/Jean-louis-murat

deezer.com/fr/music/serge-gainsbourg

deezer.com/fr/music/etienne-daho

deezer.com/fr/music/juliette-greco

deezer.com/fr/music/charles-aznavour

deezer.com/fr/music/elvis-presley

deezer.com/fr/music/michael-jackson

deezer.com/fr/music/seal

deezer.com/fr/music/phil-collins

deezer.com/fr/music/sting

deezer.com/fr/music/elton-john

deezer.com/fr/music/prince

deezer.com/fr/music/georges-brassens

deezer.com/fr/music/eddy-mitchell

deezer.com/fr/music/gilbert-becaud

deezer.com/fr/music/edith-piaf

deezer.com/fr/music/patrick-bruel

deezer.com/fr/music/charles-trenet

deezer.com/fr/music/serge-lama

deezer.com/fr/music/daniel-guichard

deezer.com/fr/music/yves-simon

deezer.com/fr/music/francis-lalanne

deezer.com/fr/music/bob-dylan

deezer.com/fr/music/leonard-cohen

deezer.com/fr/music/joan-baez

deezer.com/fr/music/madonna

deezer.com/fr/music/claude-francois

deizer.com/fr/music/dalida

deezer.com/fr/music/michel-polnareff

deezer.com/fr/music/julio-iglesias

deezer.com/fr/music/celine-dion

deezer.com/fr/music/pascal-obispo

deezer.com/fr/music/yannick-noah

deezer.com/fr/music/christophe-willem

.deezer.com/fr/music/christophe-maé

deezer.com/fr/music/abba

deezer.com/fr/music/boney-m

deezer.com/fr/music/the-doors

deezer.com/fr/music/U2

deezer.com/fr/music/indochine

deezer.com/fr/music/the-beatles

deezer.com/fr/music/the-rolling-stones


Clips :

muzika.fr/clip/47463 Frank Sinatra

muzika.fr/clip/20885 Jean Ferrat

 
muzika.fr/clip/41954 Joe Cocker

muzika.fr/clip/51584 The Platters

muzika.fr/clip/18463 Renaud

muzika.fr/clip/19431 Jacques Dutronc

muzika.fr/clip/28079 Lionel Richie
 
muzika.fr/clip/48464 Tina Turner

muzika.fr/clip/22835 Jeanne Mas

muzika.fr/clip/51596 Erros Ramazzotti 

muzika.fr/clip/23966 Desireless

muzika.fr/clip/48940 Barry White

muzika.fr/clip/49235 Renan Luce

muzika.fr/clip/58832 Julien Doré

muzika.fr/clip/44811 Bob Marley

muzika.fr/clip/14192 Guy Béart

muzika.fr/clip/13583 Sylvie Vartan

muzika.fr/clip/39275 Nolween Leroy

muzika.fr/clip/36603 Raphaël

muzika.fr/clip/25553 Carla Bruni

muzika.fr/clip/31477 Marianne Faithfull

muzika.fr/clip/13000 Julien Clerc

muzika.fr/clip/23466 Gérald De Palmas

muzika.fr/clip/21314 Laurent Voulzy
  
muzika.fr/clip/62205 La Grande Sophie

muzika.fr/clip/49894 Nana Mouskouri

muzika.fr/clip/55939 Benjamin Biolay

muzika.fr/clip/36342 Lynda Lemay

muzika.fr/clip/28148 Jimmy Somerville

muzika.fr/clip/10409 Barbara

muzika.fr/clip/17079 Vanessa Paradis

muzika.fr/clip/14795 Georges Moustaki

muzika.fr/clip/20983 Jane Birkin

.muzika.fr/clip/39741 Mike Brant

muzika.fr/clip/14004 Philippe Cataldo

muzika.fr/clip/38485 Diams

muzika.fr/clip/43495 Patrick Hernandez

.muzika.fr/clip/39790 Faudel

muzika.fr/clip/62183 Grégoire

muzika.fr/clip/10019 Mano Solo

muzika.fr/clip/61251 Abd Al Malik

muzika.fr/clip/51079 Barbra Streisand

muzika.fr/clip/17691 Serge Reggiani

muzika.fr/clip/18782 Christophe

muzika.fr/clip/20482 Claude-Michel Schönberg

muzika.fr/clip/28394 Cock Robin

muzika.fr/clip/59417 Bénabar

muzika.fr/clip/27718 Rose

muzika.fr/clip/15987 Gérard Manset

muzika.fr/clip/55433 Chris Rea

muzika.fr/clip/53098 Mika

muzika.fr/clip/29375 Corneille

muzika.fr/clip/39010 Clémence 

2 avril 2007 1 02 /04 /avril /2007 19:26
 


Blason 
: D’argent à trois lions de sable, lampassés de gueules, armés et couronnés d’or.
 

Superficie : 1.256 hectares.

 

Population :  20.088 Habitants (recensement 2007)

 

Topographie :  Altitude moyenne : 20 m, Altitude du Mont : 69 m, Le Colbras : 47 m.

 

Halluin est l’une des 87 communes appartenant à Lille-Métropole (Communauté Urbaine de Lille). Construite sur le dernier des Monts de Flandre, elle se situe dans la Vallée de la Lys.

Bornée au nord par la Lys et la ville de Menin (Belgique), à l’est par la commune de Reckem (Belgique), au sud par les communes de Neuville-en-Ferrain et de Roncq, à l’ouest par la commune de Bousbecque.

 

Traversée par deux petits cours d’eau : La Becque de Neuville et la Becque de la Viscourt.

 

Situation géographique : La commune est située à 18 kms de Lille, 24 kms d’Armentières, 9 kms de Tourcoing, 12 kms de Roubaix, 1 km de Menin  et 54 kms de Gand (Belgique).

 

Situation administrative : 10ème circonscription électorale – Canton de Tourcoing Nord – Nom des Habitants : Halluinois – Code Postal : 59250

 

 

Historique et Origines.

 

L’origine de la dénomination de la ville n’est pas certaine, et diverses hypothèses ont été avancées par des étymologistes. Pour notre part, nous retiendrons deux possibilités. D’après l’Abbé Alphonse-Marie Coulon qui a consacré une bonne part de sa vie à des recherches multiples concernant Halluin, Halluin viendrait-il de HALU et IN, IN ayant la même portée que ghem, hem, gnies, court, zeele, radicaux désignant anciennement une habitation, une demeure.

 

Dans cette hypothèse, Halluin désignerait la demeure ou le siège d’un chef de famille nommé Hallu autour duquel étaient groupés ses familiers ou sujets.

 

D’autres étymologistes pensent que la dénomination d’Halluin a pour origine HASOU HALLE qui signifie entrepôt, magasin et WIN qui signifie VIN.

 

Il est certain que les légions Romaines se sont installées dans le site d’Halluin, particulièrement favorable à la défense par la proximité des monts d’Halluin et de la Lys.

 

Toutefois, le nom d’Hallewyn apparaît pour la première fois dans l’histoire, dans le célèbre diplôme par lequel le Comte de Flandre Baudoin V, en 1066, assigne une dotation à la Collégiale de Saint-Pierre de Lille.

 

Au XIIIe siècle, les prévôts d’Halluin furent anoblis, leurs armes d’Argent à Trois Lions de sable, armés, lampassés de gueules et couronnés d’or, posés 2 et 1.

 

En 1559, Jeanne Henriette, fille héritière de Jean II d’Halluin a épousé Philippe de CROY ; les terres d’HALLUIN passèrent ainsi donc dans cette illustre famille.

 

En 1614 on qualifiait Halluin de Baronnerie. Les seigneurs d’Halluin furent les mêmes que ceux de Comines à partir de la fin du XVe siècle ; ce furent, successivement, les Maisons de Croy, de Ligne-Croy et d’Hénin-Liétard, enfin les ducs d’Orléans depuis 1706.

 

La situation de la ville à proximité de la frontière et de la place de Menin, lui valut d’être éprouvée à maintes reprises : en 1582, le Duc de Parme fit construire un fort sur les ruines de l’église, pour résister aux rebelles installés à Menin. En 1658, 1667, 1706 et 1744, Halluin souffrit des sièges de Menin, pendant le siège de Lille en 1708, les alliés passèrent dix-huit fois par la ville.

 

En 1706, Charles Louis d’Alsace vendit les Baronnies de Comines et d’Halluin, au duc d’ORLEANS et la maison BOURBON d’ORLEANS, les conserva jusqu’à la Révolution.

 

Au cours de l’histoire, la ville d’Halluin eut beaucoup à souffrir des guerres et de plus, elle fut démembrée à deux reprises : une première fois en 1686 par Louis XIV, qui incorpora à la ville de Menin une partie du territoire d’HALLUIN, parce que celui-ci était enclavé dans le tracé des nouvelles fortifications. Et en 1779, Louis XV céda aux Pays-Bas Autrichiens, le hameau du Cornet, soit 179 ha.

 

Les Romains qui s’étaient introduits dans les Gaules par la force des armes, avaient pour politique de donner à leurs nombreux sujets leurs arts et leur science ; c’était en effet le moyen de conciliation le plus sûr. Sous leur domination, on vit s’établir dans les Gaules des lieux choisis où l’on s’occupait spécialement de la filature de la laine et du lin, de la fabrication des toiles et d’une infinité d’autres objets. La zone d’Halluin accepta sans doute ce présent d’autant que, lorsque César entra en Gaule, on y cultivait déjà le lin que l’on convertisait en toile.

 

L’invasion des barbares en Europe sur la fin du Ve siècle fut une époque désastreuse pour l’industrie naissante ; cependant elle ne périt pas complètement, et du temps de Charlemagne, on fabriquait des étoffes de laine et de la toile, mais le règne de ses fils arrêta cet essor des arts.

 

Le mouvement industriel et commercial dans notre pays date du XVe siècle et fut une des heureuses conséquences des croisades. Nos ancêtres qui s’enroulèrent pour ces expéditions lointaines admirèrent les manufactures très précieuses que possédaient l’Orient, et revenus dans leur pays, s’empressèrent d’en élever de semblables.

 

Dès  les XIIe, XIIIe et XIVe siècle, rien n’était plus florissant que les fabriques de pannes, serges, tripes, camelots, calemandes et autres étoffes en laine des villes de la région, dont notamment Halluin.

 

A cette époque, Halluin avait un scel pour marquer ses draps. Ce fait est confirmé  par Ch. Roussel. Defontaines dans son Histoire de Tourcoing page 351 : « Cependant Tourcoing, malgré son importance commerciale, n’avait pas encore de scel et était obligé d’aller à Halluin faire marquer ses draps ».

 

Le Roi Jean autorisa le bailli de Lille, par lettre du 6 novembre 1360 d’octroyer aux habitants de Tourcoing une marque ou signe pour marquer les draps qui s’y fabriquaient.

 

Cette autorisation ne fut sans doute pas suivie d’effet, car jusqu’au 8 juin 1372, date d’octroi d’une nouvelle autorisation donnait à Tourcoing d’avoir son scel particulier.

 

Outre ce scel que les habitants d’Halluin possédaient de très ancienne date, ils obtinrent la permission d’en apposer un second en vertu des lettres qui leur furent accordées au mois de mai 1397 par Philippe le Hardi, duc de Bourgogne et Comte des Flandres.

 

On raconte qu’à ce sujet au cours d’une assemblée tenue pour la confection de ce scel, le Seigneur et les Echevins entendirent du bruit. On apprit que quelques individus ayant vidé toutes les outres de l’auberge sise à proximité, se promenaient autour d’une table en élevant au-dessus de leur tête une outre renversée et en chantant en flamand « All wyn i suet ». Ce qui veut dire en français « tout le vin est vidé ». Eh bien ! repartit le Seigneur, mettons sur notre scel une table surmontée d’une outre renversée et inclinée.

 

Après une évolution remarquable de l’industrie textile, entravée au cours des ans par les guerres, Halluin comptait plusieurs centaines de tisserands.

 

Cette évolution fut encore accélérée par l’arrêt du Conseil d’Etat qui en 1762 permet aux habitants des campagnes, de filer toutes espèces de matières et de fabriquer toutes sortes d’étoffes comme de les apprêter en se conformant aux règlements. Halluin profita pleinement de cette situation nouvelle et plusieurs centres industriels se formèrent dans la Châtellenie de Lille dont quelques-uns dans Halluin, prirent une importance considérable.

 

On y confectionnait des toiles et du linge de table, blanchis dans les prairies bordant la Lys, des toiles à matelas, des cordons et des rubans de fil, des articles de bourgeterie et de sayetterie, des tripes de velours, camelots, calemandes, molletons et bassins.

 

Halluin s’adonnait encore à une autre spécialité avec trois autres villes de la région : la fabrication des toiles de fil et coton connues sous le nom de toiles à carreaux.

 

La chaîne de ces toiles était en fil de lin et la trame en fil de coton dans les premières qualités, et en fil de lin et de coton dans les autres. En 1789, on comptait 260 métiers battants à toile à carreaux.

 

En 1792-1794, au cours des opérations militaires, Halluin fut occupée tour à tour par les Français et les Autrichiens.

 

Au XIXe siècle, le calme favorable à l’épanouissement fut enfin retrouvé. A la fin du siècle, Halluin peut être considérée comme une ville textile spécialisée dans le tissage de la toile.

 

Le travail en usine, qui s’est généralisé entre 1880 et 1890, a favorisé chez les ouvriers une prise de conscience de leur situation d’exploités.

 

Les grèves et les manifestations se succédèrent rapidement, les grévistes sont directement soutenus par une municipalité communiste. Les tensions croissent et Halluin reçoit l’appellation de «Ville Rouge ».

 

Entre 1920 et 1930, Halluin apparaît pour les militants politiques comme un modèle de la lutte ouvrière.

 

Pour la petite histoire, Halluin peut s’énorgueillir d’avoir reçu d’illustres visiteurs, ainsi Louis XIV, accompagné de la Reine et des Princes Royaux, y dina en la journée du 28 mai 1670 ; Louis XV y vint aussi en 1746 ; le Baron de Comines et d’Halluin, le futur Louis-Philippe y séjourna, une quinzaine de jours, avec son père le Duc d’Orléans en 1792 ; Napoléon la traversa en 1803 et Louis XVIII en 1815.

 

Le Mont d’Halluin, autrefois « Mont des Louvières », vit séjourner dans l’ancienne prévôté d’Halluin, Thomas Becket archevêque de Canterbury, venu vers l’an 1170 tenir son filleul sur les fonts baptismaux. Ce prélat anglais né à Londres en 1118, décéda en 1170 à Canterbury, assassiné dans sa cathédrale sur ordre d’Henri II, roi d’Angleterre, Il fut canonisé par le pape (Saint Thomas).

 

                                                                                         

 (Archives et synthèse D.D.). 

 

Cet historique a été puisé dans « l’Histoire d’Halluin » de l’Abbé Coulon, et des archives de la Ville d’Halluin.  
 
                                                                 

Partager cet article
Repost0
20 février 2007 2 20 /02 /février /2007 08:25

 


Le même jour se déroulait le premier tour des Elections Cantonales de mars 1992 : Cinq candidats se présentaient aux suffrages des 37819 inscrits :  Claude Demoustier Parti Communiste, Jean-Bernard Cornu Front National, Henri Desmettre Union Démocratie Française, Alexandre Faidherbe Parti Socialiste, Claude Caignaert Les Verts.

 

Au second tour : 25871 votants soit 68,40 % pour 24814 suffrages exprimés. Ont obtenu Alexandre Faidherbe conseiller général sortant (PS) 9610 voix soit 38,72 %, devancé par Henri Desmettre (UDF) 10508 voix soit 42,34 % et en troisième position,  Jean-Bernard Cornu (FN) 4696 voix soit 18,92 % ;

 

Pour Halluin, sur 11388 inscrits pour 8101 votants soit 71,03 % et 7753 suffrages exprimés : Alexandre Faidherbe totalise 3989 voix soit 51,45 %, Henri Desmettre 2565 voix soit 33,08 %, Jean-Bernard Cornu 1199 voix soit 15,46 %.

 
Alexandre Faidherbe (homme de terrain, connaissant sur le bout des doigts le moindre dossier du canton de Tourcoing Nord,  élu conseiller général en 1987, après le décès d’Albert Desmedt, puis de nouveau en 1989, après l’annulation de la partielle de 1987) est victime de la vague de mécontentement qui touchait alors le Parti Socialiste sur le plan national. Et la presse locale titre : « La défaite d’un parti… plus que celle d’un homme ».

 

 Le Maire d’Halluin laisse son siège de conseiller général à Henri Desmettre candidat de l’Union Pour la France CDS  et Maire de Roncq, âgé de 65 ans, qui devient  ainsi le premier Maire roncquois conseiller général du canton de Tourcoing- Nord.

 

Lors des Elections Législatives de 1993, au second tour, pour 69367 inscrits, 49909 votants (71,95 %) et 48128 suffrages exprimés, Christian Vanneste (RPR) devient le nouveau Député de la Xème circonscription avec 18578 voix (38,60 %) devant Jean-Pierre Balduyck (PS) 16372 voix (34,02 %) et Christian Baeckeroot (FN) 13178 voix (27,38 %)

 

Pour Halluin, au second tour :11572 inscrits, 8766 votants (75,75 %) suffrages exprimés 8392 (95,73 %) c’est Jean-Pierre Balduyck (PS) qui arrive en tête avec 3541 voix (42,19 %) devant Christian Vanneste 2976 voix (35,46 %) et Christian Baeckeroot (FN) 1875 voix (22,34 % ).

 

Malgré ce dernier résultat halluinois, le Maire d’Halluin Alexandre Faidherbe perd son poste de Suppléant du Député sortant Jean-Pierre Balduyck, cela un an après avoir perdu celui de conseiller général.

 

 

Elections Présidentielles 1995 :  Pour Halluin, au premier tour : De Villiers 4,3 % , Le Pen 24,46 %, Chirac 14,68 %, Laguiller 5,2 %, Cheminacle 0,2 %, Jospin 20,44 %, Voynet 2,3 %, Balladur 17,76 %, Hue 10,65 %.

 

Au second tour : Jacques Chirac obtient 48,89 % et Lionel Jospin 51,11 %.

 

 

 Elections Municipales de juin 1995, cette fois-ci, cinq listes sont en présence pour le premier tour : 11738 inscrits, 8170 votants soit 69,60 %, pour 7883 suffrages exprimés.


1- La liste « Union pour Halluin d’abord » emmenée par Jean Vuylteke Divers droite obtient 6,95 % soit 548 voix.


2- Liste Groupe «En avant Halluin, ma ville c’est ma vie » emmenée par le maire sortant Alexandre Faidherbe Parti Socialiste obtient 40,95 % soit 3228 voix.


3- Liste « Mieux vivre à Halluin ». emmenée par Didier Desprez sans étiquette, conseiller municipal, obtient 24,89 % soit 1962 voix.


4- 
Liste « Ensemble pour une ville solidaire » emmenée par Francine Vanoverberghe Parti Communiste, conseillère municipale, obtient 7,27 % soit 573 voix.


5- Liste « Halluin doit vivre » emmenée par Roger Strobbe Front National, obtient 19,94 % soit 1572 voix.

 

Alexandre Faidherbe étant « ballotté » par le RPR et le FN, on assistera à une triangulaire entre le maire sortant, Didier Desprez qui arrive juste derrière à 1266 voix d’écart et Roger Strobbe, pour le second tour, effectivement trois listes restent en présence pour 8184 votants soit 69,72 % et 7901 suffrages exprimés.

 

La liste Alexandre Faidherbe obtient 49,40 % soit 3903 voix, la liste Didier Desprez obtient 31,01 % soit 2450 voix et la liste de Roger Strobbe 19,59 % soit 1548 voix.

 

Comme sur le plan national, on constate une spectaculaire progression des voix du Front National, et la régression importante du Parti Communiste. Mais Alexandre Faidherbe est réélu, juste sous la barre des 50 %.

 

Le maire sortant n’aura pas fait aussi bien qu’en 89, mais il a fallu compter cette fois avec la présence de la liste FN menée par Roger Strobbe, qui obtient 3 sièges avec près de 20 % des voix. Entre les deux, la liste RPR de Didier Desprez y laisse des plumes, sous la forme de deux sièges.

 

Le 25 juin 1995, Alexandre Faidherbe (PS) est élu pour la seconde fois consécutive dans le fauteuil de Premier Magistrat d’Halluin.


Lors de son discours, il eut une pensée personnelle pour sa mère, présente au côté de son épouse, qui longtemps eut un engagement dans la vie publique et sociale d’Halluin, tout en élevant ses six enfants : « Je lui dois cette envie d’un engagement fort au service de notre ville, le désir de suivre le sillon avec pour exigences le respect d’autrui… »

 

 Il est procédé à la nomination de neuf adjoints : Régis Vanhalst, Jean-Luc Deroo, Jeanine Gheysen, Didier Duprat, Jean-François Lesage, Christiane Verkindère, Didier Delahousse, Brigitte Casier, Francis Poulain, et de trois conseillers municipaux délégués : Serge Maugeais, Franck Haelewyn, François Bisbrouck, et des conseillers municipaux : Delbassez Pierre, Plets-Tachon Christiane, Vankesbeulque-Prunez Nelly, Degavre Robert, Daminet Marcel, Bosquillon-Claeys Nadine, Detaevernier Michel, Varrasse Fabrice, Verein-Delebecque Françoise, Lassalle Henri, Watry Didier, Devlies-Elias Ginette. Liste Opposition « Mieux Vivre Halluin », Didier Desprez, Marie-Paule Heiblé-Doléans, Emmanuel Delannoy, Christian Verpraet, Jean-Pierre Verschave. Liste Front National, Roger Strobbe, Claude Potier, Richard Cools.

 

Il est à préciser, que trois des cinq têtes de la liste « Mieux vivre à Halluin » à savoir Didier Desprez, Marie-Paule Heiblé-Doléans et Christian Verpraet démissionnèrent pour laisser leur place aux trois suivants sur la liste : René Schmidt, Philippe Grimonpont et Danièle Monteyne qui siégèrent à leur place.

 

 

Dissolution de l’Assemblée Nationale : Elections Législatives juin 1997, au premier tour, onze candidats pour 70855 inscrits,  47791votants (67,45 %),  45705 suffrages exprimés (95,63 %).


Au second tour : 50893 votants (71,83 %), 49334 suffrages exprimés (96,93 %), Jean-Pierre Balduyck (PS) récupère son siège de Député du Nord, qu’il avait cédé en 93 à Christian Vanneste, il totalise 20991 voix (42,55 %) devant Christian Vanneste Député sortant (RPR) 18733 voix 37,97 % et Christian Baeckeroot (FN) 9610 voix 19,48 % ;

 

Pour Halluin : Au second tour : 11885 inscrits, 8784 votants  (73,91 %), 8484 suffrages exprimés (96,58 %), Jean-Pierre Balduyck arrive en tête avec 3899 voix (45,96 %), devant Christian Vanneste 2946 voix (34,72 %) et Christian Baeckeroot 1639 voix (19,32 %).

 

Pour le parti socialiste, les Législatives se suivent mais ne se ressemblent pas !  Le Maire d’Halluin récupère également son poste de Suppléant du nouveau Député, le Maire de Tourcoing Jean-Pierre Balduyck, qui obtient auprès de l’électorat halluinois  près de mille voix de plus que le député sortant Christian Vanneste.

 

 

Aux Elections Cantonales 1998, le dimanche 22 mars 1998, au soir du second tour, Alexandre Faidherbe (PS) maire d’Halluin retrouve son siège de conseiller général perdu en 1992 avec plus de quatre points d’avance, soit 981 voix sur son principal rival le RPR Christian Vanneste.

 

Pour la totalité du canton , les résultats sont les suivants : Inscrits 40039, votants 21702 exprimés 20935 ont obtenu A. Faidherbe PS 43,40 % soit 9086 voix, Christian Vanneste RPR

38,72 % soit 8105 voix et Gérard Ostyn FN17,88 % soit 3744 voix.

 

Pour la ville d’Halluin, la répartition s’établit ainsi : Inscrits 12017, votants 6688, exprimés 6454, ont obtenu Alexandre Faidherbe PS 49,33 % soit 3184 voix, Christian Vanneste RPR 33,11 % soit 2137 voix et Gérard Ostyn FN 17,56 % soit 1133 voix.

 

Le maire d’Halluin a remercié publiquement les candidats du PC et des Verts qui l’ont soutenu au second tour. A nouveau, Alexandre Faidherbe retrouve ses deux fonctions, (de suppléant du député et de conseiller général), cédées à la droite. 

 

 Une bonne nouvelle en cachant une autre, on apprenait qu’en même temps (quasiment) Alexandre Faidherbe était grand-père pour la douzième fois…

 

 

VILLE d’HALLUIN 59250

 

RESULTATS TOUTES ELECTIONS CONFONDUES DEPUIS L’AN 2000

 

 

Elections Municipales de mars 2001, nous retrouvons trois listes en présence, pour le premier tour : 12546 Inscrits, 7457 votants ou 59,44 %, 7023 exprimés.


1- La liste « Mieux vivre à Halluin » emmenée par Didier Desprez sans étiquette totalise 2550 voix soit 36,31 %.


2- 
Liste « En avant Halluin – Vivre sa ville » emmenée par Jean-Luc Deroo PS totalise 3394 voix soit 48,33 %.


3- 
Liste « Agir ensemble pour Halluin » emmenée par René Schmidt RPR  totalise 1079 voix soit 15,36 %.

       

Il manque 120 voix à la liste de Jean-Luc Deroo pour atteindre le seuil des 50 % des suffrages qui lui aurait permis de disposer de la moitié des sièges au conseil municipal !

 

Au second tour, deux listes restent en présence pour 7955 votants ou 63,41 % et 7681 suffrages exprimés.

 

La liste Didier Desprez obtient 48,64 % soit 3736 voix. La liste de Jean-Luc Deroo (soutenue par le maire sortant Alexandre Faidherbe) obtient 51,36 % soit 3945 voix.

 

209 voix seulement séparent les deux candidats. Un mauvais report des voix à droite, une participation qui gagne quatre points entre les deux tours et une mobilisation accrue des électeurs de gauche ont fait pencher la balance dans le camp de la majorité sortante.

 

Résultat, la ville reste à gauche et Jean-Luc Deroo premier adjoint sortant, directeur d’école en préretraite, âgé de 55 ans, succède à Alexandre Faidherbe.

 

Le dimanche 25 mars 2001 à 11 h, le nouveau maire d’Halluin Jean-Luc Deroo était officiellement élu, entouré de neuf adjoints, dans l’ordre de nomination : Christiane Verkindère-Debon, Alain Lambré, Fabrice Varrasse, Annie-Bagein-Declercq, Franck Haelewyn, Didier Delahousse, Serge Maugeais, Jean-Claude Klimanek, Jacques Vanoverberghe, de quatre conseillers délégués : Françoise Verein-Delebecque, Laurence Vanoverberghe-Faidherbe, Jean-Claude Hazebroucq, Stéphane Bedleem, de ses conseillers municipaux : Nadine Bosquillon-Circlaeys, Andrée Brun-Hachin, Christiane Boucourt- Crombez, Francine Lagrange, Maryse Vandevyver, Jocelyne Lefebvre, Marcel Daminet, Michèle Nollet, Pierre Delbassez, Nelly Vankesbeulque-Prunez, , Jean-Louis Leoen et des conseillers municipaux représentant l’opposition : Didier Desprez, Marie-Paule Heiblé-Doléans, Jean-Pierre Verschave, Ghisalin Maerten, Claudette Lebas-Cornard, Marie-Cécile Derveaux, Marie-Madeleine Boone, Dominique Voet.

 

Lors de son discours-fleuve, dont l’introduction sonnait comme un soulagement : «Voilà, je suis à vous ! »  et après avoir élevé Alexandre Faidherbe, conseiller général, au titre de maire honoraire de la ville d’Halluin, Jean-Luc Deroo a répété qu’il serait au service de tous les halluinois en s’appuyant : « sur les compétences et les motivations, les savoir-faire et le sens du service public de l’ensemble du personnel municipal ».

 

 

Elections Présidentielles 2002 : Halluin au premier tour, 12647 inscrits, 8880 votants (70,21 %), 8594 suffrages exprimés, pour seize candidats.


Ont obtenu B. Mégret 218 voix (2,54 %), C. Lepage 138 voix (1,61 %), D. Gluckstein 45 voix (0,52 %), F. Bayrou 643 voix (7,48 %), J. Chirac 1507 voix (17,54 %), J.M. Le Pen 1851 voix (21,54 %), C. Taubira 115 voix (1,34 %),J. Saint-Josse 134 voix (1,56 %), N. Mamère 483 voix (5,62 %), L. Jospin 1374 voix  (15,99 %), C. Boutin 101 voix (1,18 %), R. Hue 381 voix (4,43 %), J.P. Chevènement 346 voix (4,03 %), A. Madelin 384 voix (4,47 %), A. Laguillet 558 voix (6,49 %) O. Besancenot 316 voix (3,68 %).

 

Au second tour : Pour 9867 votants (78,02 %) et 9403 suffrages exprimés, Jacques Chirac obtient 7314 voix (77,78 %) devant Jean-Marie Le Pen 2089 voix (22,22 %).

 

On constate que l’extrême droite a conforté son électorat ; notamment sur le quartier du Colbras où il récolte les plus importants suffrages. Egalement, certains halluinois n’ont souhaité soutenir aucun des deux candidats. 464 personnes ont glissé un bulletin blanc ou nul, presque deux fois plus que lors des précédentes élections.

 

 

Elections Législatives juin 2002. Au premier tour , 15 candidats se présentent aux 42483 votants (57,03 %) pour 74072 inscrits sur l’ensemble de la 10ème circonscription du nord formée de Bousbecque, Halluin, Linselles, Roncq, Tourcoing Nord et Nord-Est.

 

 Au second tour, deux candidats restent en lice pour 40215 votants (54,3 %) et 41702 suffrages exprimés.

 

Le candidat UMP Christian Vanneste l’emporte dans les six villes avec 21806 voix ( 56,4 %) face au député sortant et maire de Tourcoing Jean-Pierre Balduyck 16852 voix (43,6 %).

 

A Halluin, on a moins voté au  second tour qu’au  premier (239 voix en moins pour 57,08 % de participation sur 12696 inscrits) et la droite est sortie majoritaire de ce scrutin sur Halluin (52,27 % pour Christian Vanneste soit 3647 voix, contre 47,73 % soit 3330 voix à Jean-Pierre Balduyck).

 

Mëme en 93, lors de la vague bleue, la gauche avait résisté d’une courte tête dans son fief halluinois. Il faut remonter aux années 80 pour y retrouver une droite victorieuse.

 

C’est dire l’abattement qui se lisait dans les yeux d’Alexandre Faidherbe, le suppléant de Jean-Pierre Balduyck, et du maire socialiste Jean-Luc Deroo.

 

Le candidat UMP a gagné 1409 voix entre les deux tours alors que le député sortant en a compté que 686 de plus. Les reports ont bien fonctionné à droite alors que la gauche ne s’est pas mobilisée. « La population électorale est très versatile », constatait, amer, Alexandre Faidherbe.

 

 

Elections Cantonales Mars 2004, au premier tour, cinq candidats se présentaient aux suffrages des 42148 inscrits : A. Lambré (PC), M. Deroo (PS), J.P. Dufourmont (DVD), V. Ledoux (DVD-UPN), B. Vargiu (LO), R. Declercq (FN), M.A. Callens (Verts), S. Papart (DIV).

 

Au second tour, pour 26204 votants (62,02 %), pour 25325 suffrages exprimés (96,65 %), Marie Deroo (Parti Socialiste) l’emporte avec 10854 voix (42,86 %) devant le Maire de Roncq Vincent Ledoux (UPN) 9913 voix (39,14 %) et René Declerq (Front National) 4558 voix (18 %), et devient pour la première fois Conseillère Général du Nord.

 

 

Pour Halluin, au second tour : 12922  inscrits, 8158 votants (63,13 %), 7864 suffrages exprimés (96,40 %), Marie Deroo arrive en tête avec 3923 voix (49,89 %) devant Vincent Ledoux 2455 voix (31,22 %) et René Declercq 1486 voix (18,90 %).

 

Marie Deroo, l’épouse du Maire d’Halluin Jean-Luc Deroo, flirte avec la barre des 50 % sur Halluin, ce qui est mieux que ce qu’Alexandre Faidherbe avait recueilli en 98 (49,33 %). On peut noter aussi la confirmation du FN dans tous les quartiers halluinois.

 

Pour Marie Deroo, Chevalier de la Légion d’Honneur, surnommée la nouvelle pasionaria socialiste du canton, c’est une « première » en politique halluinoise, car elle n’avait jamais brigué aucun mandat électif auparavant, mais a, assurément,  marqué de son empreinte la vie associative sur la vallée de la Lys, comme présidente de la CLCV d’Halluin, fondatrice des ateliers parents.

 

Reste que la gauche préserve ce canton, tellement prisé, alors que la Vallée de la Lys est plutôt orientée à droite, la mairie d’Halluin étant la seule à être aux mains du Parti Socialiste.

 

Elections Régionales Mars 2004,  au  premier tour, 12922 inscrits, 7582 votants (58,68 %), 7164 suffrages exprimés (94,49 %). Dix listes étaient en lice.

 

Au second tour : Pour 7980 votants (61,76 %) et 7579 suffrages exprimés (94,97 %)la liste de Daniel Percheron (PS) arrive en tête avec 3577 voix (47,20 %) devant celle de Jean-Paul Delevoye (UMP) 2335 voix (30,81 %) et Carl Lang (FN) 1667  voix (21,99 %).

 

Le Front National avec Carl Lang obtient trois points de plus par rapport aux cantonales, avec René Declercq  totalisant (18,90 %) qui se déroulaient le même jour ! L’autre enseignement, c’est la quasi-équivalence des scores Régionales-Cantonales pour la droite et la gauche.


   

Elections Européennes 13 Juin 2004,  Inscrits : 13 022, Votants : 5.214 soit  40,04 %, Abstentions : 7.808 soit 59,96 %, Exprimés : 5 044 soit  38,73 % des inscrits.

 

Ont obtenu : Union pour la Démocratie Française : 11 %

Union pour un Mouvement Populaire : 13 %

Liste du Front National : 16 %

Liste des Verts : 8 %

Liste du Parti Communiste : 6 %

Listes divers Droite : 8 %

Liste du Parti Socialiste : 30 %

Listes d’Extrême Gauche : 3 %

Listes Divers : 4 %

 

 

Référendum du 29 mai  2005   :  A la question,

 

« Approuvez-vous le projet de loi qui autorise la ratification du traité établissant une Constitution pour l’Europe ? »

 

Inscrits : 12979   Votants : 8692 (66,97 %)   Suffrages exprimés : 8468 (97,42 %)

 

Les halluinois ont répondu :       OUI   3494 voix   (41,26 %)

                                                          NON   4974 voix   (58,74 %)

 

 

Elections Présidentielles 2007 : Au 1er Tour , Inscrits : 13622, Votants : 10955 (80,24 %), Exprimés : 10790 (98,49 %) ont obtenu :

 

Olivier Besancenot 496 voix (4,60 %), Marie-Georges Buffet 285 voix (2,64 %), Gérard Schivardi 23 voix (0,21 %), François Bayrou 1693 voix (15,69 %), José Bové 117 voix (1,08 %), Dominique Voynet 169 voix (1,57 %), Philippe De Villiers 234 voix (2,17 %), Ségolène Royal 2280 voix (21,13 %), Frédéric Nihous 69 voix (0,64 %), Jean-Marie Le Pen 1476 voix (13,68 %), Arlette Laguiller 229 voix (2,12 %), Nicolas Sarkozy : 3719 voix (34,47 %).

 

Au 2ème tour  , Votants : 11192 (81,97 %), Nules : 437 (3,90 %), Exprimés 10755 (96,10 % ) ont obtenu :

 

Nicolas SARKOZY : 6281 voix (58,40 %) devant Ségolène ROYAL : 4474 voix (41,60 %).

 

Nicolas Sarkozy a plus que transformé l’essai du 1er tour en progressant de façon significative dans 8 des 14 bureaux. Le résultat est historique dans cette commune où LionelJospin et François Mitterrand étaient arrivés en tête en 88 et 95.

 

 

Elections Législatives juin 2007 : Au 1er tour, 12 candidats se présentent aux 78409 Inscrits, pour 40044 Votants (51,10 %)  et 39036 Suffrages Exprimés (97,50 %) sur l’ensemble de la Xème circonscription du Nord formée de Bousbecque, Halluin, Linselles, Roncq, Tourcoing Nord et Nord-Est.

 

Le Député sortant Christian Vanneste (UMP-CNI) obtient 18058 voix (46,30 %) Najat Azmy (PS) 8235 voix (21,10 %) Marie-Paule Heiblé (UDF-MoDém) 3560 voix (9,10 %) Christian Baeckeroot (FN) 3199 voix (8,20 %)

 

 

Pour Halluin : Au 1er tour, Inscrits : 13735, Votants : 7457 (54,29 %), Nuls : 191 (2,56 %), Exprimés : 7266 (97,44 %) ont obtenu :

 

Christian Vanneste (Majorité Présidentielle) 3234 voix (44,51 %), Alain Lambré (P.C.) 441 voix (6,07 %), Christian Baeckeroot (F.N.) 544 voix (7,49 %), David Legauffre (M.N.R.) 59 voix (0, 81 %), Régis Debliqui (Lutte Ouvrière) 115 voix (1, 58 %),  Bernard Despierre (Les Verts) 209 voix (2,88 %), Marie-Paule Heiblé (Mouvement Démocrate) 719 voix (9,90 %), Laurence Hernoult (Nouveaux Ecologistes) 88 voix (1,21 %), Simina Cirjean (La France en action) 41 voix (0,56 %), Najat Azmy (P.S.) 1626 voix (22,38 %), Pascale Risbourg (Mouvement Républicain et Citoyen) 30 voix (0,41 %), Yann Merlevède (L.C.R.) 160 voix (2,20 %).

 

Dans la commune d’Halluin, c’est historique, Christian Vanneste le Député sortant réalise le grand chelem dans les 14 bureaux halluinois. Il s’impose largement en tête dans la ville où la gauche finissait régulièrement devant lors des 1ers tours des élections législatives (36 % pour J.P. Balduyck en 2002, 31 % pour le maire de Tourcoing en 97, 29 % son plus mauvais score en 93). Cette fois Najat Azmy place le PS à 22,38 % (1626 voix) ce qui fait dire à Alexandre Faidherbe : « C’est une raclée méritée, on a tout fait pour ». Marie Deroo la suppléante PS se montre plus mesurée : « La gauche a résisté ».

                          (Suite 4/4).                       
                                                                       
                                                  

 (Archives D.D., Documents Divers).

L I E N S :  Résultats des Elections Municipales d'Halluin (Nord) de 1789 à nos jours (1/4).

Résultats des Elections Municipales d'Halluin (Nord) de 1789 à nos jours (2/4).

Résultats des Elections Municipales d'Halluin (Nord) de 1789 à nos jours (4/4 suite et fin). 


Partager cet article
Repost0
20 février 2007 2 20 /02 /février /2007 08:05

 


 Le renouvellement du Conseil Municipal en 1957, après dissolution, a débouché sur une situation nouvelle. Charles Vanoverschelde, ancien menuisier, apparenté MRP, devenait officiellement maire d’Halluin le 9 mai 1957, au bénéfice de l’âge au troisième tour de scrutin après des interruptions de séances tendues et devant un public tassé dans le couloir de la mairie, à l’époque rue de Lille.

 

Il est placé à la tête d’une coalition entre la liste d’Union sociale et familiale MRP et la liste SFIO. Celle-ci a souhaité et obtenu des assurances sur le respect de la laïcité. Ses chefs de file n’avaient pas apprécié l’ambiance acerbe du dialogue entre le MRP et les communistes de 1953 à 1957. Les socialistes de l’époque se veulent toujours le fléau entre les deux plateaux de la balance. La « charnière ».

 

Auprès du nouveau maire les adjoints sont, dans l’ordre, Gustave Decamp, Julien Alard, Bernard Legall, Claire Faidherbe et Adolphe Dieryck. Celui-ci est élu grâce notamment aux voix communistes, le MRP votant pour Georges Cériez. Cette alliance, immédiatement critiquée par le PC, tient deux ans jusqu’aux élections municipales normales de 59.

 

Le Conseil Municipal élu en 1957 était composé ainsi :  Vanoverschelde Charles (Maire), Decamp Gustave, Alard Julien, Le Gall Bernard, Mme Faidherbe-Castel Claire, Dieryck Adolphe, Casier Robert, Mennekeer Charles, Verkindère Gérard, Mme Deceuninck-Jacques Simonne, Ceriez Georges, Lesaffre Gaston, Lescroart Maurice, Verhellen Albert, Destoop Léon, Graye Fernand, Auvelick André, Delannoy Jules, Declercq Robert, Desplanque Michel, Lagae Cyrille, Delattre Joseph, Mme Delbaere-Lombaere Simonne, Declercq Julien, Devriese Armand, Houte Albert, Vanmeerhaeghe Georges.


Elections Municipales de mars 1959 : A cette date, au premier tour, trois listes sont en présence : 1- La liste « d’union sociale familiale et MRP pour la gestion communale » avec de nouveaux candidats dont Henri Leveugle, François Bisbrouck, André Dewailly, Adrien Verkindère (déjà candidat en 1945). Elle obtient 3250 voix.

 

2- La liste de « défense républicaine et laïque » présentée par le PC. 3320 voix. 

3- La liste présentée par l’UNR, le parti gaulliste 1145 voix.

 

Au deuxième tour, retrait de la liste UNR, la liste MRP l’emporte : 4250 voix, les communistes totalisant sur leur liste 3670 voix.

 

De mars 1959 à mars 1965, la gestion municipale est donc assurée par cette équipe encore largement inspirée par des militants se réclamant du MRP, et emmenée par Le Maire, Charles Vanoverschelde ou « Charles » comme l’appelaient tout simplement les halluinois, car il était l’ami de tous, par un dévouement, une disponibilité et une serviabilité exemplaires.


 Depuis 1958 le contexte national a bien évolué. Quelques traits : - la fin de la guerre d’Algérie en 1961-1962 avec les violences nées de l’action de l’OAS, - l’arrivée des rapatriés et des harkis, la mise en place de la Ve République, - l’impact important sur le plan local du glissement de la CFTC vers la CFDT en 1963-1964 avec un abandon par cette dernière de toute référence chrétienne, position refusée par une partie de ses militants qui se réorganisent pour ne pas disparaître.



Le Conseil Municipal de 1959 est constitué ainsi
 : Vanoverschelde Charles (Maire), Decamp Gustave, Alard Julien, Le Gall Bernard, Mme Faidherbe-Castel Claire, Dieryck Adolphe, Minnekeer Charles, Devriese Armand, Mme Deceuninck-Jacques Simonne, Ceriez Georges, Lescroart Maurice, Verhellen Albert, Houte Albert, Destoop Léon, Graye Fernand, Delannoy Jules, Declercq Robert, Desplanque Michel, Lagae Cyrille, Delattre Joseph, Mme Delbaere-Lombaere Simonne, Declercq Julien, Casier Robert, Verkindère Gérard, Lesaffre Gaston, Vanmeerhaeghe Georges, Auvelick André.

 

A la veille des Elections Municipales de 1965 la liste d’union sociale, familiale et MRP présente son bilan et son programme. L’équipe s’est renouvelée car Julien Alard, Fernand Graye, Paul Verhulst sont décédés en cours de mandat. Parmi les arrivants, Denise Dansette, Roland Schepens, Pierre Derudder, Régis Vanhalst, Jean-Marie Chombeau, Gérard Verkindère ne se représente pas.

 

Une seule liste s’oppose à celle d’ union sociale, familiale et MRP : « La liste d’action démocratique laïque et sociale »  emmenée par le communiste Charles Minneker.

Il n’y aura qu’un seul tour, la liste d’union sociale familiale et MRP l’emporte avec 4470 voix  face à la liste représentée par le parti communiste qui obtient 3100 voix.  

 

Charles Vanoverschelde est reconduit dans ses fonctions de maire, entouré de ses adjoints : Adrien Verkindère, Député du Nord (Suppléant de Maurice Schumann Ministre), est élu premier adjoint par 24 voix sur 27, Claire Faidherbe-Castel est élue deuxième adjoint avec 26 voix, François Bisbrouck est troisième adjoint, les deux adjoints supplémentaires  étant  Jacques Depuydt, Maurice Lescroart, et des conseillers municipaux : Albert Houte, André Hasbroucq, Roger Dhellin, Alfred Ragonnet, Michel Fiolet, Henri Leveugle, Michel Gille, Albert Verhamme, Michel Gomez, Régis Vanhalst, Michel Desplanque, André Dewailly, Denise Dansette-Dhuyvetter, René Dedeine, Roger Beernaert, Vandewoestyne-Declercq Antoinette, Roland Schepens, Pierre Derudder, Jules Delannoy, Jeanne Ampe-Six.

 

L’actuel maire fut, notamment, l’artisan du premier jumelage entre Halluin et la ville allemande d’Oer-Erkenschwick avec la signature de la charte en 1969 ;  ses éminents services  lui valurent en particulier la remise de la croix de Chevalier dans l’Ordre National du Mérite par Maurice Schumann alors Ministre des Affaires Etrangères.

 

Les noces d’or du Maire seront célébrées en cours de mandat de manière exceptionnelle.

 

Après avoir occupé le poste de Premier magistrat de la ville, pendant près de quatorze ans, Charles Vanoverschelde ne se représenta plus aux suffrages des électeurs.

 

On assiste aux débuts de la communauté urbaine de Lille dont Halluin fait partie, cette communauté voit le jour le 31 décembre 1966.

 

Adrien Verkindère, premier adjoint de Charles Vanoverschelde, répond positivement à la demande de Maurice Schumann et devient son suppléant aux élections législatives de mars 1967. 


Il est élu au premier tour avec à Halluin 4225 voix, Gilles Jules (PC) en obtient 2878. Gérard Haesebrouck (socialiste), déjà conseiller général dans son canton d’Armentières, 721.

 

Maurice Schumann est nommé ministre, et par voie de conséquence Adrien Verkindère lui succède comme Député de la Xème circonscription du Nord, du 8 Mai 1967 au 30 Mai 1968, puis du 13 Août 1968 au 1er Avril 1973 sous l’étiquette Union des Démocrates pour la Vème République.

 

Quand il s’agit de préparer les élections municipales de 1971, en novembre 1970, une partie des conseillers municipaux sortants fait savoir qu’elle ne suivra pas l’administration municipale sortante. C’est ainsi que trois listes se présentent aux suffrages des électeurs en mars 1971.

 

 

Lors des Elections Municipales de mars 1971, le scrutin est devenu majoritaire à deux tours. Inscrits 9304, Votants 7967, Exprimés 7758. Au premier tour, trois listes sont en présence :

 

1- La liste  « d’Union familiale et sociale » emmenée par le Premier adjoint sortant et Député du Nord Adrien Verkindère obtient 2289 voix (Le meilleur score est obtenu par Yvette Vanhoutte 2331 voix suivi de Jules Delannoy et Michel Fiolet, paradoxalement Adrien Verkindère arrive en dernière position avec 2224 voix).

2- « Union pour une action sociale authentique – Halluin Demain » 2868 voix. (Le meilleur score est obtenu par la tête de liste Albert Houte 2974 voix qui devance Henri Leveugle et Régis Vanhalst, en dernière position nous trouvons Varrasse-DelporteMarcelle).

3- « Liste d’Union de la Gauche pour le renouveau d’Halluin » 2566 voix (Arrive en tête Fernand Wanquet 2585 voix devant Jean Lernould et Joël Naeye, et en dernière position Simonne Lombaere) chaque liste étant constituée de 27 candidats.

Au second tour : Pour un total de 7884 votants et 7764 suffrages exprimés, La liste Halluin-Demain l’emporte avec 4936 voix (Au nombre de voix, Alphonse Vanwyngene arrive en première position avec 4989 voix devant Pierre Desmedt et Gabriel Vervacke, en dernière position Jacques Depuydt totalise 4790 voix)),  face à la liste d’Union de la Gauche 2557 voix (Jean Lernould arrive en tête avec 2584 voix devant Fernand Wancquet et Pierre Duprat, en dernière position Robert Declercq 2541 voix).

 

Albert Houte, non inscrit, est élu pour la première fois Maire d’Halluin. Il est secondé par six adjoints : Henri Leveugle, Régis Vanhalst, Denise Dansette Dhuyvetter, Jacques Depuydt, Marcel Kindt, Alexandre Faidherbe. Ainsi que les conseillers municipaux suivants : Alphonse Vanwyngene, Pierre Desmedt, Gabriel Vervacke Henri Gruard, Jules Devlieger, Jean-Pierre Rembry, Raymond Haese, Yvon Tomme, Raymond Massal, Lucien Lemersre, Ghislain Daels, Jules Wattel, Marcelle Varrasse-Delporte, Pierre Rossel, Libert-Delvallee, Lucien Dupont, Irène Vandaele-Ameys, René Dedeine.

 

Avant d’accéder aux fonctions de maire, Albert Houte était employé de sécurité sociale à la retraite. C’est sa popularité qui l’amena à siéger au sein du conseil municipal halluinois en 1953, dans l’équipe de Charles Vanoverschelde. Il  présidait aussi la société mutualiste « La Prévoyance ».

 

Lors des Législatives de 1973 à Halluin, au second tour, Maurice Schumann le député sortant obtient 3998 voix, mais il est dépassé par Gérard Haesebroeck (PS) qui obtient 4284 voix. Gérard Haesebroeck Maire d’Armentières (Parti Socialiste) obtient une victoire historique sur Maurice Schumann, Ministre des Affaires étrangères de 1969 à 1973, neuf fois élu député du Nord depuis 1945. C’est Alexandre Faidherbe adjoint au Maire d’Halluin qui deviendra son suppléant jusqu’aux Législatives de 1978.

 

Six ans plus tard, aux Elections Municipales de mars 1977, nous retrouvons, au premier tour, trois listes en présence. 10420 électeurs sont inscrits pour 9012 votants et  8811 suffrages exprimés. 

 Grâce à une percée spectaculaire, la liste emmenée par Albert Houte est brillamment réélue, et cela, à la surprise générale dès le premier tour de scrutin, avec près de 54 % des voix. Dans les sept bureaux, la liste du maire sortant a obtenu plus que la majorité absolue.

 

 Les halluinois semblent avoir pris en considération le travail accompli par M. Houte, et lui ont renouvelé leur confiance, sentiments que partagent Henri Leveugle et toute l’équipe.

 

Aussi, cela s’explique en partie par les dissensions internes à la section socialiste ; quant à la nouvelle formation que conduisait Pierre Létuvé, ancien Commandant des Douanes, elle n’obtient que 1500 voix, un chiffre qu’explique sans doute sa création à quelques semaines seulement du scrutin, mais aussi, à une campagne municipale aux affrontement houleux voire calomnieux pour certains, et pas bien méchants pour d’autres…. 

On constate aussi, qu’à l’inverse du courant qui se manifeste à l’échelon national, l’Union de la gauche à Halluin marque un recul par rapport aux élections de 1971 où elle avait obtenu une moyenne de 2578 voix contre 2509 voix seulement cette fois-ci. L’observation des chiffres montre également que le Parti Communiste devance le Parti Socialiste, la moyenne étant de 2702 pour le P.C. et de 2330 pour le P.S.

En ce qui concerne les scores individuels, pour l’Union de la Gauche on notera que Rosette Saint-Venant, inscrite sur la liste en dernier lieu, totalise le même nombre de suffrages que M. Bulot 2524 voix, tête de liste qui réalise, avec sa colistière, le meilleur parcours. Le moins bon score est réalisé pour le PC par André Auvelick 2498 et pour le PS par Jean-Claude Pavot 2500 voix.

 

S’agissant de la liste Halluin-Demain, le meilleur score est réalisé par Albert Houte 4836 voix qui devance Henri Leveugle 4813 voix ainsi que Stanislas Verschae, et le moins bon par Louis-Paul Ampe et Jacques Depuydt 4758 voix chacun.

Dans la troisième liste l’Union pour Halluin, la première place est enlevée par Yvette Vanhoutte 1518, qui totalise 39 voix de plus que Pierre Létuvé tête de liste 1479 voix ; celui-ci est également devancé par Marie-Antoinette Delafosse Danset 1486 voix ainsi que Jacques Fiolet. Germain Vanhoutte arrive en dernière position avec 1452 voix.

 

Le nouveau conseil municipal était composé ainsi : Maire : Albert Houte, Adjoints : Henri Leveugle, Stanislas Verschae, Denise Dansette-Dhuyvetter, Oscar Crombez, Jacques Depuydt, Marcel Kindt, Jean-Claude Deleurence et des conseillers municpaux : Louis-Paul Ampe, Marie-Françoise. Chombeau-Vermander, Jean-Claude Deroo, Jules Devlieger, René Dhont, André Grimonprez, Raymond Haese, Jean-Pierre Leconte, Lucien Lemersre, Patrick Letoret, Jean Racine, Diana Rammmant-Crype, Yvon Tomme, Lucien Tordo, Irène Vandaele-Ameys, Alphonse Vanwyngene, Marcelle Varrasse-Delporte, Gabriel Vervacke, Jules Wattel.

 

Au conseil municipal depuis vingt-sept ans, Albert Houte atteint par la maladie depuis quelques années, se démit de ses fonctions en octobre 1980, laissant la place de maire à son inséparable premier adjoint Henri Leveugle.

 

Né le 14 novembre 1924 à Wattrelos (Nord) Henri Leveugle, cadre textile, succède à Albert Houte comme Maire d’Halluin, le 5 octobre 1980 jusqu’en mars 1983.

 

Auparavant Henri Leveugle fut nommé conseiller municipal le 15 mars 1959, réélu dans l’équipe de Charles Vanoverschelde le 14 mars 1965 ; à compter du 21 mars 1971, il devenait le Premier adjoint au maire Albert Houte, qu’il seconda à ce poste pendant neuf ans.

 

 

Lors de ces Elections Municipales de 1983, le scrutin à la proportionnelle fut rétabli. Au premier tour, trois listes sont une fois encore en présence :


1- La liste « Pour une action sociale authentique » Halluin-Demain Parti Socialiste emmenée par Henri Leveugle (Maire sortant) totalise 3236 voix ( pour 10510 inscrits et 8504 exprimés, soit un taux de participation de 84 %.


2-  
La liste « De large union pour une gestion sociale humaine et démocratique » emmenée par Michel Labaere (ouvrier) présentée par le Parti Communiste remporte 1457 voix.


3-   
La liste « Union pour la Sécurité et la Gestion d’Halluin » emmenée par Albert Desmedt (journaliste honoraire) arrive en tête du premier tour avec 3811 voix, (44,81 %) soit six cents de plus que la liste de M. Henri Leveugle. L’USGH crée une véritable sensation et met le maire sortant en ballottage.

 

Au second tour, pour 9116 votants, 8843 suffrages exprimés (86,70 %) de participation, la défaite de la liste sortante s’est amplifiée. 

La liste « Sécurité et Gestion » avec 4507 voix  obtient la majorité absolue (50,96 %) et 25 sièges dont : Le nouveau Maire d’Halluin Albert Desmedt, les adjoints : Patrick Tierrie, Marie-Paule Heiblé-Doléans, Jean Ostyn, Louis-Paul Ampe, Freddy Mathys, Jacqueline Vanhoutte Debouver, Chriqstian Verpraet, André Rampelberg, Denise Simono-Delannoy, et les conseillers municipaux : Didier Desprez, Jean-Pierre Verschave, Guy Fiolet, Roland Rosé, Norbert Deprez, André Lescroart, Francis Strzelczyk, Geneviève Dufour-Leplat, Roger Boudry, Pascal Delafosse, Raymond Castelain, Jules Wattel, Albert Dubois, Geneviève Grumiaux, Serge Maugeais.

La liste Halluin-Demain Parti-Socialiste obtient 3105 voix (35,11 %) et 6 sièges attribués à : Henri Leveugle, Albert Houte, Alexandre Faidherbe, Stanislas Verschae, Denise Dansette-Dhuyvetter, Oscar Crombez.

Quant à la liste du Parti Communiste elle obtient 1231 voix (13,92 %) et deux sièges : Michel Labaere et Dany Callemyn.

 

 Le recul de la liste Leveugle et Parti Socialiste peut s’expliquer par les attaques personnelles  contenues dans certains tracts du P.S. de nature à indisposer nombre d’électeurs qui se souviennent que M. Albert Desmedt a failli payer de sa vie sa lutte contre les nazis : l’amalgame « Desmedt-droite-facisme » fut ressenti comme une grossière insulte qui s’est certainement retournée contre ses auteurs.

Dans sa première déclaration à la presse, Albert Desmedt à « regretter la façon lamentable dont s’était terminée la campagne » avouant que cet amalgame avec le facisme opéré par le P.S. lui restait « en travers de la gorge ».

 

 

C’est à partir de 1833, que chaque canton désigne son conseil général, et depuis 1848 au suffrage universel. Durant plus d’un siècle, ce fut le seul échelon administratif entre la commune et l’Etat jusqu’à la loi de décentralisation de 1982, et la création du Conseil Régional.

 

Deux ans après les municipales, lors des Elections Cantonales de mars 1985, c’est une victoire « sans bavures » que remporte le candidat « d’opposition sans étiquette », Albert Desmedt dans ce canton de Tourcoing-Nord dévolu depuis 18 ans au R.P.R.

 

Pour cette élection , il y avait 35561 inscrits, 26427 votants soit 73,4 % et 24877 suffrages exprimés. Au premier tour, dix candidats étaient en lice : Albert Desmedt arrive en tête avec 23,20 % des voix devant Christian Odoux 19,3 % et René Bockstaels RPR  19 %.

 

Pour 25769 votants soit 73,4 % et 24072 suffrages exprimés au second tour ; Albert Desmedt totalise 14513 voix, Christian Odoux 9548 voix et Nys du Front National seulement 11 voix.

 

 Avec 60,28 % le maire d’Halluin, en faveur duquel RPR et UDF avaient appelé à voter, l’emporte de près de 5000 voix sur son rival socialiste Christian Odoux. En 1979, le score avait été beaucoup plus serré Albert Bocktaels (RPR décédé) n’ayant battu le communiste Yves Croës que de 1000 voix.

 

La victoire d’Albert Desmedt journaliste en retraite, âgé de 68 ans, peut s’analyser de deux façons différentes. Dans les communes de la vallée de la Lys où il bénéficie d’une indiscutable notoriété, on peut parler d’un vote de « notabilité » ; il a réalisé un véritable « carton » à Bousbecque (72 %) d’où il est originaire, à Linselles (62 %) et surtout peut-être à Halluin où avec 65 % il devance Christian Odoux de plus de deux mille voix.

 Un score que le maire d’Halluin n’a pas manqué de considérer comme un véritable « vote de confiance » de la part de ses administrés, puisqu’il améliore son total des municipales de quinze points.

 

Atteint par une pénible maladie, Albert Desmedt devait décéder en cours de mandats le 25 juillet 1987. C’est son premier adjoint à la Mairie d’Halluin Patrick Tierrie, comptable de profession, qui assume l’intérim jusqu’au 2 septembre 1987.

 

Dans son testament politique M. Desmedt souhaitait voir son conseiller municipal Didier Desprez lui succéder. Les membres de la liste majoritaire « Sécurité et Gestion » ont accédé à ce désir lors d’une séance extraordinaire du Conseil Municipal d’Halluin qui se déroula le jeudi 3 septembre 1987.

En effet, lors d’un décès, il n’est plus nécessaire, depuis que les élections municipales se font à la proportionnelle, de recourir à des élections complémentaires. Il suffit de puiser dans la liste à laquelle appartenait le défunt pour compléter l’assemblée municipale. C’est ainsi que fut officiellement installé conseiller municipal Mlle Yvette Vanhoutte, institutrice. Le conseil ainsi au complet pouvait élire la municipalité.

 

Comme prévu, Didier Desprez est élu maire de la commune frontalière, au premier tour de scrutin avec 20 votes positifs se regroupant sur son nom, tandis que 12 conseillers choisissaient l’abstention (8 opposants PC et Halluin Demain, PS plus 3 colistiers de Didier Desprez).

Le nouveau Maire d’Halluin est professeur au collège Charles Péguy de Tourcoing, après avoir été directeur de collège à l’EICT. Il est âgé de 33 ans, marié et père de trois enfants. Au sein de l’ancien conseil, il était adjoint aux centres aérés.

 

 

Le 11 octobre 1987 se déroula le premier tour de  l’Election Cantonale de Tourcoing Nord. Qui voyait douze candidats se partageaient les suffrages des 35977 inscrits pour 19513 votants soit 54,23 %. Au second tour, restaient le candidat représentant la droite Henri Desmettre UDF et Alexandre Faidherbe PS.

Contre toute attente, les électeurs ont fait passer ce siège traditionnellement détenu par un candidat de droite à la gauche.

 

Alexandre Faidherbe (ancien adjoint au maire d’Halluin, conseiller à la communauté urbaine, conseiller régional et suppléant de M. Gérard Haesebroeck,  député de la 10ème circonscription, conseiller municipal d’Halluin depuis 1983) succède à Albert Desmedt, ancien maire d’Halluin, au siège de conseiller général du canton de Tourcoing-Nord avec 54,86 % des suffrages exprimés, contre 45,13 % des voix à son adversaire, Henri Desmettre, maire de Roncq UDF/CDS.

 

Comme en 85, Halluin a imposé sa loi au canton ; Alexandre Faidherbe totalisant dans sa commune un score de 64,69 % soit 4040 voix pour 35,31 % soit 2205 voix à son adversaire Henri Desmettre, et se place idéalement dans la perspective des prochaines municipales.

 

 

Election Cantonale Partielle de Tourcoing Nord Juin 1989 :  Cette élection était provoquée par la plainte déposée par le leader du Front National Christian Baeckeroot pour l’annulation de la cantonale de 1987 « faux candidats-fantômes ».

 

Aux suffrages des 36805 inscrits, 15222 votants soit 41,35 %, pour 14841 suffrages exprimés, au premier tour, quatre candidats se présentaient : Francine Vanoverberghe Parti Communiste, Christian Baeckeroot  Front National, Alexandre Faidherbe Parti Socialiste,  Henri Desmettre UDF.

Le conseiller général sortant devance le maire de Roncq Henri Desmettre de 1000 voix, qui a vu le Front National se maintenir sur des positions fortes, surtout à Tourcoing où il frise les 30 % ; quant à Halluin le FN atteint 15,27 % des voix.

 

Au second tour, pour une participation de 44,11 % des votants sur l’ensemble du canton, Alexandre Faidherbe obtient 8308 voix soit 53,22 % des suffrages exprimés, et Henri Desmettre 7300 voix soit 46,77 %

 

Conseiller Général en 87, Député Suppléant de Jean-Pierre Balduyck en 88, Maire d’Halluin en 89, Alexandre Faidherbe est réélu Conseiller Général du canton de Tourcoing-Nord.

 

Pour Halluin, Alexandre Faidherbe, avec près de 70 % des suffrages, réalise un score historique, et le grand chelem, en l’emportant dans l’ensemble des huit bureaux halluinois.

Néanmoins, il faut nuancer ce résultat impressionnant, car moins de la moitié des halluinois ont accompli leur devoir civique !

 

 

Elections Municipales de mars 1989, quatre listes sont en présence pour le premier tour :


1- La liste « Union pour la sécurité et la gestion d’Halluin » emmenée par Didier Desprez obtient 36,54 ù soit 2849 voix. (pour 11120 inscrits, 8212 votants soit 73,84 % et 7798 suffrages exprimés).


2- Liste présentée par le PS et la Majorité présidentielle « En avant Halluin » emmenée par Alexandre Faidherbe obtient 43,20 % soit 3369 voix.


3- Liste présentée par le PCF « Ensemble un autre avenir pour Halluin » emmenée par Francine Vanoverberghe-Conejero obtient 0,80 % soit 842 voix.


4- Liste « Rassemblement Pour Plus de Fraternité » emmenée par Michel Bisbrouck obtient  9,46 % soit 738 voix.                                                                                            

 

Au second tour, trois listes restent en présence pour 8484 votants et 8193 suffrages exprimés. La liste Didier Desprez obtient 40,41 % soit 3311 voix et 7 sièges, la liste Alexandre Faidherbe 50,58 % soit 4144 voix et 25 sièges, la liste Francine Vanoverberghe 9,01 % soit 738 voix, et un siège.

 

Pour la première fois, Alexandre Faidherbe (PS), conseiller général, emporte la mairie d’Halluin. Après l’annonce officielle des résultats, la première pensée du nouveau maire fut pour ceux qui ont fait confiance à sa liste, à ceux qui ont présidé le comité de soutien et à MM Houte et Leveugle, anciens maires, et demanda que l’on respecte tous les candidats présents à cette élection « Nous somme élus ce soir, nous sommes au service de tous les halluinois » devait-il conclure.

 

Le samedi 25 mars 1989, autour du maire Alexandre Faidherbe sont nommés neufs adjoints :

Régis Vanhalst, Jean-Luc Deroo, Jeannine Gheysen-Castro, Jean-François Lesage, Didier Duprat, Vianney Leveugle, Brigitte Casier-Duforest, Didier Delahousse, Didier Watry, trois conseillers délégués : François Bisbrouck, Francis Poulain, Olivier Ghesquière, et les conseillers municipaux : Pour la majorité, Claude Hernaert, Maurice Bels, Nelly Vankesbeulque, Lucien Dupont, Francis Vandenbrouck, Raymond Detaevernier, Michel Odent, Pierre Delbassez, Christiane Verkindère Debon, Patrick Boucourt, Jacques Brulin,  Marcelle Varrasse-Delporte. Pour l’opposition, Didier Desprez, Patrick Tierrie, Marie-Paule Heiblé-Doléans, Freddy Mathys, Jean-Pierre Verschaeve, Serge Maugeais, Raymond Vanhalst, et représentant le PCF, Francine Vanoverberghe.

 

 

Elections Régionales mars 1992. Dans la Vallée de la Lys, c’est l’UPF (Union de l’opposition RPR-UDF-CNI) défendue par Jacques Legendre qui rafle la mise en obtenant le meilleur pourcentage dans six communes sur huit. En revanche la liste « Le Nord plus fort » emmenée par Michel Delebarre maire socialiste de Dunkerque, est le plus souvent devancée par celle du Front National.

 

A Halluin, « l’effet Faidherbe » a certainement joué puisque c’est dans cette commune que la liste socialiste obtient le meilleur score de la Vallée de la Lys (Halluin, Bousbecque, Wervicq-Sud, Comines, Linselles, Quesnoy, Deûlémont, Warneton) soit 23,82 % vient ensuite l’UPF avec 20,13 % (17,63 % pour la droite en 86) et le Front National avec 19,59 % (14,88 % en 86). 

Halluin : Votants 8446 soit 74,16 % de participation, ont obtenu : PC 690 voix ou 8,77 %,FN 1541 voix ou 19,58 %, Verts 606 voix ou 7,7O %, Lutte Ouvrière 148 voix ou 1,88 %, Chasseurs 156 voix ou 1,98 %, UPF 1584 voix ou 20,13 %, Borloo 679 voix ou 8,63 %, P.S. 1874 voix ou 23,82 %, Prudh. 139 voix ou 1,76 %, Génération Ecologie 450 voix ou 5,72 %.

 

                                                                (Suite 3/4)

 (Archives D.D., Documents Divers). 

L I E N S :
Résultats des Elections Municipales d'Halluin (Nord) de 1789 à nos jours (1/4).

Résultats des Elections Municipales d'Halluin (Nord) de 1789 à nos jours (3/4).

Résultats des Elections Municipales d'Halluin (Nord) de 1789 à nos jours (4/4 suite et fin).


Partager cet article
Repost0
20 février 2007 2 20 /02 /février /2007 07:57



En mars 2008, se dérouleront les prochaines élections municipales. C’est l’occasion d’effectuer un retour en arrière de deux siècles, pour retracer l’histoire de ces maires qui, à des époques et dans des contextes différents, eurent la responsabilité des affaires communales. C’est le résultat de ces recherches que je vous livre aujourd’hui.

  

Au moment de la Révolution de 1789, c’est P.L. de Lannoy qui devenait le premier magistrat d’Halluin, le 24 décembre 1790.


Jusqu’en 1830, quatre élus se succédèrent : J.F. de Lannoy, maire de 1794 à 1795, Jean-Baptiste Duflo de 1795 au 16 juin 1800, Jean-Baptiste Vandebeulque du 17 juin 1800 au 26 avril 1805, puis un troisième Jean-Baptiste  Chombart, élu par les Halluinois pendant vingt-cinq ans, du 29 avril 1805 au 9 septembre 1830.

 

De septembre 1830 à mai 1900, soit pendant 70 ans, se succédèrent seulement trois maires, appartenant tous à la même famille : Pierre Demeestere-Delannoy, du 12 septembre 1830 au 25 août 1865, qui démissionna après trente-cinq années au service de la commune ; son gendre Edouard Lemaitre, qui organisa le corps des sapeurs-pompiers, et fut appelé par arrêté impérial à prendre la succession de son beau-père, du 26 août 1865 au 27 octobre 1873.


Grand administrateur et industriel remarquable, Edouard Lemaitre fut décoré de la Croix de Chevalier de la Légion d’Honneur par Napoléon III, au cours d’une visite solennelle à la ville de Tourcoing.


M. Paul Lemaitre-Bonduelle, ancien conseiller général, fils d’Edouard Lemaitre, devenait à son tour, le 23 février 1874 maire d’Halluin, pour plus de vingt-six ans, jusqu’au 19 mai 1900.

 

Nommé pour la première fois au sein du conseil municipal en 1878, Pierre Defretin, fabricant textile, est élu maire du 20 mai 1900 au 10 décembre 1919.


Avec un intérim de deux ans du 27 avril 1906 au 17 mai 1908, pendant lesquels la charge fut exercée par M. Louis Odou-Loridan, son second adjoint.


En 1918, sous l’autorité du Maire Pierre Defretin, le Conseil Municipal était composé ainsi : Lemaitre-Boutry Paul, Wallard, Vanackère, Vandemeulebrouck, Descamps, Declercq, Delesalle, Danset, Beylemans, Lescroart, Devernay, Derveaux, Castelain, Lefebvre, Tiberghien, Sion, Morel, Vanraes, Destailleurs.

 

Les Elections Municipales de 1919 furent un succès pour les socialistes, et leur leader Gustave Desmettre se voyait confier l’écharpe majorale. Après le congrès de Tours en décembre 1920, Gustave Desmettre passa au parti communiste. Cela ne l’empêcha pas d’être régulièrement réélu jusqu’à son décès, en cours de mandat, le 9 avril 1935.

 

Le Conseil Municipal de 1925 était composé ainsi : G. Desmettre, P.J. Verkindère adjoint, C. Demassiet, L. Declercq, L. Carton, H. Lombaere, J. Vandenbon, J. Courtens, F. Demeulenaere, G. Cornette, L. Debaere, J.B. Vercruysse, C. Dereus, E. Vandewattyne, C. Sinaeve, C. Breemeersch, O. Vandeweghe, J. Vansieleghem, Lauridan, Vanackère, Graye, Lemaitre, Defretin, Danset, Devernay, Lamaire.

 

Durant toute cette période, Halluin est devenue pour le parti communiste, une « citadelle ouvrière dénommée « Halluin La Rouge », où les élections lui étaient toujours favorables.

 

Comme l’écrivait Maxence Van der Meersch, « Halluin La Rouge » devenait la « ville sainte du communisme ».

 

  

                                     Résultats des Elections Municipales d’Halluin.

 

 

  Année

     Tour

  Inscrits

      Droite

 Communiste

 Socialiste

   1919

      1er

    1.947

   45 - 49

    55 -  51

   56  -  51

 

       2                      

 

       47

 

        53

   1925

      1

    3.400

       45

        47

         7

 

      2

 

     48,7

       51,2

         -

   1929

      1

    3.761

       43

        49

         6

 

      2

 

       49                  

        51

         -

   1935

      1

    4.115

      12

        57

         4

 


La municipalité communiste élue le 12 mai 1929 se compose ainsi autour du maire Gustave Desmettre : Gilbert Declercq,  Pierre-Jean Verkindère, Charles Dereus Gustave Casier, Etienne Delattre, Julien Destailleurs, Georges Masseles, Charles Sinnaeve, Etienne Vantomme, Georges Vanmeerhaeghe,Oscar Verkindère, Henri Vervacke, Emile Demeulenaere, Auguste Dewaele, Louis Mignon, Emile Vandermeeren, Félix Demeulenaere, Michel Desseaux, Henri Lombaere, Georges Tomme, Octave Vandeweghe, Achille Veranneman, Gustave Cornette, Jean-Baptiste Vercruysse, Emile Bostoen.

Après une tentative malheureuse en 1929, les chrétiens sociaux se lancent ouvertement dans la bataille municipale de 1935. A leur tête se trouvent Arthur Houte et d’autre militants connus, tous adhérents à la Jeune République.

 

Les résultats restent très positifs pour le parti communiste, mais font chuter la Droite qui tombe à 13 % des suffrages. « Les catholiques sociaux » obtiennent 24 % des voix. Ce vote traduit assez bien l’influence réelle des syndicats libres auprès de la population ouvrière d’Halluin.


C’est à l’occasion de cette élection législative de 36, que le parti communiste d’Halluin obtient le meilleur score 2263 voix et 58 % des suffrages exprimés. Ce pourcentage record dépasse légèrement celui des élections municipales de l’année précédente, où il avait obtenu 2141 voix et 57 % des suffrages exprimés.


Gustave Desmettre décédé, est
remplacé par Gilbert Declercq.

 

Le Conseil Municipal de 1935 est ainsi constitué : Declercq Gilbert (Maire), Bostoen Emile, Dereus Charles, Tesse Isidore, Verkindère Oscar (Adjoints), Cornette Gustave, Demeulenaere Emile, Verkindère Pierre, Hoedt Auguste, Mignon Joseph, Casier Gustave, Demeulenaere Félix, Verhanneman Achille, Decraene Joseph, Tomme Georges, Vandekerckhove Julien, Deneweth Médard, Vandeweghe Octave, Dewaele Auguste, Lenez Victor, Desseaux Michel, Huyghe Constant, Rousseau Arthur, Vanmeerhaeghe Georges, Vercruysse Jean-Baptiste, Delattre Etienne, Masselles Georges.

 

Gilbert Declercq devint ensuite Député aux élections législatives d’avril 1936, dans la 9ème circonscription dont fait partie Halluin, avec 51 % des voix après avoir battu le candidat de droite Jean Bataille (dont 58 % des voix sur Halluin).

A la déclaration de la guerre en 1939, Gilbert Declercq manifeste son désaccord avec le pacte germano-soviétique, il est suspendu en 1940 de tous ses mandats électifs. L’attitude hostile des militants l’oblige à fuir Halluin, et à chercher refuge en Touraine. Gilbert Declercq meurt en septembre 1944 dans la région de Nîmes.

 

Vu les circonstances exceptionnelles, une délégation spéciale fut mise en place, qui choisit Gaston Petit, contrôleur des contributions indirectes, pour président, et deux adjoints Joseph Wanquet et Emile Vandaele.

 

Gaston Petit fut nommé maire en octobre 1941.

 

Le Conseil Municipal d’Octobre 1941 était composé ainsi : Petit Gaston (Maire) Wanquet Joseph, Vandalle Emile, Desbuquois Paul, Nollet Jules, Demassiet Adrien, Vandewalle Léon, Wancquet Hildevert,  Menet Gustave, Mme Lemaitre-Duprez Elisabeth, Descamps Achille, Walbron Léon, Montagne Victor, Leclercq Henri, Destombes Julien ,Pipart Albert, Desprez Robert, Bisbrouck Albert, Nuyttens Marcel, Jean Sion.

 

Installation du nouveau Conseil Municipal le 22 Mai 1943 : MM. Gaston Petit Maire, Joseph Wanquet, Emile Vandalle, Paul Desbuquois et Robert Desprez Adjoints, Jules Nollet, Adrien Demassiet, Léon Vandewalle, Hildevert Wancquet, Gustave Menet, Mme Lemaitre Duprez Elisabeth, Achille Descamps, Léon Walbron, Victor Montagne, Jean Sion, Henri Leclercq, Julien Destombes, Albert Pipart, Albert Bisbrouck, Marcel Nuyttens.

Gaston Petit décéda le 23 janvier 1944. C’est son 1er adjoint Joseph Wanquet qui lui succède officiellement le 25 Janvier 1944 jusqu’au 25 Septembre 1944.

 

A la Libération de la Ville,  la délégation spéciale emmenée par le Maire Gaston Petit, puis le nouveau conseil municipal nommé par le gouvernement de Vichy et l’Etat français en 1943 ont laissé place à une délégation municipale pluraliste représentant toutes les sensibilités patriotiques locales.

 

Par arrêté préfectoral en date du 26 Septembre 1944, le communiste Gustave Casier est nommé Président de la nouvelle Délégation Municipale jusqu'au 14 Mai 1945. 

 

Les membres qui composent cette délégation sont : Dereu Charles, Myngers Albert, Veranneman Achille, vice-présidents, Amez Robert, Lenez Victor, Rousseau Arthur, Mme Dujardin Monique, Mittenaere André, Delafosse Henri-France, Verkindère André, Parmentier Henri, Decraene Joseph, Vandekerkhove Julien, Huyghe Constant, Delattre Etienne, Bekaert Marcel, Verkindère Gérard, Detaevernier Pierre.

 

Elle émane largement du Comité local de Libération. Celui-ci constitué dans la clandestinité dès le second semestre 1943, apparaît publiquement à l’ancienne mairie, rue de l’Eglise, en septembre 1944.Il comporte notamment des hommes comme Gustave Casier, Charles Dereu (Président), Gérard Verkindère, Albert Myngers. André Verkindère remplacera ce dernier dans la délégation municipale, Albert Myngers ayant été nommé au Comité départemental de Libération.

 

A noter, par ailleurs, que pendant toute cette période 1939-1944, Stéphane Dubled, secrétaire général de mairie et Edouard Penasse receveur municipal, tous les deux proches de la municipalité d’avant 1939, ont assuré leur tâches de gestion et tenu administrativement la mairie.

 

 
En avril 1945, c’est la première fois depuis 1936 que le corps électoral est appelé à s’exprimer dans les urnes. La constitution des listes électorales n’est pas une mince affaire. Car il y a une innovation fondamentale : les femmes pour la première fois dans l’histoire française sont à la fois électrices et éligibles. Le verrou mis depuis trente ans par la majorité du Sénat vient enfin de sauter. C’est la volonté de De Gaulle mais dans la préparation de cette décision à Alger Fernand Grenier, qui fut dans les années trente employé municipal à Halluin, n’est pas resté inactif. (Fernand Grenier fut délégué du PC en janvier 1943 auprès du Général De Gaulle à Londres et en 1944 ministre de l’Aviation au gouvernement provisoire à Alger. Député jusqu’en 1968, il décède à Saint-Denis en août 1992).

 

Lors de ces Elections Municipales de 1945, deux listes sont en présence : La liste d’Union patriotique républicaine et antifasciste animée par le parti communiste, le Front national, les Forces unies de la jeunesse patriotique et la CGT avec notamment Gustave Casier en tête de liste.


La liste des candidats du Mouvement républicain populaire où se retrouvent, entre autres, Julien Alard, le docteur Albert Louf, Adrien Verkindère, Gérard Verkindère et Madame Edouard Lemaitre née Duprez Elisabeth comme Célina Vuylstecke, commerçante.

 

Le Mouvement républicain populaire est un nouveau venu. Né à la Libération de la fusion du parti démocrate populaire d’avant-guerre et de la Jeunesse république, puissante à Halluin, il veut afficher, à la fois sa fidélité aux valeurs de la Résistance, ses sentiments gaullistes et une certaine sensibilité sociale autour d’équipes ouvrières.


Maurice Schumann en devient le président. On le retrouve bientôt candidat aux législatives dans la dixième circonscription. Jusqu’en 1973, sa présence comme député de la vallée de la lys sera constante.

 

Donc, en ce mois d’avril 1945 à Halluin, un seul tour a suffi. Il n’y a pas à cette date de candidats de la SFIO. La liste menée par Gustave Casier, membre du parti communiste et ancien conseiller général, l’emporte de près de huit cents voix et gagne tous les sièges. Il y a absence d’une opposition au sein du conseil.  Gustave Casier est officiellement élu Maire d’Halluin, le 19 Mai 1945. 


Le nouveau Conseil Municipal de 1945 se compose ainsi : Casier Gustave (Maire), Veranneman Achille, Derudder Georges, Knockaert Urbain, Devriese Armand, Detaevernier Pierre, Huyghe Constant, Auvelick André, Decraene Joseph, Lombaere André, Mmes Destailleurs-Vandamme, Vandenberghe-Milleville, Mlle Oost Amanda, Mme Samyn-Viaene, Bekaert Marcel, Dereus Charles, Mme Deceuninck-Jacques, Lagae Cyrille, Mittenaere André, Veyer Marceau, Velghe Albert, Graye R., Mme Callemyn-Rousseau, Mme Vanderhem-Verleye, Mme Taffin-Nuns.

 

 

Aux nouvelles Elections Municipales de 1947, la liste soutenue par le PC obtient treize sièges avec à sa tête Gustave Casier, celle s’appuyant sur le MRP douze sièges et la SFIO, deux sièges. Cette coalition MRP-SFIO désigna Joseph Wanquet maire SFIO et Gérard Verkindère premier adjoint. La majorité change d’orientation.

  

L’écart entre la liste conduite par le parti communiste, et celle soutenue par le MRP sera de soixante voix. La liste socialiste ayant obtenue près de huit cents suffrages.

 

Le conseil Municipal de 1947 à 1953 était composé ainsi : Wanquet Joseph (maire), Verkindère Gérard, Dereu Charles-Henri, Catry Ernest, Nollet Cyprien, Demassiet Adrien, Alard Julien, Ceriez Georges, Vanoverschelde Charles, Casier Gustave, Persyn Emile, Veranneman Achille, Verhulst Paul, Auvelick André, Mme Deceuninck-Jacques Simonne, Devriese Armand, Bossman Raymond, Lagae Cyrille, Lesaffre Gaston, Graye Fernand, Knockaert Urbain, Cokele Firmin, Destoop Léon, Six Antoine, Verhellen Albert, Vanoverschelde Ludovic,  Crombez Marcel.

 

Six ans plus tard, lors des Elections Municipales de 1953, la situation se complique : le PC obtient treize sièges, le MRP, douze et la SFIO, deux. La position de la SFIO a évolué depuis 1947. Monsieur Le Gall, son porte-parole au conseil, veut jouer, comme il le déclare, le rôle de « charnière » entre les deux blocs. Cette attitude entraîne un retour du PC à la tête de la commune, car les deux socialistes s’abstiennent lors du vote du maire le 7 mai 1953.

 

C’est Robert Casier (PC) frère de Gustave et directeur de coopérative qui occupe le siège de maire jusqu’en mars 1957. A cette époque, le mode de scrutin était la proportionnelle et les conseils municipaux étaient constitués par un « panachage » des différentes listes en présence. La position du PC est précaire compte tenu de cet appui intermittent des conseillers socialistes. Bien des décisions sont contestées et rejetées par un vote 12 + 2 (MRP + SFIO). On tente de se neutraliser réciproquement. Le conseil municipal, faute d’une majorité stable, est condamnée à l’immobilité.


Le Conseil Municipal élu en 1953 était composé ainsi :   Casier Robert (Maire) Veranneman Achille, Devriese Armand, Mme Deceuninck-Jacques Simone, Verkindère Gérard, Alard Julien, Lesaffre Gaston, Lescroart Maurice, Le Gall Bernard, Houte Albert, Verhellen Albert, Mme Faidherbe-Castel Claire, Mme Auvelick André, Ceriez Georges, Destoop Léon, Debon Camille, Delannoy Jules, Knockaert Urbain, Declercq Julien, Mme Mittenaere-Verheu Madeleine, Graye Fernand, Lagae Cyrille, Vanoverschelde Charles, Decraene Joseph, Delattre Joseph, Desplanque Michel, Vanmeerhaeghe Georges.

 

 Considérant qu’au sein du conseil municipal de graves dissensions entravaient l’administration de la commune (le budget et le compte administratif n’avaient pu être votés !), le président du Conseil des ministre de l’époque, Guy Mollet, décréta la dissolution du conseil municipal d’Halluin le 15 mars 1957.

 

 Une délégation spéciale fut instituée dans  la commune, composée de Gustave Decamp, Henri-France Delafosse et Hildevert Wancquet. Ce dernier, artisan de profession, est nommé par ses pairs président de la délégation spéciale fin mars 1957.

 

 Le renouvellement du Conseil Municipal en 1957, après dissolution, a débouché sur une situation nouvelle. Charles Vanoverschelde, ancien menuisier, apparenté MRP, devenait officiellement maire d’Halluin le 9 mai 1957, au bénéfice de l’âge au troisième tour de scrutin après des interruptions de séances tendues et devant un public tassé dans le couloir de la mairie, à l’époque rue de Lille.


                                                                                                     (suite 2/4)

(Archives D.D., Documents Divers).

L I E N S : 
Résultats des Elections Municipales d'Halluin (Nord) de 1789 à nos jours (2/4).

Résultats des Elections Municipales d'Halluin (Nord) de 1789 à nos jours (3/4).

Résultats des Elections Municipales d'Halluin (Nord) de 1789 à nos jours (4/4 suite et fin).
Partager cet article
Repost0
19 février 2007 1 19 /02 /février /2007 13:45


 

Le 28 février 1985, le Docteur Charles Dereu nous quittait à l’âge de 84 ans.

 

Cette personnalité halluinoise était aussi un personnage de la vie locale, médecin et poète.

 

Lors de son décès, on pouvait notamment lire ceci : « Pour les nombreux halluinois qui l’ont connu, il restera comme un médecin extrêmement consciencieux, toujours à la recherche de la perfection, d’une efficacité remarquable liée à la confiance qu’il inspirait, et aussi comme un homme qui, sous une apparence un peu rigide, laissait paraître d’incontestables qualités humaines ».

 

Il y a plus d’un siècle, naissait à Linselles le 30 juillet 1900 Charles Dereu, troisième d’une famille de cinq enfants, dont le père était secrétaire de mairie dans la commune.

 

Après avoir fait ses études secondaires au collège du Sacré-Cœur de Tourcoing, puis à la faculté libre de médecine de Lille, le docteur Charles Dereu s’est installé à Halluin en 1925.

 

Ancien interne de cette faculté et de la maternité Sainte-Anne, le docteur Dereu passa toute sa carrière à Halluin, puisque son cabinet, situé rue de Lille, fonctionna jusqu’en décembre1969. 

 

Auparavant, il fut mobilisé en 1939 et fit la campagne 39-40 accédant au grade de médecin-commandant après dix mois de campagne. Il a ensuite repris ses fonctions de généraliste et a assuré la défense civile, prodiguant des soins à une dizaine de résistants et à plusieurs blessés en septembre 1944.

 

Charles Dereu était un ardent défenseur de la fonction de médecin de famille, et a fait paraître sur ce sujet plusieurs communications dans « L’Omnipraticien Français ». Il avait aussi à cœur d’actualiser constamment ses connaissances scientifiques, et c’est ainsi qu’il était devenu membre correspondant de la Société française de médecine psychosomatique, membre de la Société internationale de médecine néo-hippocratique, membre des Sociétés française et internationale de psychoprophylaxie obstétricale.

 

Il fut également médecin de l’hospice d’halluin pendant 25 ans, médecin responsable du train des aînés de Lourdes en 1962 et, sur un autre plan, administrateur durant de longues années de la Caisse d’épargne de Tourcoing. A ce titre, il fut promu, en 1934, chevalier du Mérite social, puis officier en 1954.

 

Membre aussi de la commission du Tennis Club Halluinois durant de nombreuses années, le docteur Dereu était père de cinq enfants.

 

En dehors de la médecine, cette éminente personnalité halluinoise avait une véritable passion pour la poésie ; sa grande culture lui ouvrit les portes de la Société des écrivains médecins français et de la Société des poètes français. Il publia, également, divers articles dans les revues régionales. Charles Dereu est notamment l’auteur d’un recueil intitulé : « Au carrefour du sentiment et de la pensée ».

 

 (Archives D.D., Presse).

 

Dans cet ouvrage, j’ai choisi deux poèmes, qui relatent parfaitement le talent du regretté poète halluinois, intitulés : « Jeunesse » et « Dis-moi ton poème »

 

  JEUNESSE

 

                                                         Jeunesse ardente, fontaine

intarissable d’élan,

je m’achemine, Hippocrène,

vers ton charme étincelant.

 

Polymnie, ô tendre muse,

fais taire un temps mon souci :

je te sollicite, infuse

en mon cœur quelque merci.

 

Permets que ta poésie

m’illumine de ses feux

et soit pour moi l’ambroisie

dont se repaissent les dieux.

 

Longue s’est fait ma route

je m’en viens réconforter

un cœur que frôle le doute

en ton séjour enchanté.

 

Jeunesse, étonnante chose,

don divin, temps de l’amour,

sans toi tout semble morose,

triste est le soir d’un beau jour.

 

Connais ta force, jouvence,

sache en faire ton profit,

tire parti de ta chance,

Dieu te fit bien, toi qu’il fit.

 

Que toujours soient des poèmes !

Jeune, sois le fier vainqueur,

mais que tout homme, s’il aime

entende chanter son cœur !

 

 

             Charles DEREU

 

 

DIS-MOI TON POEME

 

Ce poème qui chante en toi,

sur qui s’exerce ta contrainte,

tu t’enclos au chaud de ton cœur,

tu prends garde qu’il se module ;

ne l’étouffe pas plus longtemps,

ne retiens plus son envolée

murmure-moi son doux propos,

fais qu’il bruisse à mon oreille.

 

Tout être porte au fond du cœur,

confus, riche ou non, son poème ;

il n’est que de le concevoir,

d’ouvrir la vanne au gré du flot.

Sens monter toujours, en sa sève,

l’élan vif de ton adhésion

au charme chaud de l’existence.

 

Ne sois jamais le résigné !

Tant que l’amour reste en ton cœur,

tant qu’il le chauffe de sa flamme,

les rides qui plissent ton front

ne réduiront pas ta ferveur.

Il est le message suprême,

il est le souverain devoir ;

nourrir de l’amour pour les autres

n’est-ce-pas se chérir sois-même ?

 

Dis-moi jusqu’où va ton amour.

Aime le divin dans les choses

car l’amour suscite l’amour,

il bondit, exalte, féconde.

Il faut chérir l’homme surtout,

te soucier de le comprendre

et croire en lui, l’aimer toujours

jusqu’à ton holocauste même.

 

Trouverais-tu la vilenie,

efface-toi sur son passage,

détourne-t’en, mets ta fierté

à ne pas te pencher sur elle.

Crois à la justice d’abord

mais crois plus encore à l’amour.

Etre poète, c’est aimer.

Chante-moi, veux-tu ton poème…

 

                  Charles DEREU



L I E N S
   La Libération d'Halluin - Septembre 1944 (19) Les résistants halluinois de l'ombre...

"Noël en Flandre" poème écrit par Le Docteur Charles Dereu.

Deux poèmes écrits pour la fête de Noël par l'halluinois Charles Dereu.

Les 80 ans du Tennis Club Halluinois, de 1927 à 2007 ou l'épopée des pionniers... à nos jours.

La Guerre d'Algérie (1954 - 1962) - Halluin (2) Poème dédié à un jeune soldat halluinois, Mort pour la France en Algérie.

Le Site du Moulin d'Halluin, nommé "Jean-Pierre Verschave".

Partager cet article
Repost0
19 février 2007 1 19 /02 /février /2007 13:43

 

« J’ai eu la chance de pouvoir côtoyer et apprécier le docteur Louf ; comme la plupart des maires qui ont présidé aux destinées de la ville, il faisait partie de ces « personnages » qui ont laissé une trace indélébile dans la mémoire de plusieurs générations d’halluinois ; ils aimaient passionnément leur ville et se sont dévoués sans limite, parfois  dans des périodes

exceptionnelles, cruciales et souvent douloureuses, à travers leurs différentes activités, au service d’une population toute entière.

 

Le 3 avril 1991, jour du centième anniversaire de sa naissance, je rendais un hommage appuyé, dans la presse, à cet homme qui a profondément marqué la vie locale :

 

En effet, comment ne pas rappeler ici la place considérable que le docteur Louf a tenue à Halluin, durant plus d’un demi-siècle, « sa ville qu’il connaissait sur le bout des doigts ».

Homme de bien, de devoir, c’était le médecin de famille par excellence, une profession qui pour lui était une vocation, presque un « sacerdoce ».

 

En janvier 1974, le journaliste Albert Desmedt résumait en ces termes, ce que fut pour beaucoup d’halluinois, le médecin, l’homme ou l’ami qui quittait Halluin en 1973, après cinquante-trois années de bons et loyaux services :

 

 « Ce jeune homme de 83 ans droit comme un I, traversant la chaussée au pas de chasseur, sautant dans sa voiture, infatigable de jour et de nuit, brillant et pétillant d’esprit dans les conversations, tout le monde l’aura reconnu. C’est évidemment le Docteur Louf.  C’est tout à la fois une personnalité et un personnage ; un homme exceptionnel de verdeur d’allant et d’enthousiasme ; il a admirablement rempli sa tâche, avec tout ce que cela suppose de travail, de difficulté et d’énergie ».

 

Albert Louf est né le avril 1891 à Saint-Pierrebrouck. En 1909, il entre à la faculté libre de Lille pour y poursuivre de brillantes études de médecine. Il y décroche la médaille de bronze de la faculté des sciences et de médecine.

 

 La guerre de 1914-1918 survient et durant ces quatre années de guerre, il accomplit son devoir de soldat, là où ses connaissances médicales l’imposent, c’est-à-dire au service de santé d’une des vaillantes unités du front. Médecin major, s’il était parfois, pour certains, l’homme à la « consultation motivée », il était pour tous, dans les circonstances les plus graves, les heures les plus pénibles, le sauveur compatissant et consolateur, quand ce n’était, trop souvent hélas, l’ultime confident.

 

Ce rôle, il l’accomplira de 1914 à 1918 avec tout son cœur, son dévouement à toute épreuve au mépris de tous dangers, ce qui lui vaudra plusieurs citations, la Croix de Guerre, et la promotion au grade de Chevalier de la Légion d’Honneur à titre militaire, le 31 décembre 1939.

A cette époque, il était, évidemment, devenu un véritable Halluinois d’adoption, depuis septembre 1920, date de son installation, après avoir achevé ses études à la faculté de médecine de Paris.

 

Une seconde fois, la patrie faisait appel à ses services en septembre 1939 ; avec quelques-uns  de ses anciens camarades de la Grande Guerre, avec la multitude des nouveaux mobilisés, il répondait « présent ». Cette drôle de guerre est pour lui une période d’intense activité.

 

 Le Commandement militaire lui ayant confié les fonctions de médecin-chef de l’hôpital de Calais, il déploie là ses grandes qualités d’organisateur, prévoyant jusqu’au plus petit détail, et faisant de ce grand établissement un hôpital modèle et moderne, appelé à remplir dans les conditions les meilleures et les plus rapides, le rôle qu’en attendait le service de santé militaire.

 

Les circonstances ont voulu que ce rôle soit bien éphémère. La foudroyante offensive allemande, anéantissant en quelques heures, les fruits d’un labeur de plusieurs mois, le surprit en plein travail, soignant avec un extrême dévouement les nombreux blessés, sous un effroyable bombardement.

 

Cette situation tragique lui valut, par la suite, une élogieuse citation et l’attribution d’une seconde Croix de guerre avec étoile d’argent.

 

Fait prisonnier le 26 mai 1940, il fonde à Givet un hôpital d’éclopés pour les colonnes de prisonniers de toutes nationalités, avant de devenir médecin-chef de l’hôpital de prisonniers de Charleville-Mézières.

 

Démobilisé fin 1940, il rentre à Halluin où durant les quatre années d’occupation ennemie, il fit face avec calme, sang-froid et dignité aux vexations de l’occupant. Plus que tout autre, témoin des conséquences de la guerre, des privations et souffrances de toute une population, son cœur généreux et son dévouement à toute épreuve ont prodigué non seulement soins matériels, mais aussi le réconfort de ses encouragements, de ses consolations et de sa foi en la victoire finale.

 

Eh quand pour la ville s’approche la délivrance, quand partent les premiers coups de feu de nos F.F.I, Albert Louf est là présent, redevenu le médecin militaire donnant ses soins aux blessés, sans le moindre souci de danger.

 

A la libération, il est président fondateur du M.R.P. d’Halluin et, à ce titre, accueille le 3 mars 1945 Maurice Schumann, porte-parole de la France Libre, au cours d’une réunion mémorable, salle du manège.

 

Si son rôle de médecin militaire fut très important, son activité civile ne le fut pas moins. Retenons qu’à Halluin, rien ne le laissait indifférent.

 

Ce fut d’abord les divers services médicaux de la ville, qui sous son impulsion et ses directives, ont pris une importance considérable : goutte de lait, consultation des nourrissons, visites médicales des indigents, des écoliers, œuvre du dispensaire etc, ont bénéficié de son inlassable et dévoué concours. Sans omettre ses études, rapports, démarches et interventions en vue de doter la ville d’une clinique maternité, espoir que des circonstances bien indépendantes de sa volonté réduisirent à néant.

 

Médecin de l’administration des douanes, de la gendarmerie, de la S.N.C.F., le docteur Louf est élu par ses pairs au conseil départemental de l’ordre des médecins en 1948, accomplissant la délicate fonction de trésorier. Il effectue trois mandats de six ans, en achevant sa tâche comme vice-président, parallèlement avec celle de président de la commission départementale de Sécurité sociale. Les pouvoirs publics reconnaissent ses éminents services, en lui décernant la croix de Chevalier de l’Ordre de la Santé publique.

 

Par décret paru au Journal Officiel du 3 janvier 1960, Albert Louf est élevé au grade d’Officier de la Légion d’Honneur.

 

Lors de la remise de cette distinction, c’est son fidèle ami Henri-France Delafosse, Chevalier de la Légion d’Honneur, président de l’U.N.C. et des mutilés de guerre, qui a l’insigne mission de faire l’éloge du récipiendaire, résumé en ces termes :

 

« Vos rapports avec notre laborieuse population, nous savons et proclamons qu’ils ont toujours été ceux d’un homme d’élite au milieu de ses concitoyens, particulièrement apprécié et estimé, d’une ardeur à tout comprendre, cherchant à tout connaître pour mieux juger, conseiller, guider, consoler. En vous toute ambition personnelle était étrangère, tandis que votre dévouement, votre cœur s’ouvraient à toutes les infortunes. Homme de grand cœur, soldat de grande bravoure, médecin de grand talent, citoyen de grande valeur, voilà votre toute dernière citation, celle que nous vous décernons, nous vos anciens camarades de combat, pour lesquels vous avez toujours été l’exemple du devoir, sous toutes ses formes, fut-il confessionnel, militaire, professionnel, familial, civique ou social, le devoir en tout, avant tout, malgré tout ».

 

Pour le docteur Louf, l’heure n’existait pas tant qu’il y avait quelqu’un à soulager ; quand on lui demandait le secret de son éternelle jeunesse, il souriait tout simplement. Ce qu’on peut dire c’est qu’il était un adversaire de la suralimentation et de la sédentarité ; il conseillait souvent la marche à pied, et consentait à dire, que trop souvent, on se moquait des principes, des règles de la raison, alors que celles de la nature restent intangibles, que le soleil continue de se lever à l’est, et que les lois de la pesanteur n’ont pas changé !

 

Pour lui la jeunesse n’était pas un stade de la vie, mais un état d’esprit ; et comment ne pas parler de l’espérance qui était en toutes circonstances sa manière d’être.

 

« La vie est un combat. Je l’ai maintes fois répété, dans une houle, il est parfois difficile de remonter le creux de la vague, sachez que l’espérance est la plus grande richesse de la terre ; on ne le répètera jamais assez », avait-il déclaré.

 

Le Docteur Albert Louf est décédé à Lille, le 19 janvier 1978. Lors de ses funérailles, l’église Saint-Hilaire contenait difficilement la foule de ceux qui l’estimaient et lui portaient affection.


Le curé-doyen Lommez évoqua la mémoire d’Albert Louf, qui fit preuve d’un courage incommensurable jusqu’à son dernier souffle.

 

« Ce n’est pas seulement une grande figure halluinoise qui disparaît, pas seulement un médecin exemplaire, un membre à part entière de la communauté paroissiale, mais un grand ami, un confident qui a partagé les joies et surtout nos souffrances. Un ami qui a usé sa vie jusqu’au bout au service de ses frères…   Pour lui, la vie n’avait de sens que par son contenu d’amour ». Le doyen rappela alors ses dernières paroles : Je m’en vais, je vais rejoindre tous les miens ». Albert Louf a été inhumé au cimetière d’Audruicq.

 

 Aussi, il convient d’associer à ce témoignage, son épouse aujourd’hui disparue qui, avec tant de calme et de résignation, fut toujours sa compagne discrète mais efficace, supportant les épreuves et les sacrifices, et qui permit à son mari, par ses renoncements journaliers, d’être aussi pleinement à tous.

 

Petite précision le docteur Albert Louf est le grand-père du docteur André Louf qui lui succéda comme médecin sur Halluin.

 

 

                                                                                  Daniel DELAFOSSE

 

 

(Archives et synthèse Daniel Delafosse). 

Partager cet article
Repost0
19 février 2007 1 19 /02 /février /2007 13:37

 

 

L’inauguration officielle (le 29 octobre 2005) de la résidence « Le Val de Lys » rénovée et de l’espace « Albert Houte » (périmètre du foyer-logement) donnent l’occasion à Daniel Delafosse, amateur d’histoire locale, de retracer, succinctement, le parcours de l’ancien maire d’Halluin, qui, durant toute sa vie se mit au service des autres.

 

Albert Houte est né en 1910 dans une famille de travailleurs chrétiens, il mena, comme son père, un combat syndical de tous les instants. Les plus anciens se souviennent des services qu’il rendait, quand il était employé à la Sécurité sociale, ainsi que son action sociale au sein de la société mutualiste « La Prévoyance », dont il devint le président.

 

En 1953,  c’est sa popularité qui l’amena à siéger au conseil municipal dans l’équipe de M. Charles Vanoverschelde, auquel il succéda comme maire en 1971. Il fut réélu brillamment dès le premier tour, en mars 1977. Atteint par la maladie depuis quelques années, il se démit de ses fonctions en 1980, laissant la place de maire à celui qui le seconda, pendant neuf ans, son inséparable premier adjoint Henri Leveugle.

 

La même année, à l’occasion de la cérémonie de remise de la médaille départementale et communale à M. Houte, c’est tout naturellement que M. Leveugle fit l’éloge de son compagnon de route, soulignant son humanisme très profond qu’il héritait de son père, ses convictions philosophiques et religieuses « qui ont trouvé leurs expressions dans ces engagements sans doute divers, mais toujours au service des autres et des plus démunis en particulier ».

 

Soutenue par son fidèle et précieux collaborateur le regretté secrétaire général de mairie André-Jacques Dewailly, l’équipe emmenée par Albert Houte réalisa de très nombreux projets municipaux dans tous les domaines, pour ne citer que les principaux, notamment :

 

 La création de l’aire couverte de la Rouge Porte,  le stade et la salle de sports rue de la lys, la salle des haltérophiles rue Pasteur, la Bibliothèque municipale, ainsi que la mise en place des classes vertes, du voyage des anciens,  de la piscine, du cinéma « Le Familia », l’implantation de la zone industrielle de la Rouge Porte, la construction du Collège d’Enseignement Technique, du Lycée d’Enseignement Professionnel, des écoles Anne-Frank, Maria Montessori, Jean Moulin, la maternelle George Sand l’extension du Collège d’enseignement secondaire Robert Schuman, et en partenariat avec le C.I.L., la construction du lotissement Molinel-Colbras, du logement-foyer pour travailleurs migrants, l’aménagement des allées et plantations au cimetière, l’implantation dans le « Château Hottelart » et annexes des services sociaux de santé du Département, la mise en place de crèches et garderies à domicile, le portage des repas à domicile, l’amélioration des éclairages publics et des travaux d’entretien des églises et anciennes écoles, la création de nouveaux espaces verts, la rénovation de la piste d’athlétisme et du stade Wancquet, de la M.J.C.

 

On lui doit également l’aménagement de la mairie actuelle, dans laquelle M. Albert Houte eut l’honneur de célébrer le premier mariage, le vendredi 15 mars 1974.  Mais assurément pour l’ancien maire, l’épisode le plus marquant fut sans conteste la réalisation du très attendu foyer-logement pour personnes âgées « Val de Lys ».

 

En effet, dès 1971, jusqu’à son inauguration en décembre 1977, Albert Houte fut le décideur, mais surtout le défenseur acharné d’un projet semé de difficultés, au niveau des différentes étapes, notamment la démolition de l’ancienne usine Rover, et l’octroi de la subvention et du prêt nécessaires aux travaux. Rappelons au passage les grandes étapes de cette longue gestation :

 

Avril 1971 : Souhait municipal d’édifier une « Maison de retraite » au Centre-ville ; Décembre 1971 : Le projet se fera à l’emplacement des établissements Rover ;

Janvier 1972 : La commune choisit la société d’H.L.M. pour réaliser l’équipement ;

 Mars 1973 : Démolition de l’usine Rover ;

 Janvier 1975 : Lancement de l’Adjudication ;

Juillet 1975 : Obtention de la subvention ;

Février1976 : Prêt obtenu au Crédit Foncier ;

Mars 1976 : Démarrage des Travaux ;

Juin 1976 : Pose de la première pierre.

 

Albert Houte avait une idée très élevée du rôle qu’il pouvait tenir, restant en contact permanent avec la population, d’où ses actions sociales en faveur des plus déshérités, des anciens et des plus jeunes.

 

 Malade depuis très longtemps, M. Houte maire honoraire, s’accrochait courageusement à la vie. Quelques heures après avoir  encore pris son déjeuner, parmi ses amis du Val de Lys, où il avait choisi de finir sa vie, il fut victime d’une crise cardiaque, et transporté à Tourcoing où il décéda en juin 1989 à l’âge de 79 ans.

 

Lors de ses funérailles, suivie par une très grande assistance, le curé-doyen Héquette retraça la vie de cet homme de foi et de conviction en ces termes : « Toujours disponible, il n’a pas cherché la gloire. Quand il a jugé sa santé trop déficiente, il a su se retirer pour laisser décider les gens compétents qui l’entouraient. Ses amis politiques lui portaient beaucoup d’admiration ».

 

M. Alexandre Faidherbe, maire, rappela l’estime de toute la population halluinoise, lors de l’éloge funèbre : « Homme de cœur, il était resté l’ami de tous. Sa grande simplicité s’accordait parfaitement avec son attention envers les plus faibles. C’était toujours l’accord parfait entre la pratique et les discours. Il voulait sans cesse améliorer l’accueil des jeunes.


Et de rappeler l’ouverture de nombreuses écoles durant son mandat. En parallèle, il avait une volonté inébranlable en son action en faveur des anciens ».

 

Il est bon de se souvenir, que M. Albert Houte avait aussi l’esprit d’équipe très fortement ancré. Il savait faire partager la responsabilité, et a ainsi permis à ses adjoints de se révéler.

 

Il a créé une génération de gens responsables parmi lesquels on peut citer entre autres :

 

Henri Leveugle, Alexandre Faidherbe, Régis Vanhalst, Stanislas Verschae, Oscar Crombez,  Denise Dansette, Marcel Kindt, Jean-Claude Deleurence, Jacques Depuydt, et de nombreux conseillers municipaux.

 

 

                                                                                          Daniel DELAFOSSE

 

(Archives et synthèse D.D.).    


LIEN : "'Espace Albert Houte" ou le 100ème Anniversaire de sa Naissance... 


 

Partager cet article
Repost0
19 février 2007 1 19 /02 /février /2007 13:35

 

Le 6 septembre 1978 disparaissait Charles Vanoverschelde qui assuma les fonctions de maire d’Halluin pendant quatorze ans, de 1957 à 1971 année où, il décida, en raison de son âge, de ne plus se représenter.

 

Daniel Delafosse rappelle le parcours de cette personnalité halluinoise, dont le nom fut attribué au square (inauguré le 11 décembre 1999), et situé à l’intersection de la route de Neuville et du boulevard de Roncq.

 

Charles Vanoverschelde laisse le souvenir d’un homme authentique et vrai. Il aimait aller à la rencontre des gens, qui trouvaient toujours en lui un sourire, une écoute attentive associés à une grande simplicité et à une étonnante humilité.


Les halluinois l’appelaient officiellement Monsieur le maire, mais aussi, tout simplement, « Charles » car il était l’ami de tous, par un dévouement, une disponibilité et une serviabilité exemplaires
.

 

Véritable terrien du Mont d’Halluin, il naquit le 21 juillet 1896, au 2, du chemin de Neuville. Très jeune, il travaille comme menuisier et s’établit à son compte en 1925, date à laquelle il est venu s’installer au Mont, et y a tenu en même temps une épicerie. Par la suite, il travaillera comme menuisier aux Ets Defretin, puis à la fabrique de fauteuils Socora. Il cessera toute activité professionnelle en 1956.

 

Sur le plan paroissial, il se dévoue à de nombreuses œuvres du Mont d’Halluin, où il sera, notamment, chantre à Saint-Alphonse et aussi sonneur, dans les années 30, jusqu’à l’électrification des cloches de son église.

 

Mais c’est surtout, en tant que conseiller municipal, puis maire de la ville d’Halluin, que Charles Vanoverschelde exprima toute sa bienveillance envers les autres. Elu conseiller municipal en 1947, il fut réélu en 1953 et en 1957, date à laquelle il fut désigné aux fonctions de premier magistrat de la ville.

 

Grâce à son réalisme, de nombreux équipements ont été décidés, et mis en place sous ses mandats. Notamment,  le projet d’adduction d’eau au Mont, de l’assainissement, l’amélioration de l’éclairage public (en particulier pour faciliter la circulation des travailleurs de nuit), et du Parc rue de Lille, la rénovation de la place Jean Jaurès, le nouveau château d’eau du Colbras, le remplacement des dortoirs de l’hospice et le début de sa modernisation, la suppression des baraquements au Cobras, l’égout du collecteur au « Petit Baptiste »,  l’aménagement de nombreux carrefours, et surtout la réalisation de la route de contournement (RN 17 actuelle) ; rappelons-nous, les encombrements et les embouteillages qui paralysaient la rue de Lille et ses environs.

 

En 1967, au sein du district urbain de Tourcoing, la ville s’est dotée de l’usine d’incinération, dans le domaine scolaire c’est la réalisation de nouvelles écoles, en particulier l’implantation d’un collège d’enseignement technique, et l’ouverture en 1964 du collège d’enseignement secondaire Robert Schuman, la rénovation des cuisines municipales, sans omettre la création de la maison des jeunes, du centre de protection maternelle et infantile, du poste-frontière d’Halluin-est, du stade Hildevert Wancquet, et la décision de construire la piscine, ainsi que l’acquisition de la mairie actuelle (Maison Sion).

 

Sous sa responsabilité, un effort particulier fut apporté au soutien de l’activité douanière, par la mise en place pour les transitaires, mais aussi dans le secteur de l’habitat, par la construction de nouveaux logements, notamment, la cité du Parc, la résidence Roger Bouvier, la résidence du Molinel, ceci en collaboration avec les services intéressés.

 

Charles Vanoverschelde pouvait être particulièrement fier d’être aussi l’artisan du premier jumelage entre Halluin et la ville allemande d’Oer-Erkenschwick, avec la signature de la charte en 1969, et dont on fêta le 35ème anniversaire en 2004

.

Ses noces d’or seront célébrées, en cours de mandat, de manière exceptionnelle.

 

Ses éminents services envers la population halluinoise lui valurent de nombreuses distinctions, en particulier, la médaille d’Or de la ville, le Mérite social, ainsi que la remise de la croix de chevalier dans l’Ordre national du Mérite par Maurice Schumann, alors ministre des Affaires étrangères.

 

Il était aussi : Croix d’honneur des forces combattantes belges, Commandeur de l’œuvre humanitaire, Chevalier du Mérite philanthropique et des Palmes Académiques, Médaillé de la Ville de Dunkerque, Médaillé des Sports, du Mérite diocésain, Pro Eclesia et Pontifice.

 

Après son retrait des affaires communales, Charles Vanoverschelde arpenta, encore quelques années, les chemins de la haute ville, de cette silhouette bien connue des halluinois, avec l’habituel feutre, et le reste d’une cigarette, confectionnée par ses soins, se consumant sur le coin des lèvres.

 

Lors des fêtes du Syndicat d’Initiative en juin 1978, M. et Mme Charles Vanoverschelde figuraient dans le cortège qui y retraçait la vie des Halluinois : il ne pouvait y avoir de meilleur choix pour rappeler ces vieux couples halluinois dans « Les Noces d’Or de Pier et de Marie ».

 

Le 5 septembre 1978, son successeur à la mairie, Albert Houte lui avait rendu visite, l’invitant à se joindre à la délégation qui se rendrait en Allemagne pour les fêtes du 25ème anniversaire du regroupement des deux communes Oer et Erkenschwick

 

Malheureusement, le lendemain 6 septembre, à l’âge de 82 ans, notre ancien maire s’en est allé, brutalement, mais avec la satisfaction du devoir accompli.

 

Nombreux sont les Halluinois qui ont tenu assister à ses funérailles. Le Maire et le Conseil Municipal, auxquels s’étaient joints d’anciens Conseillers et de nombreuses délégations, avaient tenu à manifester leur reconnaissance, envers celui qui s’était dévoué si longtemps pour la Ville d’Halluin.

 

Dans le journal municipal, lors de son décès, on pouvait notamment lire ceci : " Par sa simplicité et sa bonhomie, Monsieur Vanoverschelde dispensait autour de lui la sérénité. Il amenait les problèmes à leur juste dimension en terrien qu’il était. Etait-il vraiment terrien ? Il était à la fois, artisan, sonneur de cloches, commerçant et homme public.

 

Il a été disponible toute sa vie à sa famille, à son quartier qui s’étendait depuis le chemin de Neuville à partir du « Bon Paysan » où il était né (il aimait le rappeler) jusqu’au Mont. Lorsque plus tard, il était appelé au poste de Maire, son acceptation allait dans le sens qu’il s’était toujours tracé, aidé en cela par une épouse admirable.

 

Le souvenir qu’il laisse ne s’effacera pas de sitôt de la mémoire des Halluinois. Que son exemple de bonté et de dévouement soit une invitation à de nouveaux engagements au service des autres".

 

                                                                                            Daniel DELAFOSSE

 

(Archives et synthèse D.D., Presse et J.M.).

 

 

 

LIENS :  Albert Houte, ancien maire d'Halluin, ou l'instigateur du foyer-logement "Val de Lys". 

L'Abbé Alphonse-Marie Coulon, le curé bâtisseur de la paroisse du Mont.

Le Mont d'Halluin en 2009... Vu par l'Halluinois Maurice Vanoverschelde.

Partager cet article
Repost0
19 février 2007 1 19 /02 /février /2007 13:22

 

Amateur d’histoire locale, Daniel Delafosse nous plonge dans l’histoire de la commune et plus particulièrement celle de l’hôtel de ville.

 

Il y a plus de trente ans déjà les services municipaux s’installaient officiellement le 25 mars 1974 dans le château Sion au 24, rue Marthe Nollet.

 

Acquis en 1970, sous le second mandat municipal de M. Charles Vanoverschelde, c’est en 1972 que la nouvelle municipalité emmenée par M. Albert Houte, entreprenait les travaux de restauration du bâtiment Sion à usage d’Hôtel de Ville, ainsi que la démolition de la propriété voisine (qui constituait le second corps de la propriété, habité par Mlle Marie Defretin) et des grilles, pour faire place à l’aménagement d’un square public.

 

Pour la petite histoire, en 1904, la propriété est occupée par les frères Edmond et Joseph Demeestere qui exploitent une minoterie « Le Moulin Saint-Joseph ». Une grille sur le parc sépare les deux pavillons. La partie gauche sera ensuite habitée par M. Eblagon qui avait une importante  fabrique d’images et une imprimerie dans la rue Palestro, avant le transfert à l’usine à Tourcoing. Elle fut ensuite habitée par la famille Sion, d’où le nom de « Château Sion ».

 

Cet ancien édifice, complètement rénové, devenait pour beaucoup d’halluinois leur nouvelle et troisième mairie. En effet, à ce moment-là, nous avions la vieille mairie située rue Abbé Bonpain (détruite en août 1989) qui, trop exigüe et vétuste céda sa place en 1948 à l’ancienne mairie installée au bâtiment du 103, rue de Lille jusqu’en 1974, et qui la même année abrita les services de la perception, établis précédemment rue Emile Zola.

 

Une semaine avant l’ouverture au public, le premier mariage, dans la nouvelle et superbe mairie, rue Marthe Nollet,, était célébré le vendredi 15 mars 1974 par M. Albert Houte maire d’Halluin.

Après avoir formé des vœux de bonheur à l’adresse des jeunes gens (M. et Mme Jacques Voet Verquin), et offert des fleurs à la mariée, le maire invita le nouveau couple et leurs parents à visiter les locaux administratifs, flambant neufs et les salles de réception mis au service de la population halluinoise.

 

Depuis cette date anniversaire, plusieurs milliers de mariés, durant ces trente-trois dernières années, ont défilé dans la très belle salle des mariages attenante à celle, toute aussi splendide, du conseil municipal.

 

 

                                                                                  Daniel DELAFOSSE

 

 

Ce document a été rédigé grâce aux archives personnelles de Daniel Delafosse, et de l’association « A la recherche du passé d’Halluin ».

         

Partager cet article
Repost0
19 février 2007 1 19 /02 /février /2007 10:36

 

L’histoire des trois églises de la paroisse Notre-Dame de la Lys en quelques mots :

 

L’église Saint Hilaire


Saint Hilaire est né en Aquitaine vers l’an 3O3. Il fut l’un des derniers gaulois à se donner au Christ. Evêque de Poitiers en l’an 340, exilé en 356, il lutte pour sa foi et les Ariens qui le craignent le font renvoyer en Gaule. Il décède dans son évêché en 367.

 

Des documents attestent qu’en 1100 Halluin avait déjà une église située sur le territoire actuel de Menin.Cette église fut nombre de fois détruite, incendiée, reconstruite ailleurs.

Et c’est en 1856 que fut posée par l’abbé Bliecq, la première pierre de l’église Saint-Hilaire actuelle, comme l’atteste la plaque de marbre à côté du bénitier de droite. L’inauguration de l’église dédiée à Saint Hilaire se déroula en 1857 et cinq ans plus tard, en 1892, on assista à la construction du grand orgue par la manufacture Anneessens.

 

Cette église est de pur style gothique XIIIe siècle. Les immenses colonnes de pierre soutiennent l’élégance des arcs et voûtes en ogive, porches, rosace, pinacle, décoration en pierre. L’édifice fut achevé en 1858 et le clocher en 1863 avec une flèche de 69 mètres et une horloge.


La petite cloche s’appelle Claire. Les deux autres Marguerite-Marie et Marie-Ursule furent installées en 1920 pour remplacer celles qui avaient été fondues pendant la guerre de 1914. Ce sont elles qui, depuis des générations rassemblent les Halluinois pour la prière. Elles annoncent à tous la bonne nouvelle de l’amour de Dieu.

 

 

Les derniers travaux de rénovation se sont déroulés aux dates suivantes :

 

-         1999  Couverture du clocher de la nef.

-         2001  Ravalement extérieur.

-         2002/2003  Création et installation des nouveaux Vitraux.

-         2004  Peintures intérieures, chauffage, électricité, menuiserie, sonorisation.

-         2004/2006  Renforcement de la tribune et restauration du Grand-Orgue.

-         Prévus en 2007… Les fresques situées de chaque côté du chœur vont être restaurées.

 

L’église Saint Alphonse


Alphonse-Marie de Liguori Docteur de l’Eglise Catholique est né à Naples le 27 septembre 1696. Avocat brillant puis prêtre, il fonde en 1732 la congrégation des Rédemptoristes pour l’évangélisation des populations les plus abandonnées. Il est l’auteur du très fameux « Les gloires de Marie ». Il meurt le 1er août 1787. Huit mois après on introduit sa cause de béatification. Il est canonisé le 26 mai 1839.


L’abbé Alphonse-Marie Coulon, vicaire à Reckem, rendait souvent service à la paroisse d’Halluin.

 

Considérant que les Halluinois du Mont étaient bien éloignés du centre-ville, l’abbé Coulon désira pour eux une église. Cette église, il la désira tellement, qu’il y consacra toute sa fortune personnelle. Pour elle, il se fit même mendiant et manœuvre-maçon (il ramassait les vieilles briques provenant de démolitions). Et,  c’est ainsi qu’en 1897 l’église fut presque terminée.

 

Mais c’est après beaucoup de tribulations que l’abbé Coulon réussit à faire don de son église à la commune d’Halluin, grâce à Félix Faure, président de la République. Ce n’est donc qu’en 1898 que l’église fut bénite et que le Mont devenait paroisse. En 1910 l’église fut enfin dotée d’un joli clocher dont on aperçoit la flèche de très loin.


Les habitants du Mont n’oublieront pas ce fondateur énergique qui s’était fait mendiant pour bâtir la maison de Dieu.

 

Depuis 2004, l’église a été entièrement restaurée aussi bien extérieurement, qu’intérieurement ;  cette rénovation complète s’est achevée en 2006. Ces travaux ont été pris en charge par la Ville à qui incombe l’entretien de cet édifice religieux, dont elle est propriétaire suite à la loi de 1905.

 

  L’église Notre-Dame des Fièvres

 

La dévotion à Marie au Colbras remonte à 1490, selon des documents anciens. Ils parlent d’une chapelle à Nore-Dame-du-Tilleul ; une statue de la Vierge était probablement placée sur un arbre de 1377 à 1490, à l’emplacement dit de « l’capelle à berlires », route de la lys, au lieu-dit le Malplaquet. La statue est abîmée pendant la Révolution puis restaurée.

.

Et sur un plan d’Halluin datant de 1590 apparaît déjà la « chapelle des Fièvres » sur la route de Bousbecque. Elle est reconstruite en 1955 par des industriels de la commune. Elle a été restaurée une dernière fois en 1999.

Tout au long de l’année, des mouchoirs ou des rubans (« berlouffes » ou « berlires ») sont accrochés pour se protéger de la fièvre.

 

C’est en 1928, avec l’abbé Dondeyne, le curé-fondateur, que fut posée la première pierre de l’église Notre-Dame des Fièvres dont le style rappelle l’abbaye de Lophem-les-Bruges.

Etant donnée l’étendue de la ville, une église à cet endroit était devenue nécessaire.

C’est le Cardinal Liénart qui a béni cette église en 1931. Les deux cloches, Marie-Antoinette et Marie-Marguerite pèsent respectivement 750 kg et 380 kg.

 

En 1950, Notre-Dame-des-Fièvres a été jumelée à la Basilique Saint-Pierre au Vatican.

 

L’église permet à tous les fidèles, dans quelque coin qu’ils se trouvent, d’embrasser d’un même coup d’œil tout le sanctuaire. En y entrant pour la première fois, un prêtre s’écria : « C’est vraiment le temple de la joie ».

                                                                                            

Ce document a été rédigé grâce aux archives de Daniel Delafosse et du journal paroissial « La vie chez nous » Paroisse d’Halluin.


Les chapelles halluinoises


La Ville d’Halluin compte également sept chapelles bâties au bord des routes ou accolées aux maisons et, quelques niches.

 

Ce patrimoine est en grande partie rénové et entretenu par l’association De kapelle.

 

Ces chapelles ont pour nom :

 

Notre-Dame de la Lys  -  1788  -   qui se situe dans la zone industrielle de la Rouge Porte.

 

Chapelle Saint Thomas  -  1991  -   (chemin de Loisel).

 

Chapelle Notre-Dame du Perpétuel Secours  - 1844  -   (route de Neuville).

 

Chapelle de l’Immaculée Conception  -  1876  -   (rue Henri Carette).

 

Chapelle Notre-Dame des Affligés  -  1844  -  (rue Gustave Desmettre).

 

Chapelle Notre-Dame de Grâce  -  2003  -  (route de Linselles).

 

Chapelle Notre-Dame des Fièvres  -  1955  - (rue de la Lys).

 

Aussi,  sur le chemin de Loisel est implantée la croix qui se dressait au sommet du clocher de l’église Saint-Hilaire, avant la réfection de la toiture. Elle fut réalisée par François Alphonse Désiré Degavre en 1862.

 

Egalement, sur le mur extérieur de l’abside de l’église Saint-Hilaire, un dôme de cinq pans galbés, souligné d’un feston doré, abrite un magnifique calvaire en bois, récemment restauré.


Chapelle des Pompiers - 2009
  :


En avril 2009, a
près la pose de la structure de la chapelle dédiée à la patronne des soldats du feu, Ste-Barbe trône désormais sur le site de la caserne des pompiers, rue de l'abbé Bonpain.

Avec la mention : caserne d'Halluin de 1845 à 2010.

Cette réalisation est à mettre à l'actif de l'association De Kapelle présidée par M. Polneck qui aura attendu 4 ans avant de voir cette idée de chapelle être concrétisée. La statue a été restaurée par Maxime Grimonprez alors que l'entreprise Maxime Publicité a réalisé le panneau de fond représentant un soldat du feu devant un camion rouge.


                                           
Les principales niches halluinoises

Une niche abrite une statue du Sacré-Cœur, ferme Dervaux,  route de Linselles.

Une niche abrite une statue du Sacré-Cœur, ferme Demenet, chemin de Linselles.

 

Une niche abrite une statue de l’Immaculée Conception,  route de Linselles.

 

Une niche abrite une statue de Saint Roch, rue Lucien Sampaix.

 

Une niche abrite une statue de Notre-Dame des Victoires, rue Pasteur.

 

Une niche abrite une statue de Jeanne d’Arc, rue de la Libération.

 

                                                                           

Ce document a été réalisé grâce aux archives de Daniel Delafosse et du journal de l’Association Régionale pour l’Aide à la Restauration des Chapelles et Oratoires.   
  

L I E N S  : www.nordnet.fr/ndlys/

Partager cet article
Repost0

Texte Libre

Depuis février 2007, ce site vous est offert gracieusement, il est le fruit d'un travail bénévole important de recherches, de rédaction et mise en page.

Alors n'hésitez-pas à laisser un message (cliquez sur ajouter un commentaire à la fin de chaque article), ou sur le Livre d'Or afin que je puisse connaître vos impressions sur les articles consultés et votre intérêt pour l'histoire locale ; ou si vous désirez apporter des rectifications, des précisions ou informations complémentaires.

Je souhaite à chacune et chacun d'entre vous, une excellente plongée dans le passé halluinois.

Vous pouvez me contacter aussi à l'adresse suivante :
daniel.delafosse@wanadoo.fr

 

Depuis plus de 4 ans, 1000 articles (+ Compléments d'informations) ont été présentés sur ce blog...

 

A compter du 4 Juillet 2011, ce lien ne sera plus consacré à la parution d'écrits et aux mises à jour.

 

Désormais, vous trouverez uniquement la publication de photos (archives personnelles), anciennes ou récentes, relatives à Halluin (Vos commentaires sont toujours les bienvenus !).

 

Vous pouvez continuer à me lire sur le site :   http://alarecherchedupasse-halluin.net/  

 

Merci à vous.  

  

Texte Libre


Afin de faciliter votre quête et pour plus de rapidité, utilisez les mots essentiels de votre demande
 dans le module "Recherche" ci-dessus...

Réponse à certaines interrogations…

 

Permettez-moi de préciser que ce blog est la réalisation d’un travail d’archives personnelles ou provenant d’articles publiés dans la presse (La Voix du Nord, Nord Eclair, La Vie Chez Nous etc...), revues et livres divers.

 

Créé à mon initiative, il était normal que ce blog contienne principalement les archives familiales, mais de suite, ne voulant pas me cantonner à cela, j’ai décidé de l’ouvrir à tous les thèmes qui étaient rattachés au passé halluinois et à son histoire.

 

Au fur et à mesure de son installation, j’ai intégré également des informations présentes, liées à la vie halluinoise en priorité ou d'ordre général, susceptibles d’intéresser le plus grand nombre de lecteurs ; en essayant d’être au plus près des évènements et en effectuant, si nécessaire, des mises à jour sur des documents déjà publiés.

 

En ce qui concerne l’Histoire d’Halluin, chacun comprendra que la parution d'un article n'est faisable uniquement pour des documents en ma possession… Mon seul but est d’informer le mieux possible en abordant tous les sujets sans aucune restriction !

 

Ce blog n’ayant aucun caractère officiel, j’invite simplement les personnes qui possèdent des documents sur l’histoire locale, d’ouvrir leur propre blog ou site… Et je serais ravi bien entendu de le consulter.

 

 Aussi, le mien est rédigé dans la mesure de mes possibilités de temps mais aussi d’envie…, et l’espoir, pour ma part, que ce véritable travail reste uniquement le plaisir de faire partager une passion !

 

Merci à vous.  (2008)   

Liens Sites Halluinois
  :
 
  
   
                 

Site officiel de la Ville d'Halluin 59250 :  ville-halluin.fr

"A la recherche du Passé d'Halluin
" (Photos) :
alarecherchedupasse-halluin.net/

 

brandodean.over-blog.org/article-la-politique-halluinoise-et-les-sites-et-blogs-sur-internet-50337926.html

 

Paroisse Notre-Dame de la Lys Halluin : nordnet.fr/ndlys
Les Amis de l"Orgue Halluin : orgue-halluin.123.fr

Propriété "Le Manoir aux loups" Mont d'Halluin : parcmanoirauxloups.com
Le Syndicat d'Initiative d'Halluin : .tourisme-halluin.fr

Ecole de Musique Halluin : ville-halluin.fr/culture.
La Lyre Halluinoiselyre-halluinoise.com

 

M.J.C.  M.P.T. Halluin : mjchalluin.free.fr
Canalblog : villehalluin.canalblog.com/archives

Cercle Généalogique Halluin Lys
:
perso.wanadoo.fr/genealys.halluin
Cinélys Halluin : cinelyshalluin.asso-web.com

 

Tennis Club Halluin : tennisclub.halluin.free.fr
Volley Club Michelet Halluin : volleyclubmichelethalluin.com
Vélo Club Halluin : levcuh.canalblog.com
Club de Musculation Halluin : halluinmusculation.com
Athlétisme Halluin : ahvl.com.fr
Judo - Ju-Jitsu : judohalluin.keogratuit.com
Triathlon Halluin  halluintriathlon.over-blog.fr

Badminton - Halluin http://www.asb.asso.fr

Livre D'or

Texte Libre

Musiques de Films :

deezer.com/fr/music/ennio-morricone 

deezer.com/fr/music/john-williams

deezer.com/fr/music/john-barry

deezer.com/fr/music/maurice-jarre

deezer.com/fr/music/vangelis

deezer.com/fr/music/georges-delerue

deezer.com/fr/music/michel-legrand

deezer.com/fr/music/eric-serra

deezer.com/fr/music/gabriel-yared


Musiques Groupes et Interprètes Divers :

deezer.com/fr/music/los-calchakis

deezer.com/fr/music/harvest-neil-young

deezer.com/fr/music/pink-floyd

deezer.com/fr/music/simon-and-garfunkel

deezer.com/fr/music/the-animals

deezer.com/fr/music/supertramp

deezer.com/fr/music/talk-talk

deezer.com/fr/music/jean-michel-jarre

deezer.com/fr/music/cat-stevens

deezer.com/fr/music/alan-stivell

deezer.com/fr/music/maxime-le-forestier

deezer.com/fr/music/graeme-allwright

deezer.com/fr/music/neil-diamond

deezer.com/fr/music/michel-jonasz

deezer.com/fr/music/léo-ferré

deezer.com/fr/music/james-blunt

deezer.com/fr/music/hugues-aufray

.deezer.com/fr/music/jean-ferrat

deezer.com/fr/music/dick-rivers

deezer.com/fr/music/marie-laforêt

deezer.com/fr/music/alain-chamfort

deezer.com/fr/music/the-cranberries

deezer.com/fr/music/richard-anthony

deezer.com/fr/music/david-bowie

deezer.com/fr/music/the-who

deezer.com/fr/music/queen

  

deezer.com/fr/music/david-guetta

 

deezer.com/fr/music/gipsy-kings

deezer.com/fr/music/les-négresses-vertes

deezer.com/fr/music/cali

deezer.com/fr/music/anaïs

deezer.com/fr/music/olivia-ruiz

deezer.com/fr/music/manu-chao

deezer.com/fr/music/bryan-adams

deezer.com/fr/music/chris-isaak

deezer.com/fr/music/bryan-ferry

 
Revues - Opérettes - Comédies Musicales :

deezer.com/fr/music/mistinguett

deezer.com/fr/music/marlene-dietrich

deezer.com/fr/music/josephine-baker

deezer.com/fr/music/line-renaud

deezer.com/fr/music/annie-cordy

deezer.com/fr/music/zizi-jeanmaire

deezer.com/fr/music/grace-jones

deezer.com/fr/music/amanda-lear

deezer.com/fr/music/maurice-chevalier

deezer.com/fr/music/jean-gabin

deezer.com/fr/music/fernandel

deezer.com/fr/music/bourvil

deezer.com/fr/music/yves-montand

deezer.com/fr/music/tino-rossi

deezer.com/fr/music/luis-mariano

deezer.com/fr/music/dario-moreno

deezer.com/fr/music/andré-dassary

deezer.com/fr/music/joselito

deezer.com/fr/music/comédies-musicales