Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Histoire de la ville d'Halluin (Nord). Regard sur le passé et le présent.
  • : Publication relative à l'histoire de la ville d'Halluin 59250. Regard sur le passé et le présent.
  • Contact

Texte Libre


Vous pouvez
retrouver sur ce blog,

90 volets concernant les évènements

de la Guerre 1914 - 1918

et Halluin.

38 volets concernant les évènements

 de la Guerre 1939 - 1945

et Halluin,


ainsi que 30 volets consacrés à

La Libération d'Halluin en Septembre 1944.

unc.halluin.free.fr

marins.halluin.neuf.fr

1 volet sur l'Afghanistan et Halluin

3 volets concernant les évènements

de la Guerre du Vietnam

(1963 - 1975

 


4 volets concernant les évènements

de la Guerre d'Algérie
(1954 - 1962)

et Halluin

3 volets concernant les évènements

de la Guerre d'Indochine
(1946 -1954)

et Halluin

1 volet sur Les Colonies et Halluin

2 volets concernant les évènements

de la Guerre 1870 - 1871

et Halluin


2 volets concernant les évènements

des Guerres de Crimée (1854 -1856)
 d'Italie (1859)

et Halluin

Trois Grognards Halluinois de l'Empire,
Historique Militaire.

 

 

11 volets concernant l'Histoire

d'HALLUIN de 1850 à 2000.

 

 

Les Maires d’Halluin… en chiffres depuis la Révolution.

 

brandodean.over-blog.org/article-les-maires-de-la-ville-d-halluin-en-chiffres-depuis-la-revolution-

 

Elections Municipales d’Halluin depuis 1789, et diverses depuis 2000.

 

(1789 à 1957) brandodean.over-blog.org/article-5718533.html

 

(1957 à 1992) brandodean.over-blog.org/article-5718593.html

 

(1992 à 2007) brandodean.over-blog.org/article-5718818.html 

 

(Mars 2008 à ce jour) brandodean.over-blog.org/article-18082602.html  


Recherche

Texte Libre


Musique Classique - Opéra :

 
musiclassics.fr

radioclassique.fr

evene.fr

deezer.com/fr/music/maria-callas

deezer.com/fr/music/montserrat-caballé

deezer.com/fr/music/régine-crespin

deezer.com/fr/music/jessye-norman

deezer.com/fr/music/barbara-hendricks

deezer.com/fr/music/julia-migenes

deezer.com/fr/music/cécilia-bartoli

deezer.com/fr/music/natalie-dessay

deezer.com/fr/music/enrico-caruso

deezer.com/fr/music/luciano-pavarotti

deezer.com/fr/music/placido-domingo

deezer.com/fr/music/josé-carreras

deezer.com/fr/music/ruggero-raimondi

deezer.com/fr/music/roberto-alagna

deezer.com/fr/music/andrea-bocelli


Chansons Françaises et Etrangères :

deezer.com/fr/music/jacques-brel

deezer.com/fr/music/johnny-hallyday

deezer.com/fr/music/florent-pagny

deezer.com/fr/music/michel-sardou

deezer.com/fr/music/alain-bashung

deezer.com/fr/music/alain-souchon

deezer.com/fr/music/francis-cabrel

deezer.com/fr/music/daniel-balavoine

deezer.com/fr/music/mylene-farmer

.deezer.com/fr/music/Jean-louis-murat

deezer.com/fr/music/serge-gainsbourg

deezer.com/fr/music/etienne-daho

deezer.com/fr/music/juliette-greco

deezer.com/fr/music/charles-aznavour

deezer.com/fr/music/elvis-presley

deezer.com/fr/music/michael-jackson

deezer.com/fr/music/seal

deezer.com/fr/music/phil-collins

deezer.com/fr/music/sting

deezer.com/fr/music/elton-john

deezer.com/fr/music/prince

deezer.com/fr/music/georges-brassens

deezer.com/fr/music/eddy-mitchell

deezer.com/fr/music/gilbert-becaud

deezer.com/fr/music/edith-piaf

deezer.com/fr/music/patrick-bruel

deezer.com/fr/music/charles-trenet

deezer.com/fr/music/serge-lama

deezer.com/fr/music/daniel-guichard

deezer.com/fr/music/yves-simon

deezer.com/fr/music/francis-lalanne

deezer.com/fr/music/bob-dylan

deezer.com/fr/music/leonard-cohen

deezer.com/fr/music/joan-baez

deezer.com/fr/music/madonna

deezer.com/fr/music/claude-francois

deizer.com/fr/music/dalida

deezer.com/fr/music/michel-polnareff

deezer.com/fr/music/julio-iglesias

deezer.com/fr/music/celine-dion

deezer.com/fr/music/pascal-obispo

deezer.com/fr/music/yannick-noah

deezer.com/fr/music/christophe-willem

.deezer.com/fr/music/christophe-maé

deezer.com/fr/music/abba

deezer.com/fr/music/boney-m

deezer.com/fr/music/the-doors

deezer.com/fr/music/U2

deezer.com/fr/music/indochine

deezer.com/fr/music/the-beatles

deezer.com/fr/music/the-rolling-stones


Clips :

muzika.fr/clip/47463 Frank Sinatra

muzika.fr/clip/20885 Jean Ferrat

 
muzika.fr/clip/41954 Joe Cocker

muzika.fr/clip/51584 The Platters

muzika.fr/clip/18463 Renaud

muzika.fr/clip/19431 Jacques Dutronc

muzika.fr/clip/28079 Lionel Richie
 
muzika.fr/clip/48464 Tina Turner

muzika.fr/clip/22835 Jeanne Mas

muzika.fr/clip/51596 Erros Ramazzotti 

muzika.fr/clip/23966 Desireless

muzika.fr/clip/48940 Barry White

muzika.fr/clip/49235 Renan Luce

muzika.fr/clip/58832 Julien Doré

muzika.fr/clip/44811 Bob Marley

muzika.fr/clip/14192 Guy Béart

muzika.fr/clip/13583 Sylvie Vartan

muzika.fr/clip/39275 Nolween Leroy

muzika.fr/clip/36603 Raphaël

muzika.fr/clip/25553 Carla Bruni

muzika.fr/clip/31477 Marianne Faithfull

muzika.fr/clip/13000 Julien Clerc

muzika.fr/clip/23466 Gérald De Palmas

muzika.fr/clip/21314 Laurent Voulzy
  
muzika.fr/clip/62205 La Grande Sophie

muzika.fr/clip/49894 Nana Mouskouri

muzika.fr/clip/55939 Benjamin Biolay

muzika.fr/clip/36342 Lynda Lemay

muzika.fr/clip/28148 Jimmy Somerville

muzika.fr/clip/10409 Barbara

muzika.fr/clip/17079 Vanessa Paradis

muzika.fr/clip/14795 Georges Moustaki

muzika.fr/clip/20983 Jane Birkin

.muzika.fr/clip/39741 Mike Brant

muzika.fr/clip/14004 Philippe Cataldo

muzika.fr/clip/38485 Diams

muzika.fr/clip/43495 Patrick Hernandez

.muzika.fr/clip/39790 Faudel

muzika.fr/clip/62183 Grégoire

muzika.fr/clip/10019 Mano Solo

muzika.fr/clip/61251 Abd Al Malik

muzika.fr/clip/51079 Barbra Streisand

muzika.fr/clip/17691 Serge Reggiani

muzika.fr/clip/18782 Christophe

muzika.fr/clip/20482 Claude-Michel Schönberg

muzika.fr/clip/28394 Cock Robin

muzika.fr/clip/59417 Bénabar

muzika.fr/clip/27718 Rose

muzika.fr/clip/15987 Gérard Manset

muzika.fr/clip/55433 Chris Rea

muzika.fr/clip/53098 Mika

muzika.fr/clip/29375 Corneille

muzika.fr/clip/39010 Clémence 

29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 07:35



Ce lundi 27 janvier 2009 à Linselles, l'association de patrons de la Vallée de la Lys s'est réunie pour ses voeux. Au programme : sketch, trophées et crèche à Wervicq-Sud.


Le fameux « I have a dream » est à la mode et les patrons de Val de Lys Entreprendre s'y sont engouffrés pour annoncer leurs projets sous la forme d'un rêve. Depuis que cette association de patrons existe, soit 25 ans, le textile a pratiquement disparu du secteur et la confection de meuble également.


Aujourd'hui, les très petites entreprises composent le maillage local. Et elles ont besoin de repères, de conseils. «  Cette semaine, une entreprise nous a contactés en urgence suite au départ de son directeur administratif et financier, explique Hervé Morel, secrétaire de l'association. Dans la journée, cette entreprise a reçu 10 candidatures. » La démonstration est implacable. Les patrons veulent aller de l'avant «  avec souplesse, réactivité et convivialité (...) pour contribuer à aider les entreprises dans leur développement économique », comme le souligne Marcel Taverne, le président de cette structure qui compte une centaine d'adhérents, de tous les secteurs d'activités.


La réalisation concrète de Val de Lys Entreprendre sera une crèche interentreprises à Wervicq-Sud. L'ouverture est prévue dans quelques mois, avec 38 places pour accueillir 70 enfants et une amplitude horaires très importante.


Si tous les maires de la Vallée de la Lys, la conseillère générale et le député étaient présents, c'est Jacques Rémory, en tant que président de Lys Nord Métropole, qui s'est exprimé :


 
«  Le territoire est attractif : il a une capacité foncière et des zones d'activités à développer, un réseau de transport en évolution et l'arrivée de nouvelles entreprises et de nouveaux moyens de communication. » Après les atouts, le maire de Linselles a incité «  à participer davantage à l'effort d'insertion », insistant sur la vocation de la toute nouvelle Maison de l'emploi et les synergies possibles.
 

Trois trophées ont été remis. Paul Dominique Ferrant, créateur avec Bruno Bonduelle de Val de Lys Entreprendre et encore très actif dans la métropole, a été distingué pour l'implication au développement économique. Gauthier Dubrulle, PDG de l'entreprise de travaux publics éponyme, a été félicité pour son taux d'accident du travail en baisse.

Le trophée de la valorisation du capital humain, un thème cher à l'association, est revenu à Xavier Beernaert, dirigeant de Kerr France. Cette entreprise de 12 salariés fait du négoce de produits laitiers et céréaliers pour la France et l'Europe. Pendant les heures du midi ou dans la soirée, du fitness et de la natation sont proposés aux salariés. Kerr France dépense ainsi 600 euros par an, «  ce qui permet d'évacuer la pression, le stress et améliore la performance dans le travail », a expliqué Xavier Beernaert.


Une originalité qui ne déplaît pas à l'association qui avait concocté une imposture en début de soirée : l'acteur Pierre-Yves Kiebbe a joué un faux patron exploitant des enfants dans une usine très polluante de Thaïlande. Soit l'inverse de ce que promeut Val de Lys Entreprise, quitte à refuser des adhérents.

 


(Archives VdN 28/1/2009).



LIENS
: L'association "A la recherche du passé d'Halluin" (1) Si Halluin d'Autrefois m'était contée... ou la naissance de l'association.

L'association "A la recherche du passé d'Halluin" (2) "Halluin Images d'autrefois", un deuxième tome pour comprendre la Ville.

L'Association "A la recherche du passé d'Halluin" (3) Mémoire en Images Halluin : Troisième tome.

Les Mérites associatifs ou la reconnaissance des engagements associatifs.

"Les Abatteurs" ou quarante-cinq années de Javelot.

La plus ancienne association halluinoise, "La Prévoyance".

Lys Nord Métropole, ou l'intercommunalité à 10 communes.

Il y a cent ans, les Prémices du "Coin de Terre Halluinois".

L'association "Halluin Voyages Amitié" fête son 25ème anniversaire
  

 

 

La CCI de Wallonie picarde à Triselec.

 

Mettre en contact les entreprises de la Vallée de la Lys et celles de Wallonie picarde : tel était l'objectif de la rencontre organisée, mercredi8 décembre 2010, par Val de Lys Entreprendre à Triselec. L'occasion, également, de découvrir le tout nouveau parcours de visite mis en place par l'entreprise de valorisation des déchets, deux ans après son incendie.

  

Pour leur première rencontre avec leurs homologues de la CCI de Wallonie picarde (CCI WaPi), les chefs d'entreprise de la Vallée de la Lys ont voulu bien faire les choses. Alors quel meilleur symbole que d'accueillir leurs hôtes dans l'entreprise halluinoise Triselec ? C'est dans ce « fleuron de la métropole », primé récemment encore, qu'une soixantaine d'entrepreneurs belges et français se sont retrouvés mercredi soir.

 

Objectif ? Outre la visite du site, « poursuivre la dynamique lancée via nos "Val échanges" en créant, cette fois, un rapprochement entre des entrepreneurs situés des deux côtés de la frontière, » résume Xavier Beernaert, président de l'association.



Si Val de Lys Entreprendre rassemble près de 80 sociétés adhérentes, la CCI Wapi en recense aux environs de 750. « Innovantes, dynamiques, créatrices d'emplois, nous avons besoin d'elles », a déclaré à leurs représentants le maire d'Halluin, Jean-Luc Deroo, « car l'emploi, avec la sécurité, représente la première nécessité des habitants. »

 

Dès sa prise de fonction, fin 2009, X. Beernaert avait affiché sa volonté d'élargir le spectre de l'association en multipliant les rencontres entre d'éventuels futurs partenaires en affaires. « C'est pour nous l'occasion de promouvoir un savoir-faire local, tout en mettant en contact des entrepreneurs qui, au sein de leur activité, seraient susceptibles de faire appel les uns aux autres, explique celui qui dirige également Kerr (France). On a tendance à chercher des partenaires trop loin, alors qu'en terme d'achats, de services, de produits on peut trouver ce dont on a besoin à 5-10 km de la frontière ! »

 

Site opérationnel

 

Au-delà d'une première prise de contact, les chefs d'entreprises ont profité de cette soirée pour découvrir le centre de valorisation des déchets. Deux ans après son incendie, Triselec inaugurait avec eux son nouveau circuit de visite.

 

Entièrement revu, celui-ci se déroule désormais sur un même plateau le long duquel les visiteurs peuvent apprécier le cycle de traitement des déchets à travers de grandes baies vitrées. Exit la montée en tôle, la visite est aujourd'hui accessible via un escalier en béton ou un ascenseur (pour groupes, personnes à mobilité réduite) qui sera en service en janvier.



Patrick Vandamme, directeur du site, a détaillé non sans fierté le travail des salariés qui évoluent aujourd'hui dans des installations définitives. Agrandi, modernisé, le site est opérationnel depuis 15 jours.



« Nous sommes toujours en phase de rodage et il reste encore des finitions » comme la peinture des ateliers ou la création du local social (fin janvier) avec vue sur le Mont d'Halluin. Au total, 18 millions d'euros ont été investis. Avec un objectif : « 93 % de valorisation des déchets d'ici 6 mois ».

 

(Archives, VdN, 14/12/2010).

 

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 17:09


Deux unités de vie Alzheimer, baptisées l'Hippocampe, ont ouvert leurs portes,  en Octobre 2008, au sein de la maison de retraite l'Orée du Mont, à Halluin. Après vingt ans de gestation.


Elles accueillent chacune douze résidants, des personnes en début de maladie mais qui ne peuvent plus rester seules. Une place en accueil de jour et une place d'hébergement temporaire ont également été créées. Des ateliers mémoire sont organisés avec un objectif : ralentir la progression de la maladie. Cette structure devrait accueillir des malades de toute la métropole.


C'est en 1989 que ce projet est né. Il a donc fallu presque vingt ans pour que la structure voie le jour. Les administrations ont traîné les pieds et ce n'est qu'en 2004 que les fonds ont été débloqués pour la construction des deux unités, d'un coût de 3,5 millions d'euros. Douze personnes y travaillent.


 « L'année 2008 qui se termine a vu l'ouverture de L'Hippocampe. L'entité L'Orée du Mont comporte aujourd'hui la maison de retraite dénommée désormais Le Mont des Ages et les unités de vie Alzheimer désignées sous le nom de cet animal marin qui évoque la partie du cerveau qui est touchée dans la pathologie Alzheimer », soulignait samedi Michel Plets,


Une convention tripartie quinquennale a pris effet au 1e janvier 2008. « Cette convention a permis d'obtenir des crédits à hauteur de 424 000 euros par l'Etat et 192 000 euros par le Conseil général. Le projet Alzheimer étant réalisé, il nous faut aujourd'hui regarder vers l'avenir afin de faire vivre les 110 places de notre institution », ajoutait le directeur.


Pour l'année qui vient, la signature de la convention permettra d'accroître l'effectif de 4 aides-soignantes pour L'Hippocampe ; 3 aides-soignantes, un ergothérapeute et une secrétaire à mi-temps pour Le Mont des Ages. En ce qui concerne la formation du personnel, celle-ci sera développée et étendue en 2009.

 « A plus longue échéance, il me semble important de faire disparaître les chambres à deux lits qui il y a 20 ans nous ont été imposées par la Caisse Régionale d'Assurance Maladie, mais dont on comprend mal aujourd'hui l'utilité, sauf pour quelques couples pour lesquels des chambres modulables pourraient être créées. Cela suppose une restructuration complète du Mont des Anges en réalisant à l'instar de ce que nous avons réalisé à L'Hippocampe des petites unités de 12 à 15 résidents pour optimiser la prise en soins ».



(Archives VdN 1/2009).

 

De l’humanisation aux unités Alzheimer en 20 ans.


De 1988 à 2008, la maison de retraite située au Mont d’Halluin a connu des bouleversements très importants.

 

Il y a d’abord eu l’opération d’humanisation de la maison de retraite lancée en 1988 à l’initiative du conseil général. Michel Plets, le directeur, se souvient d’un long et patient travail qui a consisté à relier les 2 ailes que constituait l’ancien hospice-hôpital construit au début du siècle en 1907 (ou par les Allemands en 1917 comme l’assure Michel Plets).

 

« On avait commencé par aménager une salle à manger au milieu des 2 ailes puis un nouveau bâtiment, une nouvelle cuisine », se rappelle-t-il.

 

La livraison des 2 unités Alzheimer inaugurées en décembre dernier complète ces changements.

 

« Je me souviens avoir accueilli une résidente qui avait été blessée durant la 1ère guerre mondiale là où elle a ensuite vécu sa vieillesse », termine M. Plets.

 

(Archives N.E., 8/3/2009).


L I E N S
:      
                           

Delphine Duvoskeld-Destailleur ou la première centenaire halluinoise.

Trois frères, Trois artistes : Achille, Augustin et Paul Grimonpont.

L'Halluinoise Marie-Madeleine Fremaux Leconte... un siècle de vie.

Marie Speckaert et Julienne Verhas : 204 ans de longévité halluinoise !

Bertha Dhaene et Julien Lagae : Une histoire d'amour de 77 ans !

Célina Degryse..., l'éternelle joie de vivre, a rejoint Robert "son" artiste peintre.
 

L'association des seniors halluinois a organisé une réunion d'information sur les unités d'Alzheimer ouvertes à Halluin. L'occasion pour le public d'obtenir les réponses aux questions qu'il se pose.


Mardi 17 mars 2009, une réunion d'information était organisée à l'EPI. M Plets, directeur de l'Orée du Mont et des unités Alzheimer, le docteur Barbé, médecin de l'établissement, et Mme Cardinael, assistante sociale, ont présenté l'établissement, répondu aux questions d'ordre général et se sont tenus à la disposition de ceux qui voulaient poser des questions plus personnelles. La réunion a été ponctuée de témoignages poignants de proches de malades.


L'Hippocampe est constituée de deux unités de 12 lits chacune, chaque unité comprenant une place d'accueil de jour et un lit d'accueil temporaire. Le but de la structure est de préserver le plus longtemps possible l'autonomie physique et psychique du malade. On y accueille des personnes qui ne peuvent rester à domicile en raison de troubles du comportement : fugues, déambulation, agitation, agressivité, anxiété, désinhibition.


L'accueil de jour offre une alternative et une phase transitoire entre le maintien à domicile et le placement en institution.


L'hébergement temporaire intervient si le maintien à domicile est momentanément compromis : hospitalisation ou besoin de repos de l'aidant, travaux au domicile.


Voici les réponses apportées à tour de rôle par les trois intervenants, Michel PLets, le docteur Barbé et Mme Cardinael.

Quels sont les critères d'entrée ?

>> On ne prend que des personnes souffrant de maladies neuro-dégénératives (Alzheimer et maladies apparentées). La personne doit encore jouir d'une certaine autonomie physique, de façon à participer aux activités proposées.

Comment sont choisis les entrants ? Les Halluinois sont-ils prioritaires ?

>> Un dossier avec questionnaire médical est rempli par le médecin traitant. Il faut que le malade ait une relative autonomie physique mais présente des troubles du comportement qui perturberaient la vie dans une maison de retraite classique. La décision n'est pas définitive et peut être réexaminée en fonction de l'évolution de la maladie.

On tient compte du degré d'urgence et du secteur géographique. On accueille en priorité les Halluinois, puis les malades ayant de la famille proche à Halluin, puis les extérieurs.

Des ressources insuffisantes peuvent-elles empêcher l'entrée ?

>> Comme pour une admission en maison de retraite, les ressources personnelles du malade sont évaluées, ainsi que les possibilités d'aide des enfants, en fonction de leurs revenus et de leurs charges. L'aide sociale du département n'est sollicitée qu'en dernier recours. Il faut savoir qu'elle sera récupérable sur la succession.

Le prix est-il le même dans tous les établissements ?

>> Non. Les charges se répartissent mieux et le prix de journée est plus bas quand le nombre de lits augmente. Le prix de journée sera plus élevé à Roncq, où il n'y aura que 12 lits. A Halluin, le prix de journée est de 66,55 € en hébergement et 24 € en accueil de jour (plus transport).

Quel est la durée moyenne de séjour ?

>> On manque du recul nécessaire. Les soins apportés freinent la progression de la maladie, ils ne stoppent pas l'évolution. Tôt ou tard, les malades rejoindront l'EHPAD. Cette réorientation est souvent mal vécue par les proches, mais inévitable si on veut que l'unité Alzheimer puisse fonctionner.


(Archives N.E. 22/3/2009).


 

L’Orthophonie pour contrer Alzheimer


La prise en charge de la maladie d'Alzheimer est avant tout pluridisciplinaire. À l'Orée du Mont, certains patients sont notamment suivis par Zoé Vandewiele, orthophoniste qui intervient pour prévenir de la dégénérence et maintenir leurs capacités cognitives.


Assise à ses côtés sur le lit, Mariette (1) a aujourd'hui 72 ans. Elle est suivie en unité Alzheimer depuis avril 2009. Depuis elle rencontre son orthophoniste trois fois par semaine pour des séances individuelles et personnalisées.


« La maladie entraîne une perte progressive des fonctions cognitives. Contrairement à d'autres maladies neurologiques, ici, il n'y aura pas d'acquisition. Il s'agit de préserver et maintenir les capacités »,


explique Zoé Vandewiele. Aujourd'hui Mariette n'est pas très réceptive aux sollicitations de l'orthophoniste. Elle peine à dire son nom, à répondre par l'affirmative ou la négative aux questions que lui pose Zoé. Même quand la soignante lui souhaite un joyeux anniversaire et chantonne, elle ne réagit pas.

 


« Elle est très fatiguée, en ce moment. Là, elle n'a eu aucune réaction par rapport à l'événement. En général, quand on chante Joyeux anniversaire les gens ont quand même une mimique, un sourire associé ».
Mais cet après-midi, Mariette s'endort au fur et à mesure de la séance.


Autre aspect majeur : la déglutition

Le suivi orthophonique des malades d'Alzheimer trouve sa pleine efficacité lorsqu'il est instauré dès les premiers symptômes. Dans la pratique malheureusement, il est souvent mis en place tardivement, quelquefois deux à trois ans après le début de la maladie.

L'objectif est ici d'optimiser le langage : « Pour maximiser la communication du patient. J'ai lu une fois : "Les besoins de l'être humain, c'est d'être aimé, d'être utile et d'exprimer ses émotions" ». Être aimé : en plus des échanges familiaux, ceux avec le personnel sont souvent très affectifs entre soignants et patients. Être utile : « Ils s'aident beaucoup entre eux. Ils ont besoin de materner, ça leur permet aussi de garder une dignité d'adulte ».


D'exprimer ses émotions, c'est là qu'intervient Zoé Vandewiele. « Pour préserver le langage verbal et non-verbal ». Mais aussi pour prévenir de l'apraxie - trouble de l'utilisation gestuelle - et de l'agnosie - trouble de la reconnaissance des objets visuels.

Lorsqu'elle arrive à l'Orée du Mont, Zoé Wandewiele a toujours dans sa sacoche sa boîte de cartes sur lesquelles sont imagés des mots simples : un chat, une voiture, une brosse à dent. « Le but c'est d'obtenir d'eux qu'ils disent le mot, ils auront quelquefois besoin d'ébauches ou de facilitateurs. Pour une fourchette par exemple on commencera par dire "une ffff...".


D'autres patients seront plus réceptifs si on leur décrit le mot par l'usage "ça sert à manger, on l'utilise avec un couteau"... » D'autres techniques stimulent le patient comme les fins de phrases automatiques : « on va chercher le pain chez le... boulanger » ou le récit automatique de série : les mois, les jours. « Il faut faire attention à ne pas infantiliser le patient. Mais plutôt surexploiter ses atouts pour créer un nouveau mode de communication. En priorité pour qu'il exprime ses besoins primaires. ».

Un autre aspect majeur du suivi, c'est la déglutition. « La maladie entraîne des spasmes inappropriés, notamment laryngo-pharyngés. Ce qui augmente le risque de fausses routes : avaler de travers ». Les liquides et solides s'accumulant peuvent entraîner le développement d'une pneumopathie.

« On va alors travailler sur le souffle, comme on l'a fait avec Mariette avec une paille. On incite le patient à avaler en baissant le plus possible le menton ».

Mais aujourd'hui, Mariette n'est pas décidée pour les exercices. Elle s'endort. « Depuis avril, elle a maintenu ses capacités de compréhension.En revanche elle a beaucoup perdu au niveau de l'expression », note Zoé. Un peu plus tard Mariette partagera avec les autres résidants son gâteau d'anniversaire. Et comme les femmes aiment les bijoux, elle recevra un collier et un bracelet... Sans prendre conscience que la parure honore ses 72 printemps. (1) le prénom a été modifié.


(Archives, N.E., 12.1.2010).

     

 

Les émotions au centre de la relation

 

Psychologue des unités Alzheimer d'Halluin et Roncq, Sylvia David vient d'y mettre en place, par petits groupes, la méthode de la Validation. Une approche qui a pour but de faciliter la communication avec les personnes âgées désorientées.

 

Alzheimer, Sylvia David y a été sensibilisée par un de ses proches atteint de la maladie. « C'est comme ça que j'ai commencé à m'y intéresser », explique la jeune femme de 26 ans, psychologue à l'Orée du Mont et aux unités Alzheimer d'Halluin et Roncq.

 

Après un Master II et plusieurs stages de terrain auprès d'enfants, d'adolescents et d'adultes, « je me suis dit que travailler auprès de personnes âgées pourrait être une expérience différente très intéressante ». Une expérience qu'elle poursuit maintenant depuis près de deux ans, tout en multipliant les formations en continu.



« Ce qui m'intéresse, c'est le contact, le fait de pouvoir soulager par la parole, l'écoute, la confiance qui s'installe au fil des entretiens », explique-t-elle, tout en soulignant que son métier n'a rien à voir avec la psychanalyse. « En suivant des enfants, on travaille forcément avec le cercle familial. C'est ce que j'ai retrouvé ici. » Avec un autre point commun : le trouble du comportement comme moyen d'expression.

Espace Snoezelen

 

À Halluin, l'Hippocampe est composée de deux unités Alzheimer de 12 lits chacune, dont 10 réservés aux résidents permanents. « À l'EHPAD, je propose un suivi psychologique sous forme d'écoute et de conseils », détaille Sylvia. Une mission différente de celle réservée aux unités Alzheimer « où il y a un travail de stimulation des résidents (ateliers mémoire), mais aussi un travail d'évaluation de l'évolution de la maladie et de proposition de sa prise en charge ».



Avec l'objectif d'établir un autre moyen de communication, l'Hippocampe s'est doté (dès janvier 2009) d'un espace Snoezelen, « une pièce rassurante » propice à la stimulation des cinq sens via des jeux de lumière, de la musique, des sensations tactiles, olfactives...



Autre méthode visant à renouer la communication : les petits groupes mis en place depuis deux semaines par Sylvia David, selon la thérapie de la Validation. « Prônée par Naomi Feil, j'utilise déjà cette méthode depuis un an en entretien individuel. » Son principe ? « On place les émotions au centre de la relation, cela passe par la reconnaissance de la personne et de ses sentiments » pour lui redonner confiance.



 

Sylvia passe par l'empathie : « Il faut laisser les résidents s'exprimer, chercher à réactiver en eux des émotions positives qui les aident à faire face à un présent pas très motivant, pas très intéressant. » En reformulant leurs sentiments, elle leur fait comprendre qu'elle est d'accord avec ce qu'ils ressentent, elle les aide à restaurer leur propre estime, à réduire leur stress, leur sentiment d'isolement et leur repli. « Je vais dans leur sens au niveau de l'émotion, mais pas dans les faits. Il ne s'agit pas de mentir si une résidente prétend qu'elle doit aller chercher ses enfants à l'école... ».



À Halluin, la majorité des résidents de l'Hippocampe ont plus de 80 ans. Ceux qui suivent la méthode de la Validation sont majoritairement en phase 2 (confusion temporelle) et 3 (gestes répétitifs) de la maladie. « Même dans des lieux de vie aussi petits, il est rare que les résidents communiquent entre eux. » Mais cette méthode, appliquée par groupe de 6 à Halluin, favorise les échanges.



Chaque séance a un déroulé précis : chacun tient un rôle selon sa personnalité (président, chanteur, secrétaire...). « Avec ce rôle, ils reprennent confiance et retrouvent une place dans la société. On est surpris de leur changement d'attitude. Ils sont transformés ! » Partant d'un problème du quotidien, là encore, les émotions sortent. « Et la séance fait ressurgir un vécu qui peut les rapprocher. »

 

Mais la psychologue met en garde : « l'objectif n'est pas de réduire les troubles du comportement, mais cela peut en être une conséquence... » En attendant, les résidents se rapprochent et, tout simplement, passent un bon moment. Une manière de maintenir des échanges. D'adoucir un placement parfois très difficilement vécu.

 

(Archives, VdN, 24/11/2010). 

 

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 17:18


L 'abbé Yves Béguin quitte la paroisse de Notre-Dame de la Lys pour celle de Saint-Pol-Sur-Mer et de Petite-Synthe. Le prêtre, qui a été aux côtés des jeunes Halluinois pendant quatre ans, poursuit ainsi sa mission évangélique... non sans un pincement au coeur.


L'abbé Yves Béguin ne veut pas céder à la nostalgie. « Vous savez on vit ici dans la ville, avec les gens. On les croise au marché, aux fêtes de quartiers... On vit les mêmes choses. Et puis on se fait des amis. Il y a forcément un pincement au coeur lorsque l'on part même si on sait que l'on sera envoyé en mission ailleurs. »

Mais le jeune curé pense.
« Il faut se rappeler que Jésus Christ a été actif trois ans, il est passé de lieu en lieu. Ensuite les chrétiens ont continué ce qu'il avait lancé. »


 
C'est cet exemple-là qu'Yves Béguin veut suivre. «  À chacune de mes missions, j'ai récolté ce que d'autres avaient semé à d'autres de récolter ce que j'ai semé. C'est aux chrétiens de continuer ce que j'ai essayé de lancer sur la paroisse. »


Un jeune prêtre de 38 ans


L'abbé Beguin est arrivé de Tourcoing il y a quatre ans, envoyé par le diocèse de Lille avec pour mission d'être en lien avec le monde des jeunes.

« A 38 ans, je suis un des plus jeunes prêtres du diocèse et je pense que j'ai une proximité plus importante avec les jeunes. Et puis il faut passer du temps avec eux ; vivre avec eux, c'est important pour les comprendre. »


C'est ainsi qu'Yves Beguin a accompagné un groupe sur les 350 derniers kilomètres du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle. «  Et là j'ai vécu la même chose qu'eux. Quand c'était difficile pour eux, c'était dur pour moi aussi. » Un lien de confiance lie le prêtre et les jeunes de la commune.


Pour leur permettre de vivre leur foi, il met en place une aumônerie au collège Robert-Schuman. Et en 2004, il emmena onze jeunes aux Journées mondiales de la jeunesse à Cologne, en Allemagne.

« A leur retour, ils ont voulu se lancer dans une action et ont fondé une chorale. C'est une action qui va se poursuivre après mon départ.
 »


Dans chacun des groupes, l'abbé a mis en place des animateurs qui poursuivront les actions.


 
« Ils vont continuer à accompagner, je leur fais confiance. » Car Yves Béguin ne sera pas remplacé à Halluin.


Des enterrements sans prêtre


Il ne secondera plus l'abbé Yves Billaut auprès des jeunes, mais aussi lors des cérémonies (baptêmes, mariages, funérailles...).


 
«  C'était la deuxième mission que m'avait confiée le diocèse. Et c'est vrai que mon départ va visualiser le fait qu'il y a de moins en moins de prêtres.  »


 
D'autres curés de la Vallée de la Lys devraient venir aider Yves Billaut, mais certaines célébrations seront aussi célébrées par des laïcs.


« On ne peut plus mettre un prêtre à chaque enterrement. Nous ne sommes plus assez nombreux. Comme c'est déjà le cas à Tourcoing depuis plusieurs années, certaines funérailles seront prises en charge par des chrétiens formés et le souvenir du défunt sera évoqué lors de la messe dominicale. Les gens sont parfois surpris lorsqu'on leur dit que ce sont des laïcs qui vont assurer la messe d'enterrement. Mais cela se passe généralement très bien. Il est important que la communauté des chrétiens s'engage ainsi. »


 
En septembre 2008, Yves Béguin va donc s'installer dans la paroisse de Saint-Pol sur mer-Petite Synthe.


 
«  Je vais travailler avec les jeunes et les adultes. Je n'ai pas d'idée préconçue. Je vais regarder ce qui existe et faire en sorte que cela se développe. »


Ce natif de Dunkerque, qui a grandi en Flandre, sèmera de nouveaux projets qui continueront de grandir quand, un jour, il repartira vers d'autres chrétiens.


La messe « d'au revoir » de l'abbé Yves Beguin s’est déroulée le 7 septembre à 11 h 15 en l'église Saint-Hilaire à Halluin.


(Archives VdN 26/8/2008).


LIENS :  L'Abbé Alphonse-Marie Coulon, le curé batisseur de la paroisse du Mont.

Trois abbés ou trois destinées. Michel Beddelem, Albert Decourtray, Joseph Blomme.

Le Père Joseph Ledoux missionnaire halluinois chez les Papous.

Le père de famille halluinois Jacques Masil devenu prêtre...

L'abbé Michel Cornil ancien vicaire général et archidiacre de Roubaix-Tourcoing.

L'abbé Bernard Chevaucherie ancien vicaire d'Halluin est décédé.

Le décès de L'Abbé Serge Verscheure ancien vicaire d'Halluin.

La disparition de l'Abbé Paul Parent... ou toute une vie de prêtrise.

L'Abbé Robert Héquette ancien Doyen d'Halluin est décédé.

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 12:30


Le Conseil des prud’hommes d’Halluin qui regroupaient les communes de la vallée de la Lys disparaît de la carte judiciaire, en décembre 2008, conformément à la réforme des tribunaux engagés par Rachida Dati, la garde des Sceaux.

 

Le conseil d’Halluin existait depuis 1972. Il a d’abord tenu ses audiences à la mairie d’Halluin avant d’être transféré à partir de 1980 dans les locaux du 58, rue de Lille.

 

Il était doté à l’origine d’une section agriculture qui disparut par la suite. Le conseil des prud’hommes d’Halluin a fonctionné pendant plusieurs dizaines d’années et 32 conseillers assurèrent son fonctionnement avec l’aide d’une greffière, Corinne Dansette, détachée de Tourcoing, mais affectée à Halluin. Désormais, elle retournera au 65, rue de Gand à Tourcoing.

 

Rappelons que le conseil prud’homal d’Halluin couvrait les communes de Roncq, Halluin, Bousbecque, Wervicq et Comines. Il ne reste donc plus que les grandes villes à être pourvues de prud’hommes comme Lille, Roubaix, Tourcoing.

 

Le dernier président des prud’hommes d’Halluin, M. Bernard Landou, il avait enregistré la baisse des affaires traitées à Halluin (175 en 2007 contre 229 en 2006), un nombre inférieur par rapport au seuil de 400 affaires annuelles fixé pour la sauvegarde des conseils prud’homaux.

 


(Archives N.E, 10/2008).
  

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 21:24


André Fostier a ouvert une galerie d'art, au 51 rue Simono à Halluin, dans une ancienne fabrique de dossier de chaise.

 

Aujourd'hui, les Halluinois, et même les habitants de la vallée de la Lys, n'hésitent plus à se déplacer pour admirer les différentes collections qui y sont exposées.


« C'est un coup de folie mais ce lieu a une âme, toute ma famille s'est investie là-dedans », livre tout à trac André Fostier qui, à 64 ans, a décidé de faire partager le plaisir qu'il ressent.

 

Ce Roubaisien installé à Bousbecque qui a mené une grande partie de son parcours professionnel dans la pub ne pouvait pas ignorer ses attaches.


Son épouse est artiste-peintre et sculpteur, son beau-père, Camille Tavernier, laisse derrière lui tant d'émotion liée à la peinture.


Par sa démarche, André Fostier préserve le caractère de la région auquel il est tant attaché.


« J'ai mené ce projet parce que les salons Caquant m'ont accompagné et sans cette dynamique entre la galerie d'art et ces salons, rien n'aurait été possible »,
insiste-t-il.


Peut-être. Mais entre réceptions et visiteurs d'expositions, l'alchimie a pris. Au point que des Halluinois se déplacent aujourd'hui sans avoir jamais fréquenté jusqu'alors une galerie d'art !



(Archives NE 29/12/2008)


La Galerie : et demain ?


Jusqu'au 25 octobre, se tient la dernière expo 2009 proposée par « La Galerie », 51 rue Simono. Quid en 2010 ? André Fostier, le créateur du site, se donne le temps de la réflexion avant de trancher entre passion et raison. Si l'aventure se poursuit, il y aura moins d'expos.


L'engouement est là mais financièrement le pari est difficile à relever, dit en substance André Fostier qui a ouvert il y a 2 ans cette « Galerie » dans une ancienne usine de fabrication de chaises. Un pari toujours audacieux destiné à promouvoir des artistes de renom et d'autres.


Surtout quand on est seul comme André Fostier pour relever ce défi : « c'est ma problématique, financièrement je ne m'y retrouve pas en prenant un pourcentage sur les ventes. À un moment, il faudra mettre de la raison à ma passion. Et cela même si le coeur de cible s'élargit, si de nouveaux venus se mêlent aux habitués ».


« Le temps est venu que je dresse un bilan très sérieux de ces deux années pendant lesquelles a été présentée une dizaine d'expositions que je ne regrette absolument pas. Je veux rester sur les plaisirs, ne pas sacrifier à une démarche lucrative ».
Et la Galerie ne souffrirait-elle pas d'un déficit de communication (fléchage,etc) malgré la volonté de son créateur à la faire rayonner notamment par la sortie d'un journal mensuel.


Pour l'heure, aucune programmation n'est prévue pour 2010 malgré la centaine de contacts d'artistes qui garnissent l'agenda d'André Fostier. Il songe plus à organiser 4 expositions annuelles au lieu de l'actuel rythme effréné avec les sollicitations que cela suppose, à raison d'un rendez-vous par mois. Et pourquoi ne pas greffer du dynamisme pour plus d'interactivité avec le public ?



« Ce ne doit pas être un lieu de recueillement »



« Je ne veux pas que la Galerie soit un lieu de recueillement, comme à l'église. Il faut aller plus loin dans la personnalisation de l'environnement des oeuvres, en ajoutant des tissus, des éléments de décor, en théâtralisant davantage ce site si singulier. C'est un travail de styliste qu'il faut mener. »



André Fostier a déjà ainsi imaginé des actions sur l'ensemble du plateau de l'ancienne usine (comprenant la partie réception et la scène destinée aux orchestres) comme une compilation informatique des oeuvres des artistes présents accessible au public. « Pourquoi pas aussi créer un fonds commun d'oeuvres, amener un artiste reconnu qui va apporter de la notoriété, toutes les suggestions sont bienvenues », reconnaît-il.



« Il faudrait que je parvienne à organiser des échanges avec des artistes d'autres régions, ce qui permettrait aussi de partager des financements »,
s'encourage-t-il. D'autant que le marché de l'art est actuellement au point mort avec comme conséquence une plétore du nombre d'expositions. « Il faut faire le tri tant ce milieu baigne dans la subjectivité, qu'est-ce qui relève vraiment de l'art et qu'est-ce qui n'en est pas vraiment ? », ajoute-t-il.



Et de répéter à l'envi, tel un leitmotiv : « si je n'éprouve plus de plaisir, je mettrai la clé sous le paillasson. Sinon, rendez-vous en février 2010 pour la prochaine exposition après celle consacrée à Nadine Destailleur et Lucien Vignolle. »



(Archives, N.E., 1/10/2009).

Nouveaux objectifs pour 2010…



Le cerveau d'André Fostier fonctionne toujours à 100 à l'heure, pourtant en ce début d'année 2010, son agenda, lui, est étonnamment clairsemé.
« Je me suis accordé un break de trois mois pour réfléchir. Depuis le lancement, il y a au moins une exposition par mois ici, c'est trop lourd, je ne peux pas continuer à gérer ça de cette façon » explique-t-il.


Musique, peinture, sculpture, danse, depuis sa création il y a deux ans, la Galerie d'André Fostier, dans le centre ville d'Halluin, est l'écrin idéal pour présenter les oeuvres qui l'inspirent et le passionnent.


Les idées d'expositions ou de spectacles ne manquent pas, les relations d'André non plus. Des coups de fils d'artistes intéressés par sa Galerie, le maître des lieux en reçoit « de toute la région, de Belgique et même du sud de la France ».


L'épicurien, sans cesse en mouvement, a jusqu'au 28 février, date de sa prochaine exposition - la seule programmée en ce moment - pour faire le point sur ses objectifs. Le passionné d'art a commencé à prendre contact avec les écoles de la commune et espère attirer le plus de groupes d'enfants et d'adolescents possibles.


De même, s'il compte toujours exposer des artistes professionnels, il souhaite aussi ouvrir à des amateurs dont il apprécie les oeuvres et pourquoi pas des personnes handicapées. « De toute manière, je ne travaille qu'avec des gens dont le talent provoque chez moi des émotions. » Quant au rythme des expositions, André Fostier compte se limiter à quatre manifestations dans l'année, afin de prendre du temps avec les jeunes.


L'ambition d'André est sans compromis : cette année, La Galerie verra émerger de nouveaux artistes et de nouveaux spectateurs, bien « loin de l'élitisme de certains lieux d'art » ou bien « elle fermera tout simplement » affirme André. La décision est grave, mais elle ne l'inquiète pas plus que ça « je n'ai aucun plan de carrière. Je suis retraité et je ne gagne pas d'argent. Si demain j'arrête, c'est que je n'aurai plus assez de plaisirs pour motiver mon investissement », lance-t-il.


Le propriétaire des lieux ne gagne pas d'argent. Il perçoit juste « un pourcentage » sur la vente des oeuvres exposées chez lui.


Cette rémunération ne couvre pas tout à fait ses frais, mais il n'en a cure : « lorsque je l'ai lancée, je savais que je n'allais pas devenir riche grâce à cette galerie. Le seul véritable objectif que je me suis donné c'est de prendre du plaisir. »


Une chose lui ferait vraiment plaisir : mettre en place un échange avec des galeries d'art d'autres régions. S'il se lance dans ce projet, le retraité peut dire adieu à son emploi du temps allégé.


(Archives, VdN, 2/1/2009).

 

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 07:43


Entamé au mois de juin 2008, le chantier de construction du nouveau terminal du port destiné à la valorisation des déchets entre le CVE d'Halluin et le CVO de Sequedin est terminé. La mise en service interviendra fin février - début mars 2009 au plus tard.


Les travaux sont à présent terminés. D'ici quelques semaines, le Centre de Valorisation Energétique d'Halluin sera directement relié au Centre de Valorisation Organique de Sequedin par voie fluviale.


 
« La réception du chantier est prévue pour le 30 janvier,
annonce Dominique Drapier, responsable communication du port de Lille qui gérera le site. Tout permet de penser que fin février-début mars, la mise en service sera effective. »


Ce nouveau terminal, baptisé Halluin 2, a nécessité un retrait de 20 mètres de la berge française de la Lys et reliera le CVE d'Halluin au CVO de Sequedin beaucoup plus rapidement qu'auparavant. « Ce nouveau site permet d'éviter une écluse, on va réduire le temps de transport », se réjouit Dominique Drapier.


Un trafic de 20.000 containers par an.


Au quotidien, un bateau partira chaque jour dans les deux sens. Du CVE d'Halluin, partiront les déchets fermentescibles en camion jusqu'à la nouvelle plate-forme, au bout de la RD 191, à la limite de Bousbecque, où ils seront chargés sur une barge.


A Sequedin, ils seront transformés en gaz méthane pour les bus Transpole ou en compost agricole. Les déchets du sud de la métropole collectés au CVO effectueront le chemin inverse pour être incinérés à Halluin.Au total, le trafic sera de l'ordre de 20.000 containers par an.


« Ce nouveau port évitera aussi aux camions d'avoir à traverser des zones d'habitations à Halluin. Là aussi c'est un gain de temps. Le terminal Halluin 2 appartient à la filière de valorisation des déchets et répond parfaitement au souci de développement durable. »


A plus long terme, le port de Lille ne s'interdit pas d'y ajouter un trafic supplémentaire. La position géographique transfrontalière de ce nouveau terminal pourrait être une solution.


« Mais pour l'heure nous n'avons aucune piste,
reconnaît Dominique Drapier. En revanche, nous n'avons pas perdu espoir de rouvrir une liaison fluviale entre Triselec et Wingles pour le transport du verre. »


Suite à un appel d'offre favorable au transport routier, la liaison se fait désormais par camions.

La mise en service du terminal Halluin 2 devrait être un atout majeur pour que le verre à recycler gagne de nouveau Wingles par voie d'eau.



(Archives NE 22/1/2009).
    


Cette fois, c'est parti. La plate-forme Halluin 2 le long de la Lys, à la limite de Bousbecque, accueille les containers jaune-orange destinés aux échanges des déchets entre CVE et CVO.


Un super stacker de 110 tonnes trône sur la plate-forme, au bas du giratoire de la RD 191. Tel un gros insecte, il manipule les containers comme le ferait une fourmi avec des miettes de pain. C'est le second engin de levage à être arrivé à Halluin, après celui qui équipe la plate-forme Halluin 1, sur l'autre rive, près de Galloo.


« C'est un trafic de flux qui porte sur 230 000 tonnes à l'année »,
rappelle Dominique Drapier qui gère la communication du Port de Lille. Déchets fermentescibles depuis le CVE vers le Centre de valorisation organique de Sequedin, déchets incinérables dans l'autre sens, voilà le premier trafic fluvial organisé à partir de cette plate-forme.


Par ricochet, cette plate-forme a anticipé le futur trafic Seine Nord Europe en élargissant très sensiblement la Lys à ce niveau-là. « On l'a formatée sur la catégorie 5B qui correspond à un gabarit de 4400 tonnes, soit le double de la capacité actuelle », ajoute D. Drapier.


Le grutier est désormais sur place. Le trafic pourrait évoluer très vite puisque cette plate-forme « a vocation à draîner d'autres produits en lien avec Triselec comme le verre ». Quant au chemin de halage, il contourne désormais cette plate-forme.


Mais un point de vue paraît déjà imprenable, celui situé près de la nouvelle balustrade avant la remontée du chemin vers le giratoire lorsqu'on vient de Bousbecque. De là, on a l'impression de dominer la Lys.



(Archives NE 11/3/2009).
 

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 13:05



Ce dimanche 18 janvier 2009 à partir de 14 h 30, au cinéma « Le Familia », Cinélys (club halluinois de cinéma amateur) a effeuillé quelques-unes des plus belles pages à peine racornies de son album cinéma. Beaucoup d'anciens de l'association étaient présents dans un même bain de fraternité autour d'une passion indéfectible.


Sur la scène, trônaient fièrement ces machines qui ont produit du cinéma : projecteur Heurtier des années 50-60, caméra super 8, projecteur super 8 sonore, bref, tout ce qui a donné naissance à cette alchimie du cinéma amateur.


Cinélys, né à l'origine sous couvert de la MJC, réunissant la grande famille de passionnés de la toile dans la vallée de la Lys, a fédéré plus d'une centaine de personnes au Familia dimanche après-midi.


« On vient régulièrement parce qu'on retrouve la ville d'antan, mais aussi des gens et des sociétés d'hier »,
reconnaissait cette fidèle des projections.


Patrick Brazier, le président de Cinélys, se souvient de la trame de l'association, de la fondation il y a trois décennies par Bernard Vandoolaeghe trop tôt disparu, à la continuité assurée par alternance par Alain Desreveaux et Hilaire Baras pendant 15 ans. Ce dernier est aujourd'hui âgé de 92 ans et coule une paisible retraite sur la Riviéra.


« À l'origine, on tournait en super 8, autant de films qu'on a repiqué en vidéo pour les présenter aujourd'hui »,
explique Patrick Brazier.


À Cinélys comme à Hollywood, on essaie de réinventer en permanence le cinéma. L'association draîne une quinzainze de membres plutôt anciens, deux plus jeunes se sont introduits dernièrement comme Cécile, Mouvalloise de 43 ans, et collègue de travail du président : « c'est lui qui m'a mis le pied à l'étrier ».


Le plaisir n'était pas feint quand les films d'hier ont déroulé leurs histoires sur la toile du Familia. Rendez-vous en fuite a ouvert le bal, un scénario certes ténu autour d'une roue de voiture crevée mais un homme et une femme qui crèvent l'écran. C'est comme cela que Lelouch est devenu une star.


« Les personnages sont interprétés par la fille et le beau-fils d'Hilaire Baras, c'était un peu la pagaille quand on a tourné il y a 27 ans rue de Lille, pas loin du collège Schuman. Le film a été tourné en super 8 et il a fallu refaire tout le son en studio suite à un problème technique »,
se souvient Alain Desreveaux qui a désormais rallié le Lille Métropole Ciné Vidéo, l'un des plus gros clubs de cinéastes amateurs de l'Hexagone avec plus de 110 membres.

                                          
     Les maires ont fait appel à Cinélys


Fictions et documentaires ont égréné la séance-anniversaire. Jenny, film primé en national à Nîmes, a été lui aussi tourné en super 8. Le centre commercial V2 était encore bien jeune à l'heure du tournage et l'on doit les frissons de ce scénario à Joseph Acaccumoli, un Halluinois cinéphile.


Méli-mélo d'images de traverses de voies SNCF couvertes d'herbes folles, de blockhaus en déshérence, plantés dans la campagne comme autant de plaies d'une guerre jamais oubliée, ce cinéma débusque ce que nous ne voyons parfois plus.


 
Les maires successifs ne se sont pas privés de leurs services pour alimenter la mémoire de la commune : Henri Leveugle et les classes de découverte mais aussi Jean-Luc Deroo et N'Kong Zem, la ville jumelée du Cameroun. Sans oublier les bébés nageurs, les 15 ans du jumelage Halluin-Oer, etc.


Cinélys a été confronté à l'avènement de la vidéo, du numérique.
Pas de quoi perturber l'envie de ces cinéastes qui ont filmé l'édition 1995 des 24 heures du Mont avec une gourmandise sans faille. Tout y est, le folklore, l'effort, la convivialité, l'attente fiévreuse d'un té en gestation sur ce Mont enchanteur.


D'autres films ont été projetés hier, d'autres fictions émouvantes, d'autres images échevelées comme celles des cerfs-volants à Berck. Une certitude : le clap de fin à Cinélys n'est pas pour demain. En exhumant des pépites d'un cinéma amateur, on se dit que Cinélys a encore un bel avenir devant lui.


(Archives N.E., 19/1/2009).

Il y a le cinéma amateur et il y a les projections de films commerciaux au cinéma halluinois "Le Familia". Et l'année 2008 a été un excellent millésime grâce au film « Bienvenue chez les Ch'tis » qui a fait déplacer à lui seul 6187 personnes dans la salle halluinoise.

De quoi affoler les statistiques qui s'établissent à 43 263 entrées pour 2008, soit + 9,1% qu'en 2007 qui, avec 39 693 spectateurs, avait déjà été une bonne année. 


LIENS :  
Il était une fois le cinéma d'Halluin (Nord)

Laurent Tirard un cinéaste fier de ses racines.

Au Café de l'Union comme sur un plateau, Silence ! On tourne.

 

                                                   Ce 31 Janvier 2010 - Cinély fait son Cinéma


Tous les films sont prêts à diffuser pour le gala annuel qu'organise Cinélys ce Dimanche 31 Janvier 2010 à 14 heures 30.


Impossible de faire tenir tout le monde dans le petit studio de montage que la mairie d'Halluin ... a mis à la disposition des membres de l'association Cinélys, rue de Lille... Cinq des vidéastes amateurs du club y finalisent les films qu'ils diffuseront ce 31 janvier, à l'occasion de leur gala annuel, au Familia.


 
« Tous les films que nous présentons dimanche au public ont été primés », insiste Jacques Gheysens, le trésorier du club. Dix films sont programmés, de trois à 25 minutes. Une fable en ch'ti, un dessin animé, un reportage sportif, des comédies et des fictions, des films sur Halluin et sa jumelle camerounaise.


« Nous avons suivi le démontage et la remise en service des orgues de l'église Saint-Hilaire. J'ai tourné les premières images il y a cinq ans, jusqu'à la fin des travaux, fin 2007 »,
raconte Paul Delafosse.


Des retransmissions de la cérémonie des voeux aux films réalisés pour les associations de son entourage... ces dernières années, Cinélys s'est imposée dans le paysage associatif halluinois comme un partenaire précieux, qui n'hésite pas à mettre ses talents au service des autres « dans la limite de nos disponibilités, bien sûr. Nous ne sommes pas professionnels », prévient Jacques Gheysens.


Sur une étagère accrochée le long du mur, les trophées remportés par le club lors des concours régionaux sont fièrement alignés depuis le début, en 1981, mais « le but principal, c'est de se faire plaisir » rappelle le trésorier. « Ce qui nous rassemble, c'est la belle image. On met en commun des idées et on se critique. Parfois, c'est même chaud parce qu'on n'est pas d'accord », raconte Didier Watry, un des 14 membres de l'association.


Apprendre à manier une caméra, se familiariser avec l'informatique et les logiciels de montage, c'est un des principaux objectifs de l'association et chaque nouveau membre dispose d'un temps d'adaptation.


Dernière arrivée, Émilie, 22 ans, n'a pas de soucis avec l'utilisation des ordinateurs, contrairement à ses amis de l'association, majoritairement retraités et moins habitués à l'informatique.
« J'ai pris des cours dans l'auto-école de Patrick Brazier, le président de l'association. Il nous a fait visionner un film tourné par Cinélys. J'ai tout de suite été intéressée par l'association et il m'a invitée à y participer », dit la jeune fille.


Tout est prêt pour ce dimanche. Caméra au point pour immortaliser le moment, la petite équipe est impatiente de présenter le résultat d'un an de travail et espère attirer autant de spectateurs que d'ordinaire.
« D'habitude, nous arrivons à faire venir entre 130 et 150 personnes. Ce gala nous permet de rassembler une belle recette. C'est important pour nous, car c'est grâce à cela que nous payons le matériel », souligne le trésorier.


Gala de cinéma amateur organisé par Cinélys, dimanche 31 janvier 2010, à 14 h 30, au Familia, rue Jacquard. Entrée 2 à 5 E.


Cinélys organisera, les 12 et 13 mars 2010, le concours régional de l'Association des cinéastes et vidéastes des régions Nord - Pas-de-Calais et Picardie, au Familia, à Halluin
.

(Archives, VdN, 30/1/2010).

                                                              Concours Régional 2010 à Halluin.


Aller au cinéma gratuitement, même si ce n'est pas Hollywood, cela peut-être une bonne idée, vendredi 12 et samedi 13 mars 2010, à l'occasion du concours régional de cinéastes et vidéastes amateurs, organisé au cinéma « Le Familia » d’Halluin,  place Jacquard..


Pendant deux jours, 46 films vont être présentés en public. Il y en aura des drôles, des engagés, des légers et quelques documentaires : « À chaque édition, les films humoristiques sont les plus nombreux, constate Jacques Gheysens, le trésorier de Cinélys. Nous avons également des films en patois, auquel est consacré un prix. »


Ce grand rassemblement est piloté par l'Association des cinéastes et vidéastes (ACV) qui réunit des clubs comme Cinélys. Ils viennent de toute la région Nord - Pas-de-Calais, mais aussi de Picardie. Le record du nombre d'adhérents revenant au club LMCV d'Hellemmes, qui aligne 103 personnes.


Un chiffre qui fait baver d'envie l'association d'amateurs halluinois, qui demeure à 14 adhérents : « Nous n'arrivons pas à attirer des jeunes, regrette Jacques Gheysens. Le matériel est assez cher et nous ne pouvons le prêter à ceux qui voudraient nous rejoindre. »


L'association participe à des concours mais surtout filme la vie halluinoise, que ce soit les voeux du maire ou des concerts, des rendez-vous tels que l'estaminet de la mémoire, avec l'association des Anciens qui rassemble les souvenirs de la ville et de ses habitants.


Mais pour le concours de vendredi et samedi, il s'agira surtout de réalisation personnelle. Et les meilleurs pourront rejoindre le concours de première division qui se déroule chaque année, à Marquette.


Cette année, sept films halluinois présentent leur film : Roland Verkindère avec Justin Des Barberis et Sablet fête des années folles, Maurice Deblock avec Mémoire, André Leclerq et Didier Watry avec Nul à point le Making-of , Emilie d'Halluin avec Ballade à Valoires et Escarbilles et Patrick Brazier avec Dali.



Le concours se déroule ce vendredi 12 mars 2010, de 10 h à 12 et 14 h 15 à 19 h le samedi 13, de 9 h 30 à 12 h et de 14 h 30 à 17 h 15. Remise des prix à l'hôtel de ville, à 17 h 30. Une petite buvette sera assurée au Familia.


(Archives, VdN, 11/3/2010).

   

 

 Lien  cinelyshalluin.asso-web.com

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 17:53



Fort de 160 licenciés, dont un homme, la Gymnastique Volontaire d’Halluin, affiliée à la fédération française, fêtera, en 2009, son quarantième anniversaire !

 

La président actuelle Anne-Marie Lagouge s’est félicitée de constater l’ambiance chaleureuse qui règne au sein du club : « Les cours sont bien suivis, agréables et dynamiques ».

 

En plus des activités sportives, les membres ont participé à différentes manifestations en 2008. La traditionnelle marche contre le cancer, la soirée familiale, le repas annuel…

 

La présidente a demandé plus de mobilisation pour ces différentes animations, en particulier pour la marche contre le cancer. La collecte de cette sortie a été remise en totalité à l’hôpital Oscar Lambret à Lille. Ces activités seront reconduites en 2009 ;

 

« Cette année nous allons fêter les 40 ans de notre association et pour l’occasion, nous organisons un banquet à la Bonne Franquette le 21 février 2009, la fête de clôture le 12 juin et un voyage (lieu à définir) en covoiturage le 14 juin » indique Anne-Marie Lagouge.

 

Les tarifs d’inscription sont les suivants : 60 euros pour les Halluinois et 65 euros pour les extérieurs à la ville, sachant que le club rétrocède à la fédération 20 euros.

 

Le bureau a été reconduit dans ses fonctions : présidente Anne-Marie Lagouge, trésorière Chantal Blieck, secrétaires Katia Miroux et Isabelle Pinoy.

 

 

(Archives NE  11/1/2009).

Historique…

 

En 2009, Anne-Marie Lagouge fête ses 10 ans de présidence. Dernièrement elle a présenté la naissance de l’association.

 

Les statuts ont été déposés en préfecture de Lille en janvier 1969, avec comme premier président Michel Régnier. Les cours se déroulaient dans la salle de la cantine de l’école Michelet.

 

Puis durant 20 ans, c’est André Odou qui a pris la responsabilité de l’association. A cette époque, les adhérents se retrouvaient à la salle du Manège, à la salle Michel Bernard, au centre franco-espagnol.

 

En 1970, Robert Samyn assurait les cours hommes et par la suite, ils sont devenus mixtes. Les rendez-vous du lundi et du jeudi se terminaient par 2 h de volley détente.

 

Par la suite Daniel Treels a assuré la présidence.

 

Pour fêter les 40 ans, les membres se sont retrouvés à « La Bonne Franquette » pour un délicieux repas.

 

Infos pratiques : Anne-Marie Lagouge, 20, rue Dennetière Halluin 0320030239.


(Archives N.E., 11/3/2009).
  

 

Une nouvelle Présidente en 2011…

 

Après quinze années à la présidence de l'association, Annie Lagouge a passé avec une pointe d'émotion le relais à Assunta Polvèche. Un changement qui a été effectif lors de la dernière assemblée générale de l'association.

 

 « Je suis dans l'association depuis 1974 et j'ai assuré les fonctions de présidente pendant 15 ans. J'ai décidé de libérer le poste et c'est Assunta qui a été élue pour prendre la responsabilité des cent cinquante adhérents et des cinq animatrices. Ma plus grande satisfaction d'avoir toujours gardé la convivialité et une bonne ambiance dans le groupe », a confié Annie.

 

À l'unanimité, Annie Lagouge a été élue présidente d'honneur de l'association.

 

La composition du bureau : présidente, Assunta Polvèche, qui sera secondée par la vice présidente Dominique Lallemand. Les carnets de comptes seront tenus par la trésorière Françoise Robæs, et Josiane Delemaire assure le rôle de secrétaire.

  

Gymnastique Volontaire Halluin horaires des cours : Salle Faidherbe : lundi, mercredi, jeudi, de 19h à 20h. Salle Berlioz : lundi matin de 10h à 11h, mardi après-midi de 14h15 à 15h15 jeudi matin : de 10h15 à 11h15. Contact au : 03 20 25 34 96.

 

(Archives, VdN, 7/2/2011).  

 

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 20:31


Le Foyer Sonacotra d’HALLUIN, situé rue de Lille, a ouvert ses portes le 1er octobre 1978.


Trente ans plus tard, il est devenu Adoma qui regroupe la résidence Flandria avec 117 locataires et un centre d'accueil pour demandeurs d'asile qui organise des portes ouvertes aujourd'hui
.


Dans le couloir, derrière les portes, des voix d'hommes qui psalmaudient en arabe, quelques cris d'enfants au loin. Dans l'entrée, un homme sourit tristement. « Je viens d'arriver ici. Enfin, cela fait huit mois. C'est à cause d'un divorce, vous savez... après trente-trois ans de mariage. » C'est l'un des derniers locataires arrivés ici.


 
La résidence Flandria reçoit deux à trois demandes par mois. « Mais, depuis février, il n'y a aucun départ, donc aucune arrivée, souligne Claude Six, le responsable de la résidence. Pourtant, j'ai de plus en plus de demandes de personnes d'ici, de la Vallée de la Lys. » Changement d'époque.


 
Lorsqu'il ouvre ses portes, en octobre 1978, le foyer Sonacotra accueille des hommes venus du Maghreb travailler en France. « À l'origine, les foyers s'appelaient même Sonacotral : Société nationale de construction de logements pour les travailleurs algériens. Mais ici il y avait surtout des Marocains... » Les locataires sont exclusivement des hommes célibataires.


Certains d'entre eux sont encore là aujourd'hui. « Retraités, ils ont du mal à repartir au pays. Ils ont leur famille là-bas et leur vie ici. Ils y retournent lorsqu'ils se sentent diminués ».


La moitié des locataires est d'origine étrangère et 95 % sont nés au Maghreb. Aujourd'hui, dans la résidence halluinoise, un tiers d'entre eux sont retraités.


Face à la précarité


Depuis 1992, l'État, actionnaire principal des foyers Sonacotra, a souhaité qu'y soient accueillies d'autres personnes, souvent en situation de précarité. « Ici, à Halluin, nous avons des jeunes de moins de 25 ans et des personnes de plus de 70 ans. Mais ce sont des personnes seules, nous n'accueillons pas de familles. » Les enfants sont hébergés dans les 40 chambres mises à disposition du centre d'accueil pour demandeurs d'asile (lire ci-dessous).


À la résidence Flandria, les chambres sont louées à des personnes séparées de leur famille (parents ou conjoints), devenues sans domicile, travailleurs à faible revenu (20 % des résidants ont un CDD ou un CDI)... « Même si nous avons quelques personnes qui gagnent plus que le SMIC et qui souhaitent être ici, où l'on est moins seul ».


 
Les résidants louent des chambres de 9 à 18 m², disposent d'un réfrigérateur, de draps (blanchisserie gratuite tous les quinze jours) et de meubles. Ils se partagent une cuisine, des toilettes, les douches et une laverie. Deux personnes (un responsable et un ouvrier d'entretien) y travaillent au quotidien. Le loyer oscille entre 304 et 373 E par mois en fonction de la surface de la chambre. « Ceux qui ont les minima sociaux doivent régler 70 E ».


Il y a trente ans, les communautés se regroupaient. D'un côté les Algériens, de l'autre les Marocains. «  Aujourd'hui, tout le monde se mélange et cela ne pose pas de problèmes. Seuls les demandeurs d'asile ont leur propre unité de vie ».


En janvier 2007, les foyers Sonacotra ont changé de nom, ils sont devenus Adoma parce que la physionomie de leurs habitants a changé, parce que leur mission n'est plus tout à fait la même. 


VDN :
Pourquoi organiser des portes ouvertes aujourd'hui ?


Maurizio Sini : « 
Je pense que c'était important au bout de trois ans d'existence. Il y a une méconnaissance du public sur le rôle du CADA et sur la situation du public accueilli. Les habitants ont tendance à parler de sans-papiers alors que toutes les personnes accueillies ici sont en règle. Elles ont un titre provisoire en attendant que l'État leur délivre une autorisation de rester sur le territoire. De demandeurs d'asile, elles deviennent alors réfugiées. Je crois qu'il est important de mieux faire connaître notre activité et celle de l'ADOMA. »


VDN : Justement, quelle est la différence entre les deux établissements ?


M. Sini :
«  Ce sont deux publics distincts et deux établissements différents dans un seul immeuble. Et souvent, les citoyens ne voient que ce bâtiment. Nous avons chacun notre mission. Cela dit, il y a des liens entre nous : un ancien demandeur d'asile peut devenir un résidant de Adoma. »


 
VDN : Combien de demandeurs d'asile sont hébergés en ce moment ?


M. Sini :
« Nous accueillons 48 personnes et nous disposons de cinquante places. Ce chiffre est à peu près constant. Ces derniers mois, nous avons constaté l'arrivée d'une grande majorité de personnes seules et moins de familles. C'est un phénomène local et national. Les demandeurs d'asile arrivent essentiellement de deux régions : l'ex-URSS et plus spécialement du Caucase, et de l'Afrique sub-saharienne. »


VDN : Comment vont se dérouler les portes ouvertes ?


M. Sini :
«  C'est la première fois que nous les organisons. Nous avions le projet depuis 2007. Car nous avions constaté qu'après un an et demi d'existence, les habitants avaient du mal à comprendre notre fonctionnement et à percevoir les difficultés rencontrées par les demandeurs d'asile. Nous allons ouvrir nos portes de 10 heures à 17 heures. Nous aurons un chapiteau à l'extérieur avec deux stands : l'un consacré à l'ADOMA et l'autre au CADA. Les résidants ont été informés de cette manifestation. Les collèges de la ville devraient également être présents ».

 

(Archives VdN Octobre 2008).

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 07:56


La vallée de la Lys possède enfin une voie de contournement

L'ouverture du boulevard de la Lys, le 13 octobre, est un événement pour ce deuxième semestre 2008. Parce qu'il a été très attendu, et parce qu'il est chargé d'espérance.

Halluin à Warneton, sans passer par les centres villes. Une révolution après deux décennies de combat pour obtenir un contournement. En octobre, les maires concernés venaient fouler la route immaculée pour constater que le rêve était bien réalité.


Car le chantier financé par le conseil général a coûté au total 50 millions d'euros. Il a fallu le découper un plusieurs tronçons pour en venir à bout.


Cette année a marqué la jonction de Bousbecque à Comines, soit 4,2 kilomètres pour que le contournement soit achevé.


En décembre, Bernard Derosier est venu sur place pour inaugurer officiellement la réalisation. Le président du conseil général a rappelé la vocation de cet aménagement : relier l'A25 et l'A22 pour que le secteur profite d'une situation stratégique, en particulier pour la zone d'activité Maurice-Schumann de Comines.


L'autre volonté est d'interdire le trafic des poids lourds en centre ville pour les rendre plus sûrs et agréables. Pour l'instant, la communauté urbaine étudie le texte d'interdiction.


Enfin, ce contournement qui a été source de conflit avec le monde agricole, semble mettre tout le monde d'accord et les  manifestations d'hier  ont laissé place à un trafic fluide.


 

(Archives VdN  7/1/2009)

Partager cet article
Repost0

Texte Libre

Depuis février 2007, ce site vous est offert gracieusement, il est le fruit d'un travail bénévole important de recherches, de rédaction et mise en page.

Alors n'hésitez-pas à laisser un message (cliquez sur ajouter un commentaire à la fin de chaque article), ou sur le Livre d'Or afin que je puisse connaître vos impressions sur les articles consultés et votre intérêt pour l'histoire locale ; ou si vous désirez apporter des rectifications, des précisions ou informations complémentaires.

Je souhaite à chacune et chacun d'entre vous, une excellente plongée dans le passé halluinois.

Vous pouvez me contacter aussi à l'adresse suivante :
daniel.delafosse@wanadoo.fr

 

Depuis plus de 4 ans, 1000 articles (+ Compléments d'informations) ont été présentés sur ce blog...

 

A compter du 4 Juillet 2011, ce lien ne sera plus consacré à la parution d'écrits et aux mises à jour.

 

Désormais, vous trouverez uniquement la publication de photos (archives personnelles), anciennes ou récentes, relatives à Halluin (Vos commentaires sont toujours les bienvenus !).

 

Vous pouvez continuer à me lire sur le site :   http://alarecherchedupasse-halluin.net/  

 

Merci à vous.  

  

Texte Libre


Afin de faciliter votre quête et pour plus de rapidité, utilisez les mots essentiels de votre demande
 dans le module "Recherche" ci-dessus...

Réponse à certaines interrogations…

 

Permettez-moi de préciser que ce blog est la réalisation d’un travail d’archives personnelles ou provenant d’articles publiés dans la presse (La Voix du Nord, Nord Eclair, La Vie Chez Nous etc...), revues et livres divers.

 

Créé à mon initiative, il était normal que ce blog contienne principalement les archives familiales, mais de suite, ne voulant pas me cantonner à cela, j’ai décidé de l’ouvrir à tous les thèmes qui étaient rattachés au passé halluinois et à son histoire.

 

Au fur et à mesure de son installation, j’ai intégré également des informations présentes, liées à la vie halluinoise en priorité ou d'ordre général, susceptibles d’intéresser le plus grand nombre de lecteurs ; en essayant d’être au plus près des évènements et en effectuant, si nécessaire, des mises à jour sur des documents déjà publiés.

 

En ce qui concerne l’Histoire d’Halluin, chacun comprendra que la parution d'un article n'est faisable uniquement pour des documents en ma possession… Mon seul but est d’informer le mieux possible en abordant tous les sujets sans aucune restriction !

 

Ce blog n’ayant aucun caractère officiel, j’invite simplement les personnes qui possèdent des documents sur l’histoire locale, d’ouvrir leur propre blog ou site… Et je serais ravi bien entendu de le consulter.

 

 Aussi, le mien est rédigé dans la mesure de mes possibilités de temps mais aussi d’envie…, et l’espoir, pour ma part, que ce véritable travail reste uniquement le plaisir de faire partager une passion !

 

Merci à vous.  (2008)   

Liens Sites Halluinois
  :
 
  
   
                 

Site officiel de la Ville d'Halluin 59250 :  ville-halluin.fr

"A la recherche du Passé d'Halluin
" (Photos) :
alarecherchedupasse-halluin.net/

 

brandodean.over-blog.org/article-la-politique-halluinoise-et-les-sites-et-blogs-sur-internet-50337926.html

 

Paroisse Notre-Dame de la Lys Halluin : nordnet.fr/ndlys
Les Amis de l"Orgue Halluin : orgue-halluin.123.fr

Propriété "Le Manoir aux loups" Mont d'Halluin : parcmanoirauxloups.com
Le Syndicat d'Initiative d'Halluin : .tourisme-halluin.fr

Ecole de Musique Halluin : ville-halluin.fr/culture.
La Lyre Halluinoiselyre-halluinoise.com

 

M.J.C.  M.P.T. Halluin : mjchalluin.free.fr
Canalblog : villehalluin.canalblog.com/archives

Cercle Généalogique Halluin Lys
:
perso.wanadoo.fr/genealys.halluin
Cinélys Halluin : cinelyshalluin.asso-web.com

 

Tennis Club Halluin : tennisclub.halluin.free.fr
Volley Club Michelet Halluin : volleyclubmichelethalluin.com
Vélo Club Halluin : levcuh.canalblog.com
Club de Musculation Halluin : halluinmusculation.com
Athlétisme Halluin : ahvl.com.fr
Judo - Ju-Jitsu : judohalluin.keogratuit.com
Triathlon Halluin  halluintriathlon.over-blog.fr

Badminton - Halluin http://www.asb.asso.fr

Livre D'or

Texte Libre

Musiques de Films :

deezer.com/fr/music/ennio-morricone 

deezer.com/fr/music/john-williams

deezer.com/fr/music/john-barry

deezer.com/fr/music/maurice-jarre

deezer.com/fr/music/vangelis

deezer.com/fr/music/georges-delerue

deezer.com/fr/music/michel-legrand

deezer.com/fr/music/eric-serra

deezer.com/fr/music/gabriel-yared


Musiques Groupes et Interprètes Divers :

deezer.com/fr/music/los-calchakis

deezer.com/fr/music/harvest-neil-young

deezer.com/fr/music/pink-floyd

deezer.com/fr/music/simon-and-garfunkel

deezer.com/fr/music/the-animals

deezer.com/fr/music/supertramp

deezer.com/fr/music/talk-talk

deezer.com/fr/music/jean-michel-jarre

deezer.com/fr/music/cat-stevens

deezer.com/fr/music/alan-stivell

deezer.com/fr/music/maxime-le-forestier

deezer.com/fr/music/graeme-allwright

deezer.com/fr/music/neil-diamond

deezer.com/fr/music/michel-jonasz

deezer.com/fr/music/léo-ferré

deezer.com/fr/music/james-blunt

deezer.com/fr/music/hugues-aufray

.deezer.com/fr/music/jean-ferrat

deezer.com/fr/music/dick-rivers

deezer.com/fr/music/marie-laforêt

deezer.com/fr/music/alain-chamfort

deezer.com/fr/music/the-cranberries

deezer.com/fr/music/richard-anthony

deezer.com/fr/music/david-bowie

deezer.com/fr/music/the-who

deezer.com/fr/music/queen

  

deezer.com/fr/music/david-guetta

 

deezer.com/fr/music/gipsy-kings

deezer.com/fr/music/les-négresses-vertes

deezer.com/fr/music/cali

deezer.com/fr/music/anaïs

deezer.com/fr/music/olivia-ruiz

deezer.com/fr/music/manu-chao

deezer.com/fr/music/bryan-adams

deezer.com/fr/music/chris-isaak

deezer.com/fr/music/bryan-ferry

 
Revues - Opérettes - Comédies Musicales :

deezer.com/fr/music/mistinguett

deezer.com/fr/music/marlene-dietrich

deezer.com/fr/music/josephine-baker

deezer.com/fr/music/line-renaud

deezer.com/fr/music/annie-cordy

deezer.com/fr/music/zizi-jeanmaire

deezer.com/fr/music/grace-jones

deezer.com/fr/music/amanda-lear

deezer.com/fr/music/maurice-chevalier

deezer.com/fr/music/jean-gabin

deezer.com/fr/music/fernandel

deezer.com/fr/music/bourvil

deezer.com/fr/music/yves-montand

deezer.com/fr/music/tino-rossi

deezer.com/fr/music/luis-mariano

deezer.com/fr/music/dario-moreno

deezer.com/fr/music/andré-dassary

deezer.com/fr/music/joselito

deezer.com/fr/music/comédies-musicales