Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Histoire de la ville d'Halluin (Nord). Regard sur le passé et le présent.
  • : Publication relative à l'histoire de la ville d'Halluin 59250. Regard sur le passé et le présent.
  • Contact

Texte Libre


Vous pouvez
retrouver sur ce blog,

90 volets concernant les évènements

de la Guerre 1914 - 1918

et Halluin.

38 volets concernant les évènements

 de la Guerre 1939 - 1945

et Halluin,


ainsi que 30 volets consacrés à

La Libération d'Halluin en Septembre 1944.

unc.halluin.free.fr

marins.halluin.neuf.fr

1 volet sur l'Afghanistan et Halluin

3 volets concernant les évènements

de la Guerre du Vietnam

(1963 - 1975

 


4 volets concernant les évènements

de la Guerre d'Algérie
(1954 - 1962)

et Halluin

3 volets concernant les évènements

de la Guerre d'Indochine
(1946 -1954)

et Halluin

1 volet sur Les Colonies et Halluin

2 volets concernant les évènements

de la Guerre 1870 - 1871

et Halluin


2 volets concernant les évènements

des Guerres de Crimée (1854 -1856)
 d'Italie (1859)

et Halluin

Trois Grognards Halluinois de l'Empire,
Historique Militaire.

 

 

11 volets concernant l'Histoire

d'HALLUIN de 1850 à 2000.

 

 

Les Maires d’Halluin… en chiffres depuis la Révolution.

 

brandodean.over-blog.org/article-les-maires-de-la-ville-d-halluin-en-chiffres-depuis-la-revolution-

 

Elections Municipales d’Halluin depuis 1789, et diverses depuis 2000.

 

(1789 à 1957) brandodean.over-blog.org/article-5718533.html

 

(1957 à 1992) brandodean.over-blog.org/article-5718593.html

 

(1992 à 2007) brandodean.over-blog.org/article-5718818.html 

 

(Mars 2008 à ce jour) brandodean.over-blog.org/article-18082602.html  


Recherche

Texte Libre


Musique Classique - Opéra :

 
musiclassics.fr

radioclassique.fr

evene.fr

deezer.com/fr/music/maria-callas

deezer.com/fr/music/montserrat-caballé

deezer.com/fr/music/régine-crespin

deezer.com/fr/music/jessye-norman

deezer.com/fr/music/barbara-hendricks

deezer.com/fr/music/julia-migenes

deezer.com/fr/music/cécilia-bartoli

deezer.com/fr/music/natalie-dessay

deezer.com/fr/music/enrico-caruso

deezer.com/fr/music/luciano-pavarotti

deezer.com/fr/music/placido-domingo

deezer.com/fr/music/josé-carreras

deezer.com/fr/music/ruggero-raimondi

deezer.com/fr/music/roberto-alagna

deezer.com/fr/music/andrea-bocelli


Chansons Françaises et Etrangères :

deezer.com/fr/music/jacques-brel

deezer.com/fr/music/johnny-hallyday

deezer.com/fr/music/florent-pagny

deezer.com/fr/music/michel-sardou

deezer.com/fr/music/alain-bashung

deezer.com/fr/music/alain-souchon

deezer.com/fr/music/francis-cabrel

deezer.com/fr/music/daniel-balavoine

deezer.com/fr/music/mylene-farmer

.deezer.com/fr/music/Jean-louis-murat

deezer.com/fr/music/serge-gainsbourg

deezer.com/fr/music/etienne-daho

deezer.com/fr/music/juliette-greco

deezer.com/fr/music/charles-aznavour

deezer.com/fr/music/elvis-presley

deezer.com/fr/music/michael-jackson

deezer.com/fr/music/seal

deezer.com/fr/music/phil-collins

deezer.com/fr/music/sting

deezer.com/fr/music/elton-john

deezer.com/fr/music/prince

deezer.com/fr/music/georges-brassens

deezer.com/fr/music/eddy-mitchell

deezer.com/fr/music/gilbert-becaud

deezer.com/fr/music/edith-piaf

deezer.com/fr/music/patrick-bruel

deezer.com/fr/music/charles-trenet

deezer.com/fr/music/serge-lama

deezer.com/fr/music/daniel-guichard

deezer.com/fr/music/yves-simon

deezer.com/fr/music/francis-lalanne

deezer.com/fr/music/bob-dylan

deezer.com/fr/music/leonard-cohen

deezer.com/fr/music/joan-baez

deezer.com/fr/music/madonna

deezer.com/fr/music/claude-francois

deizer.com/fr/music/dalida

deezer.com/fr/music/michel-polnareff

deezer.com/fr/music/julio-iglesias

deezer.com/fr/music/celine-dion

deezer.com/fr/music/pascal-obispo

deezer.com/fr/music/yannick-noah

deezer.com/fr/music/christophe-willem

.deezer.com/fr/music/christophe-maé

deezer.com/fr/music/abba

deezer.com/fr/music/boney-m

deezer.com/fr/music/the-doors

deezer.com/fr/music/U2

deezer.com/fr/music/indochine

deezer.com/fr/music/the-beatles

deezer.com/fr/music/the-rolling-stones


Clips :

muzika.fr/clip/47463 Frank Sinatra

muzika.fr/clip/20885 Jean Ferrat

 
muzika.fr/clip/41954 Joe Cocker

muzika.fr/clip/51584 The Platters

muzika.fr/clip/18463 Renaud

muzika.fr/clip/19431 Jacques Dutronc

muzika.fr/clip/28079 Lionel Richie
 
muzika.fr/clip/48464 Tina Turner

muzika.fr/clip/22835 Jeanne Mas

muzika.fr/clip/51596 Erros Ramazzotti 

muzika.fr/clip/23966 Desireless

muzika.fr/clip/48940 Barry White

muzika.fr/clip/49235 Renan Luce

muzika.fr/clip/58832 Julien Doré

muzika.fr/clip/44811 Bob Marley

muzika.fr/clip/14192 Guy Béart

muzika.fr/clip/13583 Sylvie Vartan

muzika.fr/clip/39275 Nolween Leroy

muzika.fr/clip/36603 Raphaël

muzika.fr/clip/25553 Carla Bruni

muzika.fr/clip/31477 Marianne Faithfull

muzika.fr/clip/13000 Julien Clerc

muzika.fr/clip/23466 Gérald De Palmas

muzika.fr/clip/21314 Laurent Voulzy
  
muzika.fr/clip/62205 La Grande Sophie

muzika.fr/clip/49894 Nana Mouskouri

muzika.fr/clip/55939 Benjamin Biolay

muzika.fr/clip/36342 Lynda Lemay

muzika.fr/clip/28148 Jimmy Somerville

muzika.fr/clip/10409 Barbara

muzika.fr/clip/17079 Vanessa Paradis

muzika.fr/clip/14795 Georges Moustaki

muzika.fr/clip/20983 Jane Birkin

.muzika.fr/clip/39741 Mike Brant

muzika.fr/clip/14004 Philippe Cataldo

muzika.fr/clip/38485 Diams

muzika.fr/clip/43495 Patrick Hernandez

.muzika.fr/clip/39790 Faudel

muzika.fr/clip/62183 Grégoire

muzika.fr/clip/10019 Mano Solo

muzika.fr/clip/61251 Abd Al Malik

muzika.fr/clip/51079 Barbra Streisand

muzika.fr/clip/17691 Serge Reggiani

muzika.fr/clip/18782 Christophe

muzika.fr/clip/20482 Claude-Michel Schönberg

muzika.fr/clip/28394 Cock Robin

muzika.fr/clip/59417 Bénabar

muzika.fr/clip/27718 Rose

muzika.fr/clip/15987 Gérard Manset

muzika.fr/clip/55433 Chris Rea

muzika.fr/clip/53098 Mika

muzika.fr/clip/29375 Corneille

muzika.fr/clip/39010 Clémence 

21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 07:39

 

 

Après la deuxième guerre mondiale, la reprise des échanges entre les pays nécessite le développement des agences en douane : elles aident les entreprises et les commerçants dans leurs transactions à l’étranger.

 

En 1950, M. Raymond Vallaeys ouvre une agence en son domicile du 23, rue de Lille à Halluin, tandis que son frère Robert en ouvre une à quelques centaines de mètres, mais à Menin (Belgique).

 

Cette jeune entreprise démarre assez rapidement avec Jacques Devernay comme déclarant, Pierre Dennetière comme comptable et André Lepoutre comme manutentionnaire.  Dès la fin de 1954, l’effectif est d’une dizaine de salariés.

 

On dédouane des camions de viande et d’œufs en provenance de Belgique et de Hollande, diverses autres marchandises et également des petits colis de messagerie, ces colis sont acheminés de la douane à la gare d’Halluin par une charrette à bras tirée par Raymond Vallaeys lui-même.

 

L’agence se développe et complète son activité en se lançant dans le transport. A cette époque, il y a une forte demande de licences pour obtenir l’autorisation d’importer en France différentes marchandises, surtout du textile. En effet tout est encore contingenté.

 

L’ouverture d’un dépôt rue de la Goute d’Or à Aubervilliers permet avec l’achat de camionnettes, les enlèvements et livraisons dans Paris. L’agence achemine vers la frontière et exporte des parfums : Dior, Elisabeth, Arden, Roger Gallet ; des médicaments des laboratoires Upsa et Roche, mais également les collections de vêtements des grandes maisons de couture :

 

Chanel, Dior, Hermès, Balenciaga, Givenchy, pour les défilés qui ont lieu au Casino de knokke-le-Zoute (Belgique).

 

L’ouverture du marché commun en 1962 donne un nouvel essor à l’agence qui embauche beaucoup de personnel et M. Vallaeys quitta sa maison pour laisser toute la place à son agence qui occupera tous les étages.

 

Entre-temps, une succursale est créée au cœur des Halles de Paris, au 5, rue St Bon, puis une autre au 21, rue de Grenoble, qui emploient rapidement une dizaine de personnes.

 

L’extension continue avec l’ouverture d’agences au Port fluvial de Lille, Magasins Généraux de Roubaix, dans la zone industrielle de Valenciennes, au Risquons-Tout, de Rekkem avec l’autoroute Lille-Gand, à Rungis avec le déménagement des Halles et à Garonor.

 

A cette époque, l’effectif est de 550 personnes réparties dans les différentes succursales. Il y a pratiquement autant d’hommes que de femmes. Ce métier ne demande pas de qualification, on apprend son travail sur place, mais il faut beaucoup de disponibilité, il faut faire beaucoup d’heures, travailler très tard le soir, voire une partie de la nuit. On travaille toute la semaine jusqu’au samedi soir. Le personnel peut gravir tous les échelons dans la hiérarchie de l’entreprise.

 

En 1967, on installe l’informatique ce qui permet un développement de l’agence sans augmentation d’effectif. Des succursales s’ouvrent à Lyon, Cluses, Modane, Grenoble, Cholet.

 

Cette ambiance de travail est égayée par la fête organisée par le Comité d’Entreprise : l’Arbre de Noël qui remplit la Salle du Manège avec le personnel et leurs enfants, la fête de Saint Eloi et les premières remises de médailles du travail.

 

En 1974, l’agence subit de grands changements avec le départ en retraite DE m ; Raymond Vallaeys. L’agence devient une société à directoire à la suite de la fusion avec la société R.T.V. (Agence de M. Robert Vallaeys).

 

Sous la présidence honoraire de M. Raymond Vallaeys, quatre membres complètent le directoire : Pierre Juvène, Rémy Delrue, Patrick Vallaeys, Robert Deregnaucourt.

 

Fin 1990, la Société Bosteels achète la Société et reprend un effectif de 80 personnes. Fin 1992, l’ouverture des frontières sonne le glas de l’agence en douane.

 

(Archives, « A la recherche du passé d’Halluin »). 

 

 

Liens :   Agence en Douane Bosteels à Halluin - Historique.

 

Le Décès de l'Halluinois Eugène Mussche.... Agence en Douane - Historique.  

 

Repost 0
Published by Brandodean - dans WEBLOGS
commenter cet article
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 08:17

 

 

Une centaine de personnes était présente, lundi 10 Janvier 2011 à la salle du manège, pour assister aux voeux de la ville. « Notre ville est attrayante grâce aux 170 commerces, aux 80 artisans, aux 130 entreprises et 30 professions libérales », rappelait l'adjoint à la vie économique Marc Desbuquois. Soit en tout 410 acteurs économiques. 

 

En 2010, le commerce halluinois a notamment été marqué par l'installation du Chronovillage, le nouveau magasin Match et des enseignes sur la zone d'activité des Deux Nations, dont Dégriff electro. La boutique est tenue par Renaud Daudenthun. Originaire de Vitry en Artois, le gérant s'est installé en octobre : « C'est une zone commerciale qui s'est bien développée et la Belgique est proche, comme là-bas la TVA est à 21,5% ça attire les Belges ».

 

L'avenir transfrontalier d'Halluin a notamment été évoqué par Marc Desbuquois : « Notre position géographique avec la Lys et le futur front de Lys, avec la frontière et la future place Jacques Delors en bas de la rue de Lille , avec la zone d'activité de la Cavale Rouge et sa future extension sont autant d'atouts pour notre avenir ».

 

Certaines sociétés passent d'ailleurs la frontière pour s'installer à Halluin. Comme Winnie Versmissen. Sa société belge a fusionné au 1 er janvier avec l'entreprise halluinoise Plasticollect. « Aujourd'hui, ça s'appelle Halluin Recycling industries », une entreprise spécialisée dans le recyclage de plastique et dont les produits permettent notamment de renforcer les sols des centres équestres. Une fusion en partie initiée après la crise.

 

Ainsi, aujourd'hui, Winnie Versmissen et Frédéric Duthoo, les cogérants de Halluin recycling industries mutualisent les moyens et espèrent embaucher : « Notre entreprise, c'est 34 emplois, à la fin de l'année 2011, on espère 45 emplois ».

Trois nouvelles entreprises en 2011


Du côté des artisans, la crise fait encore sentir ses effets. « c'est vrai que ça m'a fait mal. Mais aujourd'hui, le problème c'est surtout les nouveaux auto-entrepreneurs. ils cassent les prix de moitié et ne font pas forcément de la qualité », déplore Raymond Dodergnies, gérant de Lysplacq depuis 13 ans. Il assiste presque tous les ans à la cérémonie de voeux pour « rencontrer les gens, connaître les nouvelles arrivées ».

 

De nouvelles arrivées, en 2011, il y en aura au moins trois : la société Galline Frais (spécialisée dans le conditionnement d'oeufs), la société Jocaflor (grossiste de fleurs) et la société Beel (spécialisée dans la construction de jardin : chalets, portiques...).

 

Cette cérémonie de voeux était aussi la première de Christine Nollet en tant que présidente de l'ACAH (Action commerciale et artisanale halluinoise). Elle s'est félicitée du succès des événements organisés en partenariat avec la chambre du commerce et d'industrie.

 

« Notre souhait pour 2011 est d'organiser un salon artisanal et commercial ayant pour but de mettre en avant le savoir faire halluinois et de le partager avec les collégiens, lycéens et les habitants de la ville. il se déroulera les 8, 9 et 10 avril », a-t-elle annoncé.

 

 La prochaine assemblée générale de l'ACAH se déroulera au CCAD le 24 janvier 2011 à 19h.

 

(Archives, N.E. 12/1/2011).

 

Liens  Le Commerce Halluinois et Meninois (B)... Bilan de Fin d'Année 2010.    

 

Repost 0
Published by Brandodean - dans WEBLOGS
commenter cet article
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 08:02

 

 

Après les agapes de fin d'année, c'est l'heure du bilan pour les commerçants. À Halluin, il est mi-figue, mi-raisin. La neige a joué les trouble-fêtes à quelques heures du réveillon de Noël pour certains. Mais dans l'ensemble, le commerce local veut être optimiste pour 2011.

 

Nouveau décor, nouvel élan chez Laissez-vous temps thé, rue de Lille. Sylvie Nezlioui et Cathy Maillez, qui ont créé leur boutique-salon de thé en mai 2008, ont le sourire. Décembre a été providentiel ou presque pour les deux sympathiques jeunes femmes. Le chiffre d'affaires a progressé de 30 % par rapport à la même période l'an dernier. « Si on avait raté ces fêtes, on se poserait de sérieuses questions pour l'avenir de la boutique », indique le duo.

 

L'espace dégustation a été réduit pour faire plus de place à la boutique que se partage une dizaine de créatrices de la région (bijoux, porcelaines, peintures...) Un choix concluant. « L'essai sera-t-il transformé ? C'est la grande question. Mais on veut y croire. »


La concurrence des soldes belges

 

Chez Lys Gaine, troisième génération de prêt-à-porter et de lingerie depuis 1946, Céline Gevaert a connu des mois de décembre plus prolifiques. On ne craquerait plus autant qu'autrefois pour une jolie toilette de réveillon : « C'est priorité aux enfants et c'est bien naturel... Mais surtout, les gens attendent les soldes. »

 

Et c'est là que le bât blesse pour certains commerçants : au bout de la rue, en Belgique, les soldes ont débuté lundi. À Halluin, on aimerait profiter d'une dérogation : « Nous sommes frontaliers comme les Lorrains ! » observe-t-on chez Chaussures Declercq, seul commerce où la neige a dopé les ventes cette année. De quoi aborder 2011 avec le sourire malgré la rivalité belge sur les soldes d'hiver : « Heureusement, on se rattrape sur les soldes d'été qui démarrent un peu avant la Belgique chez nous ! »

 

À la Maison d'or, Philippe Outtier, issu d'une famille d'horlogers depuis quatre générations, est satisfait de son bilan d'après-fêtes : « La neige a gêné beaucoup de clients. J'ai été bloqué moi-même trois heures en conduisant ma fille à La Madeleine. Ce jour-là, j'ai ouvert ma boutique à 11 h ! J'ai la chance d'avoir une clientèle fidèle », explique ce spécialiste de l'horlogerie ancienne qui, depuis son installation en 1984, compose avec la concurrence de la grande distribution et d'Internet.

 

Chez les métiers de bouche, la Boucherie de la Halle, ouverte depuis octobre, a passé un bon Noël mais une Saint-Sylvestre plus timide : « Le pouvoir d'achat n'était pas au rendez-vous. On s'accroche... » exprime Jean-Michel Darras, le responsable de rayon. À la boulangerie De Bruyne, qui fête son premier anniversaire, le bilan est plutôt enthousiaste : « Nous sommes dans nos objectifs, 2011 s'annonce bien », indique Céline De Bruyne. Les macarons sortis tout spécialement pour les fêtes ont rencontré un joli succès et les gérants sont heureux d'avoir participé aux festivités de Noël de l'ACAH.


Place au salon du commerce

 

Christine Nollet, présidente de l'Association des commerçants et artisans halluinois (ACAH), n'a pas eu d'échos désastreux de la part de ses collègues commerçants. « Il y a eu des réveillons annulés à cause de la météo dans quelques familles... Mais je n'ai pas eu plus de retour pour le moment », indique la présidente qui prépare d'arrache-pied le salon du commerce et de l'artisanat des 8, 9 et 10 avril prochains.

 

 Un événement qui fait son grand retour à Halluin et où sont attendus entre 40 et 50 exposants. « Ce sera le grand rendez-vous de l'année 2011 », s'enthousiasme Christine Nollet qui espère pouvoir compter sur l'implication des commerçants et du public à l'instar des festivités de Noël. « Nous n'avons pas eu de chance avec la météo mais c'était franchement une belle réussite. On voulait que les enfants puissent vraiment approcher le Père Noël pour varier avec la descente du clocher et ils étaient aux anges. » Des idées pour l'année prochaine ? « Ce sera une surprise ! » promet la présidente.

  

Menin (B) : jusqu'à 10 000 chalands certains dimanches

 

 

La fréquentation des Baraques bat chaque année des records lors des fêtes : jusqu'à 10 000 chalands certains dimanches, selon les estimations de l'association des commerçants. L'année 2010 aurait presque éclipsé la crise. Par rapport à 2009, et malgré le gros épisode neigeux, le mois de décembre a été fructueux pour le commerce meninois.

 

 Avec 140 échoppes réparties entre la Rijselstraat et la rue de Mouscron, l'attractivité commerciale de Menin n'est une révélation pour personne. « Les Français viennent de plus en plus nombreux. Les week-ends où nous avons eu un peu moins de monde, c'était soit à cause du temps, soit à cause des grandes surfaces qui ouvraient le dimanche. Mais 2010 a été une très bonne année », indique Dirk Hostens, le président de l'association des commerçants.

 

Depuis cinq ans, les enseignes historiques n'auraient aucun mal à retrouver des repreneurs. Si le projet de la place Jacques Delors fait beaucoup parler à Menin, Dirk Hostens relativise : « Je crois que nous avons le temps de voir venir ! Elle est lente, l'administration française. Le stationnement posera problème, c'est sûr. Je ne crois pas trop au parking aérien. Qui va payer ? Et les gens ne se sentiront pas en sécurité là-dedans. »

 

 Concernant la concurrence faite aux commerces halluinois avec des soldes anticipés qui débutent timidement depuis lundi, Dirk Hostens rassure ses collègues : « Qu'ils ne s'inquiètent pas, les Belges viendront faire les soldes chez les commerçants français ! »

 

(Archives, N.E., 5/1/2011).

 

Repost 0
Published by Brandodean - dans WEBLOGS
commenter cet article
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 08:35

 

 

Avec la venue du chef de l'État, Nicolas Sarkozy, aux obsèques d'Antoine de Léocour et Vincent Delory, tués au Niger, les mesures de sécurité mises en place ont paralysé la vie, d'ordinaire si paisible, de la commune. Tout ce protocole n'a pas nui au recueillement.  Après la marche silencieuse de dimanche qui a réuni plus de 4 000 personnes, la ville a poursuivi son hommage à Antoine et Vincent. 

 

Dès 10h, les pourtours de l'église étaient fermés à la circulation. Pendant que des personnes viennent déposer des gerbes, des dizaines de journalistes s'installent sur la place pour suivre l'événement. Une présence policière hors norme - 15 fourgons de CRS, rue de l'Abbé-Guichard -, de nombreuses routes interdites... Linselles était une ville paralysée. Mais c'était sans compter sur la mentalité de la population.

 

 Ainsi, vers 14h, une dame, en voiture, s'arrête au niveau du rond-point face à la salle des fêtes et propose du café aux policiers en faction.Un peu plus tôt, avant qu'il ne se rende à l'église « en tant que citoyen », le président du LOSC, Michel Seydoux, est venu saluer la section des supporters linsellois.

 

Un millier de personnes se sont retrouvées, ce lundi, aux abords de l'Eglise Notre-Dame de la Nativité à Linselles. Dans les rues, de nombreux enfants accompagnaient parents ou grands-parents. Il faut dire que toutes les écoles sont fermées. « C'est normal que les écoles soient fermées. D'ailleurs beaucoup de commerces le sont aussi exceptionnellement, raconte Émilie, 27 ans, avec ses deux petites filles. C'est tout une ville qui leur rend hommage ».

 

 

14h45 : La cérémonie, célébrée par l'archêveque de Lille Monseigneur Ulrich doit débuter vers 15 h, en présence des familles des deux victimes, de leurs amis, ainsi que de Rakia, la fiancée d'Antoine de Léocour.

 

Juste avant 15h, l'impressionnant cortège de voitures et motos du chef de l'État arrive à Linselles. Le président est accueilli sur les marches de l'église par le maire Jacques Rémory et s’est entretenu avec  Mgr Ulrich devant l’Eglise.

Martine Aubry, Pierre Mauroy, Jean-Louis Borloo, Marc-Philippe Daubresse, Jean René Lecerf et de nombreuses autres personnalités politiques de la région ont fait le déplacement.

 

15h00 : la messe vient de débuter à l'église de Linselles.

 

15h15: Alors que la messe est en cours à Linselles, un office religieux se tient simultanément à Niamey.

 

Plus de 600 personnes sont rassemblées autour des familles des défunts en présence du chef de l'État et de nombreuses personnalités officielles.

 

15h20 : Mgr Ulrich indique aux parents et amis des deux victimes que "l'ensemble de la Nation prend part à votre deuil". "Dieu à inscrit vos noms sur la paume de ses mains", dit-il, en référence à Antoine et Vincent. Le père Bogaert, le prêtre de Linselles dit quant à lui que c'est "la nation toute entière qui est blessée par cet attentat odieux" et insiste sur l'union autour des deux familles face à une douleur qui "est la votre, celle de la France, celle de l'humanité toute entière, en proie a des violences injustes".

 

« Antoine, cette église t'a vu grandir. Le Niger était ta vie. Tu aimais tant cette famille qui t'avait si bien accueilli, à la manière africaine... Antoine, ce n'est pas un adieu », exprime la tante du jeune homme.

 

Antoine, le littéraire, auteur d'un mémoire consacré au père Augouard, un missionnaire parti à la rencontre des populations du Congo et du Gabon, à la fin du XIXe. Au coeur d'un continent auquel le jeune homme de 25 ans avait choisi de consacrer sa vie comme humanitaire.

 

L'enfant de Linselles parti épouser l'Afrique et avec elle son amoureuse. Rakia. Bouleversante de dignité face au deuil. « Vincent, tu as croqué la vie à pleines dents... Ton ciel était bleu. Ton humour et ta dérision t'ont toujours permis de faire face. Invite-nous à lever les yeux au firmament pour regarder cette étoile que tu es devenue », livre la maman de Vincent en hommage à ce fils intrépide et joyeux, passionné par l'informatique et le sport automobile.

 

Un coeur grand comme cette bande de copains. Partagé entre Linselles et Toulouse, où il menait sa brillante carrière d'ingénieur chez Cap Gemini. Le copain d'enfance d'Antoine. Témoin du mariage que tous les amis ont promis de célébrer. Plus tard.La musique face aux larmes Des cris d'amour prolongés par l'homélie de Monseigneur Ulrich :

 

« Ce sont deux hommes de paix qui ont été violentés, c'est le refus de la violence qui a été pris en otage ; la jeunesse, l'espérance ont été terrassées en eux... Oui les mots nous manquent... », observe l'archevêque quelques minutes après s'être adressé au président de la République en ces termes : « Par votre présence, vous indiquez que la Nation tout entière, la France que nous aimons, est blessée de cet attentat odieux, contre lequel, avec vous, elle s'élève et se révolte. »

 

Deux étoiles sont nées au coeur de cette cérémonie. Quelque part au- dessus du désert. Dans ce guitare-voix d'Hugues Fantino célébrant Les allumeurs d'étoiles, les annonceurs de joie... Entre l'Alleluia des choristes de Musicalys, repris en choeur, et le Kyrie de la Missa Luba, un chant africain, la musique vient transcender la parole.

 

 

 

15 h 30 : l'homélie de Mgr Ulrich : "Nous ne trouvons pas facilement les mots pour qualifier ce que nous ressentons" Ceux que nous aimons, - et nous pouvons vraiment dire cela, nous sommes venus si nombreux ! - ceux que nous aimons ont été lâchement abattus : ce sont des hommes de paix qui ont été violentés, c'est le refus de la violence qui a été pris en otage la jeunesse et l'espérance ont été terrassées en eux, Vincent et Antoine. Vous vous apprêtiez à vivre un événement de bonheur à Niamey. Quoi de plus beau? Quoi de plus juste ? Quoi de plus porteur d'avenir ? La violence a broyé l'amour et l'amitié. Que dire quand l'horreur semble plus forte ? Oui, vraiment les mots nous manquent.

 

Mais d'abord, la dignité dont vous témoignez, familles, amis et proches d'Antoine et de Vincent, est la plus belle réponse. Merci pour la profondeur de votre témoignage. Il nous rend solidaires et déterminés. Notre présence nombreuse ici à Linselles, hier et aujourd'hui, en dit plus que tous les discours.

 

Cette dignité, et une certaine paix intérieure – elle demeure certes fragile en ce moment, et elle a besoin d'être confortée – peuvent trouver dans la Parole de Dieu qui vient d'être proclamée une source pour s'alimenter. Bien sûr, la foi des premiers apôtres, celle de Saint Pierre en particulier, peut sembler inexplicable ou intempestive en ce moment. Cependant, voici un chemin pour la comprendre. N'ont-ils pas vécu, ces apôtres, une terrible séparation avec quelqu'un qu'ils aimaient par dessus tout ? Ils l'avaient suivi, ils étaient remplis d'espoir à sa parole et à ses promesses et tout fut détruit par la condamnation à mort de Jésus, condamnation injuste et incompréhensible à leurs yeux.

 

L'expérience étonnante et inattendue de la rencontre du Seigneur par-delà sa mort indigne les transforme de l'intérieur. Il vit, et ce qu'ils ont vécu avec Lui avant sa mort est confirmé : c'était un chemin de bien et de droiture, c'était une façon de vivre où l'on s'abstient de faire une différence entre les hommes. Ce qui compte davantage c'est de vivre dans la droiture et dans la confiance mutuelle. Jésus est le modèle, Jésus est le chemin : c'est de cela qu'ils vont témoigner désormais, y compris en étant eux-mêmes rejetés.

 

C'est ce que dit la parole de Jésus, rapportée dans l'évangile que nous venons d'entendre, l'histoire du grain de blé tombé en terre : quand on a décidé de se donner à une cause, et encore plus de se donner aux autres, par amour, par amitié, les mots ne suffisent pas. La générosité s'exprime en gestes de don et quand la vie est scellée dans la mort, elle exprime tout ce que contenait le cœur de l'homme, et son empreinte ne disparaîtra pas. Au contraire, elle fleurira, elle portera du fruit.

 

La mort des jeunes est toujours injuste. Combien plus quand la violence détruit lâchement des vies généreuses et engagées. La bête immonde du terrorisme veut paralyser les hommes de bien. Résistons à cette tentation. Antoine et Vincent nous demandent de leur être fidèles en portant très haut les valeurs qui les animaient.

 

Vous savez qu'à Taizé, se réunissent chaque année des milliers de jeunes remplis du désir de vivre et d'espérer, comme Antoine et Vincent ont pu l'être. Ils se sont encore retrouvés, trente mille peut-être, il y a quelques jours à Rotterdam, pas loin d'ici. Ces jeunes chantent cette phrase : "Le ténèbre n'est pas ténèbre devant toi, la nuit comme le jour illumine."

 

Pour ceux qui croient au Christ, Antoine et Vincent sont dans cette lumière. Puisse cette lumière nous éclairer, tous !

Nos larmes sont lourdes. Notre indignation est immense.

Mais l'amitié d'Antoine et Vincent, et la promesse de l'amitié entre les peuples auront le dernier mot !

 

 

Un message universel dans lequel apparaît Le Petit Prince de Saint-Exupéry, dont un passage est lu par Annabelle Delory, la soeur de Vincent, à la fin de la célébration. L'étoile du Petit Prince n'est plus seule.  Elles sont trois au-dessus de ce désert peuplé d'espérance.

 

Celle d'une ville dont le coeur continuera de battre pour l'Afrique, pour Zogoré au Burkina, la ville jumelle. Celle des copains qui ont choisi Bob Marley pour hisser sur leurs épaules les cercueils de leurs amis, Forget your sorrows and dance.

 

Et si au milieu de cet immense chagrin, de cette révolte sourde, ce souffle d'espérance parvenait à tous les otages. À nos confrères, Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier. Et si le monde pouvait renaître sous les yeux d'Antoine et de Vincent.

 

 

Une intention de prière est donnée pour les otages retenus dans le monde. "Que la mort de Vincent et Antoine puisse réveiller chez les auteurs de ces actes barbares une étincelle d'humanité qui permette d'aboutir à leur libération".

 

 

16h00 : la cérémonie, sobre et digne, vient de se terminer. Les amis d'Antoine et Vincent portent les cercueils, devant une foule, émue aux larmes. Quelques minutes plus tard, Nicolas Sarkozy quittait Linselles après avoir salué la foule. Après dix jours d'un tourbillon médiatique, Linselles pouvait reprendre son cours normal. Même si, plus rien ne sera comme avant.

 

 

(Archives, N.E., 18/1/2011).

 

Liens Une Marche Silencieuse à Linselles ... Dimanche 16 Janvier à 13 h 30.

 

Antoine et Vincent : c'était les copains d'abord... et le témoignage de Louis.

 

Les Hommages de la Vallée de la Lys à Antoine de Léocour et Vincent Delory...

 

L'Halluinois Hugues Fantino et... l'Evangile en Musique !

 

nordeclair.fr/Locales/Halluin/2011/07/02/otages-la-douleur-ravivee-de-la-famille.shtml

 

                        

 

Repost 0
Published by Brandodean - dans WEBLOGS
commenter cet article
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 08:13

 

 

Aimé Bosteels fonde son agence en douane en 1931 dans un local situé rue de Lille, appartenant à son père César Bosteels, tenancier du café « Au Miroir ». Le premier employé M. Roger Vandenbossche, devient ensuite directeur de l’entreprise.

 

L’expansion du commerce après la deuxième guerre mondiale, favorise ce genre de service et l’entreprise se développe. De plus, les ports français sont inaccessibles et les poissons péchés par les marins français doivent être acheminés par les ports de Belgique (Nieuwport et Ostende).

 

Chaque jour 250 tonnes de poissons et crustacés sont expédiées par chemin de fer vers les halles de Paris. La T.V.A. n’existe pas mais seulement une taxe de 1 %. L’entreprise devient en 1950 une société en nom collectif dont le siège social se trouve au 16, rue de Lille.

 

Avec l’augmentation du trafic, d’autres succursales sont ouvertes dont un bureau au Risquons-Tout et un autre à Paris, rue du Jour, près des Halles, en 1956. En 1957, on crée le bureau de Ghyvelde où le trafic du poisson se déplace en partie.

 

Le 14 septembre 1962 décède M. Aimé Bosteels. Sa femme Mme Stéphanie Bosteels prend la direction de l’entreprise, épaulée par son fils Stéphan et par Roger Vandenbossche.

 

En 1963, on ouvre un bureau aux Entrepôts de Roubaix pour dédouaner les marchandises en provenance d’Allemagne. En 1966, un bureau s’ouvre à Lille, dans l’enceinte du Port Fluvial.

 

En 1969, le bureau de Paris se déplace à Garonor, et cette même année s’ouvre le complexe douanier d’Halluin-Est, en 1975, le site douanier d’Halluin-Autoroute sur le territoire de Rekkem (Belgique) et la société s’y installe.

 

En 1976, le siège social se trouve sur la zone industrielle de Neuville-en-Ferrain. Entre 1976 et 1992 la société Bosteels et Cie France ouvre des bureaux à Gonesse, Rungis, Boulogne sur Mer, Valenciennes, Douai, Dunkerque-Port, Bourges, Orly.

 

En 1990, s’opère une fusion de Bosteels avec la société Vallaeys sous le sigle B.V.I.L.  L’ouverture des frontières signe la fin de l’agence en douane.

 

(Archives, « A la recherche du passé d’Halluin »).

 

Liens :   Le "Dakar"... et la participation des Halluinois de 1979 à 1985.

 

Le "Dakar"... Vécu par l'Halluinois Georges Vanelslande.

 

Le Décès de l'Halluinois Eugène Mussche.... Agence en Douane - Historique.  

 

Repost 0
Published by Brandodean - dans WEBLOGS
commenter cet article
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 23:13

 

 

Il y a deux ans...  On a marché sur la Lys !  

 P1000267

 

- Vues de la rivière, qui sépare les villes de Menin (Belgique) et Halluin (France) -

  

P1000266 

  Photos : Daniel Delafosse - 10 Janvier 2009 -

 

Repost 0
Published by Brandodean - dans WEBLOGS
commenter cet article
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 07:57

 

 

Garagiste Citroën depuis 1968 à Halluin, Georges Vanelslande a participé au Paris-Dakar entre 1979 et 1985 avec d'autres Halluinois. Il raconte « son » Dakar.

 

C'est avec un certain détachement que Georges Vanelslande suit aujourd'hui le Paris-Dakar, délocalisé sur le continent sud-américain. « En quelque sorte, le Sénégal, touchait la France », résume-t-il. Peut-être aussi parce qu'il s'y retrouve un peu moins dans le monde de l'auto, où l'électronique supplante la mécanique.

 

Il faut dire que l'Halluinois de souche a de qui tenir. Son grand-père était chauffeur de maître chez Dalle. « Il devait faire la mécanique tout seul, raconte Georges Vanelslande. J'étais souvent avec lui et il m'a transmis cette passion ».

 

Ce passionné va ouvrir son garage Citroën, chemin de Loisel, sur un coup de pouce du destin. Personne ne trouvait la cause d'une panne sur une DS 23 d'un industriel. Personne, sauf lui. « Un peu par hasard », reconnaît-il alors qu'il n'avait qu'un modeste garage en bois. « L'industriel va écrire à Citroën ». Des émissaires de la marque aux chevrons vont venir le voir : « j'étais nommé agent Citroën ! ».



Avant de participer au premier Paris-Dakar organisé par Thierry Sabine en 1979, Georges Vanelslande va fourbir ses armes en 2 CV cross, mais surtout faire une traversée du désert, 15 000 km à bord d'une 504, avec son ami Miguel, un coiffeur à Tourcoing.



Les premières années du Dakar seront effectuées en Citroën, GS ou 2 CV, avant de s'orienter sur les Toyota. Georges Vanelslande a été associé à Gérard Maïr la première année, avant de participer au côté de Stéphane Bosteels, dans le team du même nom, géré par le père, Stéphan. « La première année, il fallait tout avoir, même sa gamelle, on embarquait tout », se souvient-il.




Paralysé au milieu du désert

 

« Avec Stéphane, on faisait à la fois pilote et copilote, on se partageait vraiment les rôles, tient à préciser Georges Vanelslande. On était des amateurs, on pouvait vraiment en baver ». Sur une étape, en tant que copilote, il a d'ailleurs frôlé le pire. « La direction a cassé et on est parti en tonneaux, raconte-t-il. Heureusement que j'ai été éjecté car l'arceau de sécurité a cassé et s'est planté dans le siège passager... ». Mais le choc a été tel, que pendant quelques heures, ses membres ne répondaient plus. « Paralysé au milieu du désert ».



Des moments douloureux dont des abandons, comme avec la 2 CV qu'ils avaient boostée. Mais si le moteur tenait, c'est « le reste qui n'a pas suivi, on allait trop vite ». N'empêche que cette un tentative « était joli coup de pub ».



Mais de très grands moments. Et un classement toujours plus proche des premiers : 22e en 1982 et 2e au classement marathon diesel, 19e en 1984 et pour leur dernière participation en 1985, ils termineront dans le top 10 (9e). Mais surtout, ils vont réaliser un temps scratch en Mauritanie à Tichit, cette année-là. « Devant Pescarolo, Jacky Ickx... sourit Georges Vanelslande. Ils étaient plus rapides que nous. Mais ils se sont perdus sur cette spéciale ! ».

 

 (Archives D.D., N.E., 9/1/2011).

  

 

Gerhard Maïr Ancien Footballeur Professionnel,

  Tennisman et  Coureur Halluinois de Rallye :  

  

img002.jpg

Gérard Maïr au Tennis Club d'Halluin en 1980, sous les yeux de l'arbitre Daniel Delafosse

 

 

Gerhard Maïr  est décédé à Tourcoing (Nord) le 15 avril 2004 dans sa 62ème année.

 

Né le 27 mai 1942 à Innsbruck (Autriche), Gerhard Maïr s’installa à Halluin, après avoir effectué une brillante carrière professionnelle dans le football comme gardien de but, en particulier dans les prestigieux clubs de Bruges et d’Anderlecht (B)

 

Doté d’un physique impressionnant aux qualités exceptionnelles, l’Halluinois d’adoption fut un joueur incontournable au sein de l’équipe première du tennis club d’Halluin durant toute une décennie (1970 à 1980) et lors des différentes compétitions interclubs de la Ligue du Nord. Il fut aussi un élément important de la formidable progression de cette société sportive qui comptait déjà 300 licenciés en 1980, et atteindre son record historique de 610 adhérents en 1986 !

 

En 1973, Gerhard Maïr devenait pour la première fois numéro un du club halluinois, et il renouvelait cette performance en 1975 et 1976 remportant six tournois consécutifs d’affilée.

 

Il était généreux dans l’effort, sa modestie et son fair-play irréprochable étaient un véritable exemple de sportivité.

 

Il participa au 1er Paris-Dakar de 1979, avec le team Bosteels d’Halluin, associé à Georges Vanelslande.

 

(Archives D.D,  4/2004). 

 

 

Lien :   Le "Dakar"... et la participation des Halluinois de 1979 à 1985.

  

Repost 0
Published by Brandodean - dans WEBLOGS
commenter cet article
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 21:58

 

 

Depuis plus de 30 ans, le rallye Paris-Dakar est un défi et une aventure humaine dans laquelle des amateurs passionnés se lancent aux côtés de pilotes de renom. A cette occasion, Daniel Delafosse, amateur d’histoire locale, revient sur le parcours de quelques  halluinois, ayant disputé le plus grand rallye du monde de 1979 à 1985.

 

Durant ces sept années, nos représentants ont eu le plaisir de découvrir les joies de cette nouvelle grande aventure africaine, mais aussi les déboires et les souffrances liés à un tel périple. 

 

L'aventure débute en 1977. Thierry Sabine se perd en moto dans le désert de Libye au cours du rallye Abidjan-Nice. Sauvé des sables in extremis, il rentre en France subjugué par ces paysages et se promet de faire partager cette découverte. Il imagine alors un parcours partant d'Europe. Le tracé rejoindrait Alger, puis traverserait Agadez pour s'achever à Dakar. Le fondateur associe une devise à son inspiration : "Un défi pour ceux qui partent. Du rêve pour ceux qui restent ".

 

Le projet se concrétise rapidement. Le Paris-Dakar, une compétition à part qui fait place aux sans-grades et qui porte un message d'ouverture vers l'autre, interpelle, surprend et séduit. Pendant trente ans, des histoires de sport et d'hommes s'y sont écrites.

 

1979 : Le pari de Thierry Sabine prend forme le 26 décembre 1978 : 182 véhicules sont présents sur la place du Trocadéro pour un périple de 10.000 km vers l'inconnu, direction Dakar. La rencontre entre deux mondes, recherchée par le fondateur de l'épreuve, se produit sur le continent africain. Parmi les 74 pionniers qui atteignent la capitale sénégalaise, Cyril Neveu, au guidon d'une Yamaha 500 XT, ouvre le premier palmarès.

 

Pour ce baptême de l’épreuve, il y a 30 ans, cinq Halluinois étaient aussi au départ : Le jeune motard Grégoire Verhaeghe et les pilotes autos Stéphan Bosteels  associé à son fils Stéphane Bosteels, des Transports du même nom, ainsi que le second équipage du team Bosteels formé de Gérard Maïr, ancien footballeur professionnel et tennisman halluinois et du co-pilote Georges Vanelslande garagiste de métier.

 

En motos, Grégoire Verhaeghe était le plus jeune engagé du rallye, avec la plus petite cylindrée une Honda 125 cc. Sa moto avait plus de 70.000 km au compteur avant de partir de Paris ; il arrivera à Dakar après de multiples péripéties !

 

Pour cette première participation, notre volontaire et courageux motard se classera à une très honorable 65ème place sur 182 partants, motos autos et camions réunis. Moins chanceux, les deux équipages halluinois, sur Citroën GS, devront abandonner en cours de route.

 

1980 : Le lancement du Dakar rencontre immédiatement un vif succès et engendre un véritable engouement chez les concurrents comme chez les constructeurs. Pour cette seconde édition, les plus grandes usines telles que Yamaha, Volkswagen, Lada et BMW, engagent chacune une équipe. Cette édition est marquée en outre par une grande première : l’apparition des camions.


Cyril Neveu gagne pour la deuxième fois consécutive sur une Yamaha privée tandis que dans la catégorie auto, Kotulinsky et Luffelman (All) sont couronnés sur Volkswagen. Le premier camion à inscrire son nom au palmarès est le Sonacome de Ataquat, Boukrif et Kaoula (Fr).

 

Cette année-là, l’unique représentant halluinois Grégoire Verhaeghe, sur sa Honda 250 cc., se classe à une très belle  13e place  sur 90 motards.

 

1981 : Le Paris-Dakar a rapidement conquis le public, fasciné par ces aventuriers ordinaires qui défient le désert avec les moyens du bord. Les Yamaha et les Honda " bricolées au fond du garage " côtoient la Rolls-Royce de Thierry de Montcorgé ou la Citroën CX du pilote de F1 Jacky Ickx, accompagné du comédien Claude Brasseur. Hubert Auriol, déjà surnommé " l'Africain ", remporte son premier Dakar sur BMW. La victoire finale en auto revient à la paire René Metge- Bernard Giroux sur Range Rover.

 

Grégoire Verhaeghe (sous les drapeaux) est absent cette année-là, mais les équipages halluinois Stéphane Bosteels-GeorgesVanelslande (Toyota) et celui formé de Stéphan Bosteels associé à Hubert Verraes (Citroën) ne termineront pas le rallye, qui compte 60 autos au départ.

 

Néanmoins, ils profiteront de leur abandon prématuré pour faire un film sur le rallye, dont trois projections, en mars 1982, réuniront plus de 400 spectateurs, au cinéma d’Halluin  « Le Familia ».

 

1982 : Le départ est à nouveau donné de la place de la Concorde, l’arrivée se situant comme de coutume sur les rives du Lac Rose. 382 concurrents se présentent au départ, soit plus du double que lors de la première édition. Les frères Marreau (Fr), surnommés « les renards du désert », offrent à Renault et Elf un joli succès. Cyril Neveu continue, quant à lui, sur sa lancée. Intégré à l’équipe Honda, il s’impose à Dakar et apporte ainsi à la marque japonaise un premier succès qui en appellera d’autres.

 

Pour les Halluinois c’est enfin la grande année ! En motos, sur 130 partants, L’Halluinois Grégoire Verhaeghe, qui pilote cette fois une Honda Barigo 500 cc, se classe au final sur le podium à la 3ème place… Incroyable ! Il faut rappeler que Verhaeghe est toujours un motard privé (soutenu par aucune grande marque de motos).

 

Après ce véritable exploit, le quotidien « L’Equipe » écrivait alors ceci : « A la 3ème place, Grégoire Verhaeghe complète le succès des Honda. Ce jeune nordiste de 21 ans, qui n’a toujours compté que sur lui-même et sur son sac à dos depuis qu’il participe au « Dakar », méritait bien de monter sur le podium. Il est de la race des Neveu et Vassard (les deux premiers motards). Intelligent, il a choisi de mener sa course sagement, bien à l’écart des pilotes d’usine ».

 

Dans la catégorie autos, l’équipage Stéphane Bosteels – Georges Vanelslande sur Toyota atteint pour la première fois l’arrivée sur la plage de Dakar, en terminant à une formidable 22ème place sur 236 équipes, et, cerise sur le gâteau, les deux Halluinois terminent 2ème au classement général « Diesel ».

 

Le second équipage halluinois composé de Stéphan Bosteels-Hubert Verraes et du mécano Delaplanche rejoint aussi pour la première fois Dakar et prend une honorable 64ème place sur Toyota également. Les trois véhicules halluinois réalisent un véritable petit exploit, car ils étaient les seuls concurrents nordistes encore en course.

 

1983 : Daniel Balavoine prend pour la première fois le départ du Dakar. Hubert Auriol l’emporte en moto sur BMW et l’équipage auto Ickx/brasseur sur Mercedès.

 

L’Halluinois Grégoire Verhaeghe sur Honda-Barigo 560 se classe à la 11ème place sur 132 partants et les deux équipages sur Toyota, Stéphane Bosteels - Georges Vanelslande et Bernard Bosteels associé à Stéphan Bosteels devront abandonner à nouveau parmi  les 253 autos/camions au départ.

 

1984 : Si Michel Sardou est associé à Jean-Pierre Jabouille champion de F1, c’est Gaston Rahier (Bel) sur BMW qui gagne en moto, et en auto l’équipage René Metge/Lemoyne (Fr)  sur Porsche 911 remporte la première place.

 

Du côté halluinois, on constate l’abandon de Grégoire Verhaeghe sur Honda-Barigo 560, tandis qu’en auto, sur 256 participants, on assiste à une excellente performance de l’équipage Stéphane Bosteels-Georges Vanelslande qui se classe à la 19ème place, toujours sur Toyota.

 

La paire Stéphan Bosteels-Bernard Bosteels arrive 64ème et le troisième équipage halluinois composé de Hubert Verraes-Maurice Desrumaux termine à la 66ème place. Depuis 1979, c’est le meilleur résultat d’ensemble du team halluinois Bosteels !

 

1985 : Cette année, la famille princière de Monaco (Albert, Caroline et Stéphano Casiraghi) participe au rallye. En moto, la victoire finale revient une seconde fois à Gaston Rahier sur BMW et en auto l’équipage Zaniroli-Da Silva (Fra) l’emporte sur Mitsubishi.

 

Pour la dernière participation des Halluinois, Grégoire Verhaeghe enlève une très belle 7ème  place sur sa 500 Honda-Barigo. Il parvient de plus à terminer 1er du classement marathon et 1er dans la catégorie des 500 cc… Chapeau l’artiste !

 

Et sur 362 autos au départ, l’équipage formé de Stéphane Bosteels-Georges Vanelslande enlève une extraordinaire 9ème place et réalise son meilleur classement individuel au général, depuis la création du rallye.

 

L’équipe halluinoise a même réussi l’exploit de remporter une superbe victoire dans l’ épreuve spéciale de Tichit (Mauritanie) et ainsi devancer les stars du volant : Zaniroli, Metge, Pescarolo, mais aussi le duo Jacky Ickx et Claude Brasseur !

 

Le second équipage Bernard Bosteels-Hugues Prouvost sur Toyota prend une belle 53ème place. Quant à la troisième formation, Stéphan Bosteels-Hubert Verraes, elle abandonnera avant d’arriver sur la plage de Dakar.

 

A leur retour et pour la première fois, les « vedettes » halluinoises étaient reçues officiellement en Mairie ; l’occasion en particulier de rendre un hommage et des bravos nourris à Stéphan Bosteels le père, un grand modeste, sans qui l’aventure du Paris-Dakar pour le team Bosteels n’aurait jamais existé.

 

Un an plus tard et en marge de la course, le 14 janvier 1986 au Mali, le créateur du rallye Thierry Sabine, le chanteur Daniel Balavoine et trois autres passagers décèdent dans un accident d’hélicoptère resté dans toutes les mémoires…

 

Désormais le « Dakar » ne sera plus jamais comme avant, une page est définitivement tournée !

 

 

                                                                                          Daniel DELAFOSSE  

 

  

LIENS   http://www.dakardantan.com/paris-dakar-1979/verhaegue,honda+125+xls,19.html

 

http://www.dakardantan.com/paris-dakar-1981/bosteels-vaneslande,citroen+am+ser,143.html

 

http://www.dakardantan.com/paris-dakar-1982/bosteels-vaneslande,toyota+hj,318.html

 

http://www.dakardantan.com/paris-dakar-1983/verhaegue,barigo+560,85.html

 

http://www.dakardantan.com/paris-dakar-1985/bosteels-vaneslande,toyota+fj45,457.html

 

http://www.dakardantan.com/paris-dakar-1985/bosteels-prouvost,toyota+fj+45,458.html

 

Repost 0
Published by Brandodean - dans WEBLOGS
commenter cet article
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 08:31

 

 

La disparition d'Antoine de Léocour et de Vincent Delory continue de provoquer une onde de choc à Linselles. Hier après-midi, en accord avec les familles, la Ville a présenté les modalités de la marche silencieuse qui sera organisée dimanche à l'initiative des amis des victimes.

Alors que les familles des victimes étaient reçues par Nicolas Sarkozy hier à l'Élysée, les messages continuaient d'affluer en masse en mairie de Linselles tout au long de la journée. En milieu d'après-midi, accompagné de son frère cadet et de sa mère, Louis rentré lundi matin de Niamey, est venu, au milieu des anonymes, les yeux rougis par l'émotion, rendre hommage à ses deux amis.

La ville s'organise en prévision de la marche qui aura lieu ce dimanche en mémoire des deux victimes. Une réunion s'est tenue hier après-midi pour définir le déroulement de cet hommage voulu par les amis d'Antoine et de Vincent.

« Une marche que les familles souhaitent la plus neutre possible dans le respect de la mémoire de leurs enfants », indiquait Yves Lefebvre, l'élu chargé de coordonner ce rassemblement en lien avec les familles et les autorités compétentes.

 

La marche se déroulera dans le silence, sans banderole et sans expression politique selon le souhait des parents et des amis. « Les familles et les amis prendront la tête du cortège. Les élus resteront en retrait. Les gens doivent avant tout venir avec leur coeur », informait l'adjoint. « L'aspect médiatique et international doit rester sur le côté, c'est avant tout un hommage à deux garçons exceptionnels qui étaient nos amis d'enfance », livrait l'un des représentants du collectif d'amis, Pascal Humeau, encore très bouleversé.

 

Le départ de la marche aura lieu à 13h30 à l'angle des rues de Wambrechies et du Maréchal Joffre, à deux pas du quartier où ont grandi les victimes. Le cortège prendra la direction du centre-ville en empruntant la rue de Lille. Un rassemblement est prévu place de la République, devant l'église, où deux amis prendront la parole pour leur rendre hommage avant une courte allocution du maire Jacques Rémory. Aucun discours politique ne sera prononcé conformément au souhait des familles.

 

Toutes les précautions seront prises pour encadrer le parcours sur lequel la circulation automobile sera interdite. Les forces de l'ordre seront naturellement présentes pour gérer le flux et la Sécurité civile a d'ores et déjà proposé son soutien à la ville. Selon les premières estimations, la ville s'attend à accueillir entre 2000 et 3000 personnes au coeur de cette marche.

 

Aucune date n'est encore annoncée pour les obsèques nationales. Les parents d'Antoine et de Vincent souhaitent une cérémonie religieuse commune pour leurs enfants. En attendant les funérailles, des dispositions sont prises par la ville pour installer une chapelle ardente salle Jacques-Brel, rue de Tourcoing, dès l'arrivée des deux défunts à Linselles.

 

(Archives, N.E., 12/1/2011).

 

 

Vous pouvez envoyer un message de sympathie aux deux familles, à l'adresse suivante : contact@ville-linselles.com

 

 

Liens :  Antoine et Vincent : c'était les copains d'abord... et le témoignage de Louis.

 

Les Hommages de la Vallée de la Lys à Antoine de Léocour et Vincent Delory...

 

 

Les funérailles d'Antoine de Léocour, l'humanitaire, et de Vincent Delory, son ami, auront lieu lundi, à 15 h, en l'église Notre-Dame de la Nativité à Linselles.

 

 L'Élysée a annoncé hier la venue de Nicolas Sarkozy « en accord avec les familles » des deux otages enlevés au Niger vendredi. Le Premier ministre François Fillon et le ministre de la Défense Alain Juppé pourraient aussi être présents, selon certaines sources. La cérémonie religieuse sera célébrée par Mgr Laurent Ulrich, archevêque de Lille.

 

(Archives, N.E., 14/1/2011).

 

Repost 0
Published by Brandodean - dans WEBLOGS
commenter cet article
11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 09:31

 

 

Ils sont trois garçons du même âge qu'Antoine de Léocour et Vincent Delory : 25 ans. Quand Antoine, l'humanitaire en Afrique, et Vincent, l'ingénieur exilé à Toulouse, rentraient à Linselles, ils les appelaient en premier. Ensemble, depuis l'école maternelle de Linselles, ils ont tout partagé. Jusqu'au dernier réveillon du Nouvel An. Ivan, Pascal et Xavier témoignent, pour rendre hommage à leurs copains. Deux jeunes hommes particulièrement doués pour la vie et l'amitié.

L'amitié, définition linselloise. Autour de la table, Ivan, Pascal et Xavier sont là, soutenus par leurs petites amies. Ils expliquent : « Ce qu'on veut, c'est vous parler d'Antoine et de Vincent pour leur rendre hommage. »Pas question de parler d'eux. Et « si vous prenez en photo les amis d'Antoine et Vincent, c'est toute la bande, sachant que déjà rien que les amis très proches, ça fait déjà au moins une cinquantaine ! », prévient Pascal.

 

Si Vincent et Antoine étaient quasiment voisins, la petite bande s'est constituée au fil des ans, autour d'un noyau dur conçu depuis la maternelle, à l'école Sainte-Marie. « Antoine et Vincent, pour nous, ça veut dire toute l'enfance. On a tous grandi à Linselles. On côtoyait les mêmes personnes. Puis on est passé de l'enfance à l'adolescence. On a passé des soirées, des week-ends ensemble. Après, la distance s'est creusée, mais on a toujours gardé contact. La première chose qu'ils faisaient quand ils rentraient, c'était nous appeler », raconte Ivan d'un seul souffle. « Ils ont été les premiers à partir : Antoine à Poitiers, puis en Afrique, Vincent à Toulouse. Chacun a pris sa voie, mais dès qu'on se retrouvait, c'était naturel », renchérit Xavier.

 

Vincent ou le virus de l'informatique. Vincent travaillait chez Cap Gémini à Toulouse, « comme ingénieur en informatique appliquée dans le domaine spatial. Rassurez-vous, j'ai l'habitude, il n'y a que moi qui comprends ce qu'il faisait exactement comme travail ! », sourit Pascal, ingénieur lui aussi et ancien binôme de Vincent à Polytech Lille. Ils s'étaient séparés au lycée et Vincent avait intégré l'IUT de Villeneuve-d'Ascq, puis retrouvés dans cette école d'ingénieurs.

 

Vincent aimait la musique et était supporteur du LOSC : « Pour le foot mais aussi pour les déplacements ! » Il était aussi féru de nouvelles technologies - « mais pas du téléphone ! » Ses amis confirment en riant la définition donnée avant-hier dans nos colonnes par sa soeur : « Épris d'aventure et de liberté ». « Il vivait tout simplement », estime Pascal. « Il a vécu à 200 à l'heure ! Il ne s'interdisait rien », renchérit Ivan.

 

« Ce qui l'attachait à Toulouse, c'est son travail qu'il adorait », note Xavier. « Mais au réveillon, il nous a dit qu'il aurait eu le sentiment de profiter vraiment de la vie s'il avait pu rester dans le Nord. Même s'il s'était (évidemment !) refait une bande d'amis à Toulouse, ce n'était pas pareil », confie Ivan.

 

Antoine ou la passion africaine. Antoine aimait lui aussi la musique, mais sa vraie passion, c'était l'Afrique. Une passion en germe très tôt : « Après le collège, je suis allé à la Croix-Blanche avec Antoine, raconte Ivan. Il a fait un bac économique et social, parce qu'il était déjà attiré par l'histoire, la sociologie, les sciences humaines en général. » Ivan, lui, a fait un bac scientifique et, tandis qu'il accompagnait brièvement Xavier en médecine, avant de devenir infirmier au CHRU de Lille. Antoine enchaînait un DEUG de sociologie à Lille 1 et d'histoire à Lille 3, puis une licence d'histoire option anthropologie et un master d'histoire contemporaine à Poitiers. « Un jour, quand il est rentré ici, il nous a annoncé qu'il allait partir, parce qu'il avait envie de bouger, de partir à l'aventure », se souvient Ivan.

 

Antoine devient humanitaire « Il s'est tout de suite épanoui là-dedans », affirme Xavier. « Ça ne nous a pas spécialement étonnés, dit Ivan. C'était en lui. Il savait pourquoi il partait. Ses missions, même quand elles n'étaient pas évidentes, se passaient super bien. Il était chez lui là-bas. Sa vie, elle était au Niger. » Pascal confirme : « Sa passion, c'était ce qu'il faisait. Ça ne l'avait pas changé. La seule différence, quand il rentrait, c'est qu'il disait : "Qu'est-ce qu'il fait froid ici !" » Il écrivait de longs mails communs à sa famille et ses amis : « Il racontait ses missions, nous décrivait le pays. Et il déconnait surtout ! » Il venait de terminer une mission et devait repartir pour l'ONG Amifrance en République Centrafricaine, réputée dangereuse. « Il était revenu au Niger pour le mariage, dans une zone réputée calme... »

 

Du sage estaminet de Wervik à ce sacré Nouvel An 2011. « En fait, on n'avait pas vraiment de points communs. Ce qui nous réunissait, c'était la fête », reconnaît Ivan. Ils étaient ce qu'on appelle des témoins de vie : on grandit ensemble, on mesure ce qu'on est en train de devenir. Les fêtes étaient donc des retours aux sources linselloises. L'un de ces abreuvoirs, c'était l'estaminet du musée du Tabac à Wervik, mais aussi la maison des parents qui s'absentaient. Parmi les fêtes mémorables, il y a eu le dernier réveillon de la Saint-Sylvestre, dans une ferme de Linselles. « Vincent et Antoine sont rentrés pour les vacances de Noël : en fait, ce réveillon a duré dix jours ! », plaisante Pascal.

 

Rakia, ou comment faire d'un célibataire indécrottable un amoureux transi. « Une fois, quand Antoine est revenu- il revenait deux à trois fois par an -, il y avait quelque chose qui avait changé », avoue Ivan. Rakia Hassan Kouka était entrée en scène. « Antoine n'était pas du genre à s'attacher, alors cette fille-là, c'est que c'était vraiment la bonne », assurent à l'unisson les copains. « Il avait accepté de faire un mariage traditionnel, avec la dot nigérienne à la famille . Mais il ne voulait pas trop nous en dire sur le mariage. Il disait : "Vous allez voir, ça va être une surprise !" Il voulait vraiment nous faire découvrir l'Afrique », raconte Pascal. Antoine et Rakia devaient venir à Linselles en juin.

 

Le voyage prévu au Niger. Xavier, Ivan et leurs copines, ainsi que Louis (rapatrié hier et trop choqué pour témoigner avec le reste de la bande), devaient prendre l'avion cette semaine pour rejoindre Antoine et Vincent à Niamey. « Depuis le début, on disait qu'on allait aller le voir là-bas. Le mariage était l'occasion. » Xavier confie : « Vincent m'avait beaucoup parlé de ce voyage : ça faisait longtemps qu'Antoine et lui ne s'étaient pas revus. » Pascal ajoute : « Il disait aussi : "Ici j'ai tout ce dont j'ai envie. mais j'ai envie de voir une vie plus simple." »

 

Un hommage dimanche ? « On fera certainement un hommage dimanche, à Linselles. On va essayer de faire ce qu'ils auraient voulu », annonce Pascal. « C'est sûr qu'il y a eu des moments plus forts que d'autres, mais c'est la globalité qui fait qu'on a vraiment eu de la chance de connaître ces deux copains. Ça a été un sans-faute entre nous », résume Ivan.

 

(Archives, VdN, 11/1/2011).

 

 

Le témoignage de Louis parti au Niger…

Louis a quitté la famille de Rakia comme un déchirement. S'il tient aujourd'hui, c'est grâce à eux, à leur mobilisation. À cette famille qui l'a accueilli durant ces sombres 48 h. Il a accepté de témoigner. Pour Vincent, Antoine. Pour Rakia.

Il est 16­h hier après-midi. Louis ne tient pas en place. Il marche dans son salon. Fait les cent pas. Comme si le temps avait suspendu son vol. Entre Niamey et Bousbecque. Ou l'inverse. Il a du mal à comprendre ce qu'il lui arrive. À savoir où il se trouve.

 « ­Dans la tête, je n'ai jamais atterri là-bas.­ » Cueilli à froid. À la descente de l'avion. Par la famille de Rakia. Pour apprendre l'enlèvement de ses deux amis, Vincent et Antoine. Soixante-douze­heures après, Louis « ­n'a toujours pas reposé ses pieds sur terre­ ». Quelque part. Entre Bousbecque et Niamey. Vincent et Antoine sont morts depuis deux jours. Il a pris un avion hier soir. Arrivée en France à 6­h, hier matin. Retour à Bousbecque vers 10­h. Et tenté d'esquiver la masse des médias devant sa porte. « ­Je suis toujours à attendre mes potes à l'aéroport.­ » Le temps a suspendu son vol.

 

Celui du déchirement. Le déchirement de perdre ses proches. Celui aussi de quitter après 48­heures, la famille de Rakia, « ­dont on ne parle pas assez­ ». Rakia qui devait se marier avec Antoine samedi prochain. « ­Il faut penser à elle, aussi. On était là-bas pour son mariage.­ » Et à une famille « ­qui se faisait une joie d'accueillir la belle-famille, les amis­ ». « ­Je n'y suis resté que deux jours mais j'ai mal vécu de devoir partir aussi vite, témoigne Louis, un court instant assis. Ce sont des gens qui transpirent la sincérité, cela a été difficile de repartir. Il y a eu des choses fortes.­ »

 

Le soutien sans faille de la famille de Rakia

 

Ses amis enlevés, puis morts, Louis était seul à Niamey. Sans connaître personne. Mais c'était sans compter sur la famille de Rakia. Qui l'a épaulé. Soutenu. Qui l'aide à tenir. Encore maintenant qu'il est rentré. Entouré de ses proches. Un autre soutien. « ­Un soulagement d'être auprès d'eux. »

 

Encore la tête à ces deux jours au Niger. Entre Niamey et Bousbecque. À la mobilisation qui est venue de tout Niamey. « ­Dès le samedi, il y a eu une très forte mobilisation. Toute la population s'est mobilisée.­ » « ­Tant qu'Antoine et Vincent étaient au Niger, on pouvait y croire, il devait pouvoir y avoir une issue. On espérait une demande de rançon. Être là-bas sans les avoir vus, c'est très difficile.­ » « ­Jusqu'au couperet­ », rajoute-t-il après quelques secondes de blanc. Une éternité. Celle de ses deux amis.

 

Difficile de contrer la fatalité. « ­Les risques sécuritaires, Antoine les connaît, reprend Louis. S'il y avait eu le moindre risque, il ne nous aurait pas invités. Ici (là-bas), toute la population de Niamey est atterrée. C'était inimaginable qu'un enlèvement puisse avoir lieu à cet endroit.­ »

 

 

Le mariage devait être une grande fête. Pour Antoine et Rakia. Rakia qui devait venir passer les fêtes avec le groupe d'amis. Mais cela n'a pas pu se faire. Louis espère qu'elle pourra être présente pour les obsèques de son chéri. « ­Qu'ils vont tout faire pour qu'elle puisse venir. »

 

Et en tout cas, ici, en France, que l'on pense autant à la douleur des familles d'Antoine et de Vincent qu'à celle de Rakia. Il n'est resté que 48­heures à Niamey. Mais quelque chose en lui y est resté pour toujours. Avec Antoine et Vincent.

 

(Archives, N.E., 11/1/2011). 

 

 

 

Vous pouvez envoyer un message de sympathie aux deux familles, à l'adresse suivante : contact@ville-linselles.com

 

 

LienLes Hommages de la Vallée de la Lys à Antoine de Léocour et Vincent Delory...

 

 

Repost 0
Published by Brandodean - dans WEBLOGS
commenter cet article

Texte Libre

Depuis février 2007, ce site vous est offert gracieusement, il est le fruit d'un travail bénévole important de recherches, de rédaction et mise en page.

Alors n'hésitez-pas à laisser un message (cliquez sur ajouter un commentaire à la fin de chaque article), ou sur le Livre d'Or afin que je puisse connaître vos impressions sur les articles consultés et votre intérêt pour l'histoire locale ; ou si vous désirez apporter des rectifications, des précisions ou informations complémentaires.

Je souhaite à chacune et chacun d'entre vous, une excellente plongée dans le passé halluinois.

Vous pouvez me contacter aussi à l'adresse suivante :
daniel.delafosse@wanadoo.fr

 

Depuis plus de 4 ans, 1000 articles (+ Compléments d'informations) ont été présentés sur ce blog...

 

A compter du 4 Juillet 2011, ce lien ne sera plus consacré à la parution d'écrits et aux mises à jour.

 

Désormais, vous trouverez uniquement la publication de photos (archives personnelles), anciennes ou récentes, relatives à Halluin (Vos commentaires sont toujours les bienvenus !).

 

Vous pouvez continuer à me lire sur le site :   http://alarecherchedupasse-halluin.net/  

 

Merci à vous.  

  

Texte Libre


Afin de faciliter votre quête et pour plus de rapidité, utilisez les mots essentiels de votre demande
 dans le module "Recherche" ci-dessus...

Réponse à certaines interrogations…

 

Permettez-moi de préciser que ce blog est la réalisation d’un travail d’archives personnelles ou provenant d’articles publiés dans la presse (La Voix du Nord, Nord Eclair, La Vie Chez Nous etc...), revues et livres divers.

 

Créé à mon initiative, il était normal que ce blog contienne principalement les archives familiales, mais de suite, ne voulant pas me cantonner à cela, j’ai décidé de l’ouvrir à tous les thèmes qui étaient rattachés au passé halluinois et à son histoire.

 

Au fur et à mesure de son installation, j’ai intégré également des informations présentes, liées à la vie halluinoise en priorité ou d'ordre général, susceptibles d’intéresser le plus grand nombre de lecteurs ; en essayant d’être au plus près des évènements et en effectuant, si nécessaire, des mises à jour sur des documents déjà publiés.

 

En ce qui concerne l’Histoire d’Halluin, chacun comprendra que la parution d'un article n'est faisable uniquement pour des documents en ma possession… Mon seul but est d’informer le mieux possible en abordant tous les sujets sans aucune restriction !

 

Ce blog n’ayant aucun caractère officiel, j’invite simplement les personnes qui possèdent des documents sur l’histoire locale, d’ouvrir leur propre blog ou site… Et je serais ravi bien entendu de le consulter.

 

 Aussi, le mien est rédigé dans la mesure de mes possibilités de temps mais aussi d’envie…, et l’espoir, pour ma part, que ce véritable travail reste uniquement le plaisir de faire partager une passion !

 

Merci à vous.  (2008)   

Liens Sites Halluinois
  :
 
  
   
                 

Site officiel de la Ville d'Halluin 59250 :  ville-halluin.fr

"A la recherche du Passé d'Halluin
" (Photos) :
alarecherchedupasse-halluin.net/

 

brandodean.over-blog.org/article-la-politique-halluinoise-et-les-sites-et-blogs-sur-internet-50337926.html

 

Paroisse Notre-Dame de la Lys Halluin : nordnet.fr/ndlys
Les Amis de l"Orgue Halluin : orgue-halluin.123.fr

Propriété "Le Manoir aux loups" Mont d'Halluin : parcmanoirauxloups.com
Le Syndicat d'Initiative d'Halluin : .tourisme-halluin.fr

Ecole de Musique Halluin : ville-halluin.fr/culture.
La Lyre Halluinoiselyre-halluinoise.com

 

M.J.C.  M.P.T. Halluin : mjchalluin.free.fr
Canalblog : villehalluin.canalblog.com/archives

Cercle Généalogique Halluin Lys
:
perso.wanadoo.fr/genealys.halluin
Cinélys Halluin : cinelyshalluin.asso-web.com

 

Tennis Club Halluin : tennisclub.halluin.free.fr
Volley Club Michelet Halluin : volleyclubmichelethalluin.com
Vélo Club Halluin : levcuh.canalblog.com
Club de Musculation Halluin : halluinmusculation.com
Athlétisme Halluin : ahvl.com.fr
Judo - Ju-Jitsu : judohalluin.keogratuit.com
Triathlon Halluin  halluintriathlon.over-blog.fr

Badminton - Halluin http://www.asb.asso.fr

Livre D'or

Texte Libre

Musiques de Films :

deezer.com/fr/music/ennio-morricone 

deezer.com/fr/music/john-williams

deezer.com/fr/music/john-barry

deezer.com/fr/music/maurice-jarre

deezer.com/fr/music/vangelis

deezer.com/fr/music/georges-delerue

deezer.com/fr/music/michel-legrand

deezer.com/fr/music/eric-serra

deezer.com/fr/music/gabriel-yared


Musiques Groupes et Interprètes Divers :

deezer.com/fr/music/los-calchakis

deezer.com/fr/music/harvest-neil-young

deezer.com/fr/music/pink-floyd

deezer.com/fr/music/simon-and-garfunkel

deezer.com/fr/music/the-animals

deezer.com/fr/music/supertramp

deezer.com/fr/music/talk-talk

deezer.com/fr/music/jean-michel-jarre

deezer.com/fr/music/cat-stevens

deezer.com/fr/music/alan-stivell

deezer.com/fr/music/maxime-le-forestier

deezer.com/fr/music/graeme-allwright

deezer.com/fr/music/neil-diamond

deezer.com/fr/music/michel-jonasz

deezer.com/fr/music/léo-ferré

deezer.com/fr/music/james-blunt

deezer.com/fr/music/hugues-aufray

.deezer.com/fr/music/jean-ferrat

deezer.com/fr/music/dick-rivers

deezer.com/fr/music/marie-laforêt

deezer.com/fr/music/alain-chamfort

deezer.com/fr/music/the-cranberries

deezer.com/fr/music/richard-anthony

deezer.com/fr/music/david-bowie

deezer.com/fr/music/the-who

deezer.com/fr/music/queen

  

deezer.com/fr/music/david-guetta

 

deezer.com/fr/music/gipsy-kings

deezer.com/fr/music/les-négresses-vertes

deezer.com/fr/music/cali

deezer.com/fr/music/anaïs

deezer.com/fr/music/olivia-ruiz

deezer.com/fr/music/manu-chao

deezer.com/fr/music/bryan-adams

deezer.com/fr/music/chris-isaak

deezer.com/fr/music/bryan-ferry

 
Revues - Opérettes - Comédies Musicales :

deezer.com/fr/music/mistinguett

deezer.com/fr/music/marlene-dietrich

deezer.com/fr/music/josephine-baker

deezer.com/fr/music/line-renaud

deezer.com/fr/music/annie-cordy

deezer.com/fr/music/zizi-jeanmaire

deezer.com/fr/music/grace-jones

deezer.com/fr/music/amanda-lear

deezer.com/fr/music/maurice-chevalier

deezer.com/fr/music/jean-gabin

deezer.com/fr/music/fernandel

deezer.com/fr/music/bourvil

deezer.com/fr/music/yves-montand

deezer.com/fr/music/tino-rossi

deezer.com/fr/music/luis-mariano

deezer.com/fr/music/dario-moreno

deezer.com/fr/music/andré-dassary

deezer.com/fr/music/joselito

deezer.com/fr/music/comédies-musicales