Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Histoire de la ville d'Halluin (Nord). Regard sur le passé et le présent.
  • : Publication relative à l'histoire de la ville d'Halluin 59250. Regard sur le passé et le présent.
  • Contact

Texte Libre


Vous pouvez
retrouver sur ce blog,

90 volets concernant les évènements

de la Guerre 1914 - 1918

et Halluin.

38 volets concernant les évènements

 de la Guerre 1939 - 1945

et Halluin,


ainsi que 30 volets consacrés à

La Libération d'Halluin en Septembre 1944.

unc.halluin.free.fr

marins.halluin.neuf.fr

1 volet sur l'Afghanistan et Halluin

3 volets concernant les évènements

de la Guerre du Vietnam

(1963 - 1975

 


4 volets concernant les évènements

de la Guerre d'Algérie
(1954 - 1962)

et Halluin

3 volets concernant les évènements

de la Guerre d'Indochine
(1946 -1954)

et Halluin

1 volet sur Les Colonies et Halluin

2 volets concernant les évènements

de la Guerre 1870 - 1871

et Halluin


2 volets concernant les évènements

des Guerres de Crimée (1854 -1856)
 d'Italie (1859)

et Halluin

Trois Grognards Halluinois de l'Empire,
Historique Militaire.

 

 

11 volets concernant l'Histoire

d'HALLUIN de 1850 à 2000.

 

 

Les Maires d’Halluin… en chiffres depuis la Révolution.

 

brandodean.over-blog.org/article-les-maires-de-la-ville-d-halluin-en-chiffres-depuis-la-revolution-

 

Elections Municipales d’Halluin depuis 1789, et diverses depuis 2000.

 

(1789 à 1957) brandodean.over-blog.org/article-5718533.html

 

(1957 à 1992) brandodean.over-blog.org/article-5718593.html

 

(1992 à 2007) brandodean.over-blog.org/article-5718818.html 

 

(Mars 2008 à ce jour) brandodean.over-blog.org/article-18082602.html  


Recherche

Texte Libre


Musique Classique - Opéra :

 
musiclassics.fr

radioclassique.fr

evene.fr

deezer.com/fr/music/maria-callas

deezer.com/fr/music/montserrat-caballé

deezer.com/fr/music/régine-crespin

deezer.com/fr/music/jessye-norman

deezer.com/fr/music/barbara-hendricks

deezer.com/fr/music/julia-migenes

deezer.com/fr/music/cécilia-bartoli

deezer.com/fr/music/natalie-dessay

deezer.com/fr/music/enrico-caruso

deezer.com/fr/music/luciano-pavarotti

deezer.com/fr/music/placido-domingo

deezer.com/fr/music/josé-carreras

deezer.com/fr/music/ruggero-raimondi

deezer.com/fr/music/roberto-alagna

deezer.com/fr/music/andrea-bocelli


Chansons Françaises et Etrangères :

deezer.com/fr/music/jacques-brel

deezer.com/fr/music/johnny-hallyday

deezer.com/fr/music/florent-pagny

deezer.com/fr/music/michel-sardou

deezer.com/fr/music/alain-bashung

deezer.com/fr/music/alain-souchon

deezer.com/fr/music/francis-cabrel

deezer.com/fr/music/daniel-balavoine

deezer.com/fr/music/mylene-farmer

.deezer.com/fr/music/Jean-louis-murat

deezer.com/fr/music/serge-gainsbourg

deezer.com/fr/music/etienne-daho

deezer.com/fr/music/juliette-greco

deezer.com/fr/music/charles-aznavour

deezer.com/fr/music/elvis-presley

deezer.com/fr/music/michael-jackson

deezer.com/fr/music/seal

deezer.com/fr/music/phil-collins

deezer.com/fr/music/sting

deezer.com/fr/music/elton-john

deezer.com/fr/music/prince

deezer.com/fr/music/georges-brassens

deezer.com/fr/music/eddy-mitchell

deezer.com/fr/music/gilbert-becaud

deezer.com/fr/music/edith-piaf

deezer.com/fr/music/patrick-bruel

deezer.com/fr/music/charles-trenet

deezer.com/fr/music/serge-lama

deezer.com/fr/music/daniel-guichard

deezer.com/fr/music/yves-simon

deezer.com/fr/music/francis-lalanne

deezer.com/fr/music/bob-dylan

deezer.com/fr/music/leonard-cohen

deezer.com/fr/music/joan-baez

deezer.com/fr/music/madonna

deezer.com/fr/music/claude-francois

deizer.com/fr/music/dalida

deezer.com/fr/music/michel-polnareff

deezer.com/fr/music/julio-iglesias

deezer.com/fr/music/celine-dion

deezer.com/fr/music/pascal-obispo

deezer.com/fr/music/yannick-noah

deezer.com/fr/music/christophe-willem

.deezer.com/fr/music/christophe-maé

deezer.com/fr/music/abba

deezer.com/fr/music/boney-m

deezer.com/fr/music/the-doors

deezer.com/fr/music/U2

deezer.com/fr/music/indochine

deezer.com/fr/music/the-beatles

deezer.com/fr/music/the-rolling-stones


Clips :

muzika.fr/clip/47463 Frank Sinatra

muzika.fr/clip/20885 Jean Ferrat

 
muzika.fr/clip/41954 Joe Cocker

muzika.fr/clip/51584 The Platters

muzika.fr/clip/18463 Renaud

muzika.fr/clip/19431 Jacques Dutronc

muzika.fr/clip/28079 Lionel Richie
 
muzika.fr/clip/48464 Tina Turner

muzika.fr/clip/22835 Jeanne Mas

muzika.fr/clip/51596 Erros Ramazzotti 

muzika.fr/clip/23966 Desireless

muzika.fr/clip/48940 Barry White

muzika.fr/clip/49235 Renan Luce

muzika.fr/clip/58832 Julien Doré

muzika.fr/clip/44811 Bob Marley

muzika.fr/clip/14192 Guy Béart

muzika.fr/clip/13583 Sylvie Vartan

muzika.fr/clip/39275 Nolween Leroy

muzika.fr/clip/36603 Raphaël

muzika.fr/clip/25553 Carla Bruni

muzika.fr/clip/31477 Marianne Faithfull

muzika.fr/clip/13000 Julien Clerc

muzika.fr/clip/23466 Gérald De Palmas

muzika.fr/clip/21314 Laurent Voulzy
  
muzika.fr/clip/62205 La Grande Sophie

muzika.fr/clip/49894 Nana Mouskouri

muzika.fr/clip/55939 Benjamin Biolay

muzika.fr/clip/36342 Lynda Lemay

muzika.fr/clip/28148 Jimmy Somerville

muzika.fr/clip/10409 Barbara

muzika.fr/clip/17079 Vanessa Paradis

muzika.fr/clip/14795 Georges Moustaki

muzika.fr/clip/20983 Jane Birkin

.muzika.fr/clip/39741 Mike Brant

muzika.fr/clip/14004 Philippe Cataldo

muzika.fr/clip/38485 Diams

muzika.fr/clip/43495 Patrick Hernandez

.muzika.fr/clip/39790 Faudel

muzika.fr/clip/62183 Grégoire

muzika.fr/clip/10019 Mano Solo

muzika.fr/clip/61251 Abd Al Malik

muzika.fr/clip/51079 Barbra Streisand

muzika.fr/clip/17691 Serge Reggiani

muzika.fr/clip/18782 Christophe

muzika.fr/clip/20482 Claude-Michel Schönberg

muzika.fr/clip/28394 Cock Robin

muzika.fr/clip/59417 Bénabar

muzika.fr/clip/27718 Rose

muzika.fr/clip/15987 Gérard Manset

muzika.fr/clip/55433 Chris Rea

muzika.fr/clip/53098 Mika

muzika.fr/clip/29375 Corneille

muzika.fr/clip/39010 Clémence 

20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 19:52

 

 

Récit de Roland Verkindère Historien Local

 

Au tournant du siècle Halluin va connaître, à côté de tensions sociales, une effervescence remarquée. L’application brutale dans la commune de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat et les inventaires « sacrilèges » qui s’en suivent déchaînent les passions.

 

Les luttes pour les salaires, le logement, la santé, l’école montent en puissance. La mécanisation aidant, les familles de tisserands-artisans, enfants compris se retrouvent de plus en plus au travail en usines pour d’interminables journées.

 

Halluin, au début du 20e siècle compte plus de 16000 habitants dont plus de 9000 étrangers (belges en grande majorité), étrangers sous haute surveillance et sous menace d’expulsion. Le flamand est parlé partout de l’atelier à l’usine. Il est à peine toléré à l’école dans la cour de récréation. Très souvent les dirigeants patronaux ne le maîtrisent pas.

 

Depuis 1866 et l’épidémie de choléra des changements sont intervenus. Fin du second Empire, guerre de 1870, Commune de Paris, IIIe République avec des lois scolaires prônant obligation, laïcité et gratuité, affaire Dreyfus, tension entre cléricaux et anticléricaux, sur le plan politique, le contexte s’est modifié.

 

« Halluin-la-Blanche » où la plupart des ouvriers n’ont pas le droit de vote, est plutôt royaliste et n’échappe pas à la surveillance préfectorale.

 

En matière économique et sociale, là aussi, des transformations profondes, usines et ouvroirs rassemblent ouvrier et ouvrières, tensions, grèves parfois violentes, parfois venues d’ailleurs. Télégraphe, téléphone, chemin de fer, gare, avenue de la gare avec constructions bourgeoises, châteaux de ville, place verte… Une cité industrielle est née.

 

60 % des Halluinois vont à la messe

 

1905. La commission de salubrité visite des maisons ouvrières dans la rue Frasez (actuelle rue Henri Barbusse). Devant l’absence de cabinets d’aisance, d’eau potable, de cours, le conseil municipal prescrit la fermeture des dites maisons.

 

Néanmoins à l’aube du 20e siècle, 60 % des Halluinois déclaraient se rendre à la messe dominicale. Tous Les soirs, à 22 h, la petite cloche de l’église sonnait la fermeture des estaminets. C’est dans ce contexte en effet que la loi de séparation des Eglises et de l’Etat entraîne de graves incidents à Halluin trois mois après sa promulgation en décembre 1905.

 

Les biens des paroisses et des communautés religieuses iront, après inventaire, à des associations culturelles, constituées par des laïcs ou à défaut à des établissements communaux d’assistance ou de bienfaisance. Déjà, lors de la discussion du projet de loi à la Chambre des députés et au Sénat, circulait, dans Halluin, une pétition hostile qui avait recueilli plus de 4500 signatures.

 

La position du Pape, condamnant la spoliation des biens ecclésiastiques, refusant la création d’associations culturelles qui échappaient à son autorité et à celles des évêques, cette position rejoint celle des fidèles surtout en ce pays fortement catholique.

 

Milices, échauffourées, armée réquisitionnée pour accélérer les opérations : cette atmosphère de guerre civile larvée prend à Halluin une intensité redoutable. Les incidents survenus à Saint-Hilaire et Saint-Alphonse sont illustrés par des cartes postales.

 

A la suite des ces évènements le maire, Pierre Defretin et ses deux adjoints sont suspendus de leurs fonctions. Le 12 mars 1906 hommage leur est rendu hors réunion officielle du Conseil municipal.  Démis de leurs fonctions ils seront cependant réélus en 1908.

 

Des solutions provisoires seront mises au point pour laisser aux fidèles l’accès à l’église. C’est à cette époque que le denier du culte est établi afin de pourvoir au traitement des prêtres.

 

En 1905-1906, Halluin souffre encore d’un double et triste record : mortalité de la population et mortalité infantile.

 

(Archives, N.E., 31/12/2006).

 

Liens :  Halluin - Histoire de 1850 à 2000 (1/11) Le choléra frappe la ville en 1866.

 

Halluin - Histoire de 1850 à 2000 (3/11) Halluin ville occupée en 1915.

 

Halluin - Histoire de 1850 à 2000 (4/11) C'était en 1925, "Halluin la Rouge"

 

Halluin - Histoire de 1850 à 2000 (5/11) Jardin public et Nid de mousse (1930 - 1935).

 

Halluin - Histoire de 1850 à 2000 (6/11) Halluin renaît après la libération en 1945.

 

Les Maires de la Ville d'Halluin... de 1789 à 1919.

 

Repost 0
Published by Brandodean - dans WEBLOGS
commenter cet article
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 19:45

 

 

Récit de Roland Verkindère Historien Local

 

Halluin  en 1866 compte 13 673 habitants dont près de 10 000 « étrangers », en fait des Flamands venus de communes proches situées de l’autre côté de la frontière. Un an plus tard, la population retombe à moins de 13 000 habitants.

 

En 1806, sous le Premier empire la ville comptait 2 500 habitants, 4 500 en 1846 à la veille de la Seconde république, 8 410 habitants en 1856 dans les premières années du règne de Napoléon III.

 

Afflux d’hommes et de femmes, d’hommes surtout à la recherche de travail. Cet afflux s’accélère vers 1850. De 1850 à 1870 en quinze ans la population a doublé, comme si de 1985 à 2000 nous étions passés de 17 000 habitants à 35 000 aujourd’hui.

 

En une demi-génération à peine, sans routes pavées, sans chemins empierrés, sans chemin de fer, sans assainissement urbain, un gros bourg rural est devenu une cité industrielle avec ses fabriques, ses maisons-ateliers (70 % du textile se travaille à domicile) avant même les premiers tissages mécaniques et la concentration des usines des années 1870-1900.

 

L’insalubrité est manifeste dans certains quartiers : rue de terre, sans trottoirs, sans caniveaux, sans eau courante, avec fosses d’aisance communes, puits et pompes collectives.

 

L’épidémie de choléra frappe en septembre-octobre 1866

 

Elle est présente à la même date à Mouscron (Belgique) et à Wazemmes (Nord). Et là aussi dans les quartiers les plus pauvres. Ses conséquences sont plus dramatiques encore qu’en 1832 ou 1848 compte tenu de la concentration de la population la plus démunie. Ces poches de pauvreté vont en effet se révéler meurtrières. Les registres conservés en mairie donnent des indications sur les décès enregistrés durant cette période.

 

En 1865 on en relève 521et 404 en 1867. En 1866, 770 décès. En octobre 1866, on enregitre quatre fois plus de décès que la moyenne mensuelle. C’est dans certaines ruelles et courées du « bourg (c’est ainsi que les édiles désignent le centre pour le distinguer du Mont et du Colbras) que les décès sont les plus nombreux et les conditions d’hygiène les plus désastreuses : rues du Forage, de la Montagne, de la Paix, courées de la rue du Château (Jean Jaurès) et de la Pannerie. La rue de la Gare n’est pas encore tracée et la gare elle-même pas construite.

 

Lors de la visite du préfet, avec médecin et inspecteur de la salubrité, les quartiers ouvriers où l’épidémie s’est déclarée sont passés en revue.

 

Des mesures immédiates sont prises pour traiter les eaux fangeuses et immondices. Mais également badigeonnage à la chaux de tous les édifices publics… En 1867, la population retombe à moins de 13 000 habitants. Il faudra attendre 30 ans avant que la population n’augmente de nouveau de manière sensible (15 800 en 1896) pour 16 600 en 1901.

 

Elle diminuera ensuite avec le reflux des Flamands dans les communes belges voisines, dont Menin, même si Halluin continue à attirer des frontaliers qui préfèrent résider en Belgique et travailler en France.

 

(Archives, N.E., 28/12/2006).

 

Liens  : Halluin - Histoire de 1850 à 2000 (2/11) Les inventaires 1905 - 1906.

 

Halluin - Histoire de 1850 à 2000 (3/11) Halluin ville occupée en 1915.

 

Halluin - Histoire de 1850 à 2000 (4/11) C'était en 1925, "Halluin la Rouge"

 

Halluin - Histoire de 1850 à 2000 (5/11) Jardin public et Nid de mousse (1930 - 1935).

 

Halluin - Histoire de 1850 à 2000 (6/11) Halluin renaît après la libération en 1945.

 

Les Maires de la Ville d'Halluin... de 1789 à 1919.

 

Repost 0
Published by Brandodean - dans WEBLOGS
commenter cet article
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 08:24

 

 

Autrefois au cours des veillées, les anciens racontaient leur enfance, leurs souvenirs. Les veillées ont disparu et les jeunes ne prennent plus forcément le temps de questionner les anciens.

 

Pour collecter ces paroles, l’association des Seniors halluinois, en collaboration avec Cinélys, a créé un comptoir de la mémoire :

 

« Notre but est de collecter des témoignages de la vie de tous les jours, tant que mles personnes âgées ont encore le goût et la force de raconter » précise Roland Verkindère, passionné d’histoire.

 

Au commencement…

 

En septembre 2003, les membres de l’association se disent prêts à se déplacer pour recueillir ces précieuses paroles, qui sont enregistrées ou filmées.

 

« Il suffit d’un évènement pour que des tas de souvenirs reviennent à la surface. Ce fut le cas avec la démolition de la brasserie Lejour, certaines personnes spontanément nous ont raconté leur passé ».

 

Le dimanche 21 septembre 2003, lors des Journées du patrimoine, l’association avait ouvert un premier comptoir. Trois personnes y sont venues raconter leurs souvenirs.

 

« C’est incroyable comme au travers de la vie quotidienne, on redécouvre un tas de choses… »

 

Ainsi lors des tables rondes avec des Halluinois sur l’histoire de la ville, organisées ce dimanche là, des petites histoires du quotidien ont souvent autant passionné que les grands évènements. Comme celle racontée par Roland Backelandt qui travaillait au tissage Glorieux :

 

« Un jour le patron décida de faire racheter aux ouvriers leurs malfaçons. Nous avons donc décidé de les revendre un peu moins cher pour ne pas perdre d’argent. Mais cela créa une véritable concurrence pour le patron, qui abandonna cette idée ».

 

(Archives, D.D., Presse).

 

Premières réunions en 2006

 

Sauvegarder la mémoire vivante au travers de témoignages, c’est l’idée émise par Roland Verkindère de l’Association des Seniors Halluinois. Des réunions seront organisées à l’estaminet du Moulin où celles et ceux qui le souhaitent pourront venir raconter leur histoire sur un thème choisi.

 

Roland Verkindère en connaît un rayon sur le passé de sa commune. Il est d’ailleurs chroniqueur du journal paroissial « La vie chez nous » où il remonte le temps à la manière d’un métronome. Il est actuellement calé sur l’année 1935 quand Gustave Desmettre était le maire d’Halluin. Epoque où l’on comptait 200 abonnés au téléphone contre plus de 5.000 aujourd’hui !

 

« L’idée est de faire parler les anciens mais aussi les plus jeunes sur un certain nombre de thèmes » insiste-t-il avec la faconde qu’on lui connaît. Car l’histoire, c’est un matériau des plus précieux. Et tout commence souvent sur un zinc, au café. « L’estaminet du Moulin mérite d’être davantage utilisé, c’est un lieu qui se prête bien à la conversation, donc c’est là-bas que seront organisées ces réunions », poursuit-il, le 1er thème abordé sera consacré aux cafés, bistrots, estaminets d’antan ».

 

Bonne pioche ! On recensait pas moins de 330 cafés et cabarets à Halluin en 1906 ; Dans la rue de la Paix où ils ont totalement disparu, on en comptait 10 ! « Dans le temps, la femme tenait le café en journée et l’homme en soirée, après son travail », reprend Roland Verkindère. Des femmes qui reviennent aujourd’hui derrière le comptoir comme « A la cloche » place de l’Abbé Bonpain, ou au « Longchamp », rue Marthe Nollet.

 

Durant ces réunions, les membres de Cinélys viendront filmer et enregistrer les témoignages. »Jean Delafosse qui a tenu « Le petit Baptiste » a accepté de venir comme sa femme. M. Gheysen qui a tenu le 1er PMU d’Halluin, ouvert en 1958 en lieu et place de l’actuel « Daniels » sera là également, on pourra vraiment faire quelque chose ».

 

Des thèmes divers et variés

 

Cette initiative est d’ailleurs soutenue par plusieurs associations halluinoises : gestion de l’estaminet et du vieux Moulin, le cercle généalogique et l’association de sauvegarde des chapelles, à la recherche du passé d’Halluin, association des seniors halluinois.

 

Roland Verkindère imagine très bien comment s’organiseront ces séances : un ou deux témoins se lanceront, la salle s’échauffera, les échanges s’organiseront sous la conduite d’un animateur, tout un chacun aura la possibilité de s’exprimer ou de goûter simplement le plaisir d’écouter. Pas de phrases « endimanchées », on raconte, on approuve, on complète, on conteste comme autrefois lors de veillées ou de pauses de travail ! ».

 

Et d’énoncer plusieurs thèmes possibles : naissances, baptêmes, communions, les fêtes familiales et collectives, les premiers congés payés, la vie au travail, la santé et le système de soins, le logement de l’enfance à la retraite, l’école, de la garderie aux cours du soir, les travaux des champs… ducasses, défilés et processions, les transports du temps jadis, mariages d’autrefois, des fiançailles aux noces d’or, etc. Bref, de quoi engranger des trésors d’anecdotes et d’éclats de vie.

 

Deux autres points d’organisation méritent d’être soulignés : une liste de questions ouvertes sera proposée à chaque foi pour déclencher l’expression et selon les thèmes abordés, pourra être sollicitée la présence d’un ou de plusieurs enfants d’âge scolaire ou de jeunes de la MJC et d’ailleurs.

 

On remarquera au passage qu’après 1939, rien n’a été formalisé quant à l’histoire d’Halluin. Une commune déjà très peuplée durant la dernière guerre (14 000 habitants) et dont la relance économique au lendemain des hostilités a été marquante.

 

Pour la 1ère réunion prévue le 20 janvier 2006, un covoiturage depuis la résidence Val de Lys vers l’estaminet du moulin est prévu.

 

(Archives, N.E., 6/1/2006).

 

Et maintenant en 2007 – 2008 – 2009… 

 

Tous les troisièmes vendredis du mois, dans un lieu privilégié, aménagé à l’ancienne, vous mettez un tiers d’Association des Séniors, un tiers des Amis du Moulin et un troisième tiers de Cinélys, auxquels vous ajoutez un quatrième tiers, si, si…

 

En la personne de l’animateur Roland Verkindère, qui assure à chaque séance, et quel que soit le thème évoqué, le lien entre les différents ingrédients.

 

Ajoutez parfois un peu de Généalogie, un peu De Kapelle ou de Recherche du passé d’Halluin, le tout additionné d’un fond de Ville d’Halluin pour la partie sonorisation, et vous obtiendrez une recette passionnante, la preuve en est que chaque séance regroupe plus d’une cinquantaine de personnes.

 

Les sujets évoqués portent sur des périodes définies : « La guerre 1939-1945 » par exemple, sur des phénomènes de société comme « Les estaminets », la culture locale « Les sociétés de musique », l’économie « L’évolution du textile ».

 

L’année 2007 s’est terminée sur « L’entraide depuis un siècle » et 2008 a commencé avec « La condition féminine à Halluin »…

 

Pour chaque séance, Roland Verkindère invite « des connaisseurs »  chargés de mettre en bouche le public et ensuite chacun peut apporter sa « part de gâteau »…ET on en apprend quelquefois de belles, mais comme il y a prescription… c’est l’humour qui l’emporte.

 

Pendant tout ce temps, les caméras de Cinélys filment et à 16 h 30 tout est « en conserve ».

 

Rappelons que l’on peut se procurer les DVD de chacune des séances auprès des associations mentionnées ci-dessus et que l’entrée y est libre.

 

(Archives, D.D., Presse).

 

Roland Verkindère, de l'Association des Seniors Halluinois rappelle que l'estaminet de la mémoire va changer de formule avec 3-4 séances dans l'année 2009 au lieu d'une par mois. « On va essayer de dédoubler ce rendez-vous avec une séance le dimanche matin de 10 h 30 à 11 h 30 », a-t-il annoncé. Prochain rendez-vous en avril 2009 avec une séance consacrée aux témoignages de celles et ceux qui ont travaillé dans des grandes entreprises halluinoises aujourd'hui disparues.

 
(Archives NE 23/1/2009).

 

Durant cette année 2010, sur ce blog, vous pourrez suivre une rétrospective des réunions organisées par l’estaminet de la mémoire depuis 2006. Cette rubrique sera intitulée : " La Mémoire Halluinoise". 

 

Repost 0
Published by Brandodean - dans WEBLOGS
commenter cet article
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 05:36

 

 

Son père, Bertrand avait immigré aux Etats-Unis, à l'âge de 9 ans. Aujourd'hui, Edmond-Jean Chombeau est venu tout droit de Californie avec son épouse pour revenir sur les traces de sa famille. Le cercle généalogique est remonté de manière sûre jusqu'au 17e siècle.

 

C'est en 1920 que le père de Edmond-Jean Chombeau, Bertrand, quitte la France pour les États-Unis. Il n'a alors que 9 ans et vit chez sa grand-mère. Ses propres parents avaient déjà immigré à quelques milliers de kilomètres de là. Avant guerre, alors que Bertrand n'avait encore que quelques mois.

16 avril 2010. Edmond-Jean et son épouse, Glenda sont reçus au cercle généalogique. 90 ans après le départ de son père, il revient sur les traces de sa famille, de son histoire. Et ne s'attend certainement pas aux surprises que lui ont concoctées les membres du cercle généalogique.

 

Un arbre généalogique de plus de deux mètres de long, faisant remonter les racines de la famille Chombeau jusqu'au XVIIe siècle. De manière sûre. Le travail effectué permettrait presque de remonter jusqu'au XIIIe siècle. Mais là, les généalogistes halluinois se montrent très prudents. En tout cas, ce sont 21 générations de la famille que peut contempler Edmond-Jean. 

 

Son père à Halluin en 1966

Halluin, Courtrai, Tourcoing, Bousbecque, Menin... les généalogistes n'ont pas lésiné sur leurs efforts pour remonter le fil de l'histoire de la famille Chombeau. Si les contacts remontent à un peu plus d'un an, tout s'est précipité il y a 6 semaines. Depuis, le généalogiste Jacques Beauprez n'a pas ménagé sa peine avec 2 autres personnes pour collecter toutes les informations.

 

Plus de 200 heures de travail pour cet arbre généalogique, mais aussi pour l'épais document remis au couple américain. « Ils viennent de Californie, on voulait vraiment faire quelque chose de bien, note Jacques Beauprez. En plus, ils avaient déjà pas mal d'informations ».

 

Dans ce recueil, les tables généalogiques les concernant, les copies des registres. On trouve aussi la photo de la maison natale de Bertrand Chombeau - cité Cornille - ainsi que son acte de naissance. « Mon père parlait beaucoup de la France et d'Halluin. Mais je n'ai pas appris le Français alors qu'il le parlait », explique celui qui a travaillé dans l'aéronautique.

 

Avant de montrer des photos de famille, les trois générations américaines des  Chombeau, lui, ses enfants et petits-enfants. De présenter aussi un article paru dans Nord éclair en 1966 présentant son père Bertrand, revenu à Halluin, 45 ans après son départ... On le voit jouer sur l'orgue de Saint-Hilaire. Il faut dire qu'il était musicien et professeur de piano.

Plus fort encore, il est apparu que 9 membres du cercle généalogique étaient des « cousins » et possédaient des ancêtres communs. La petite cérémonie en l'honneur des Américains, s'est presque trouvé être une petite réunion de famille. Le président, Jean-Pierre Polnecq, fait partie de ces cousins.Après son escapade halluinoise et un détour par Saint-Omer, le couple américain se rendra à Paris, où il rencontrera une cousine, Christiane Chombeau.

Pour Edmond-Jean et son épouse, le travail d'histoire et de filiation est très importante, et il était important pour eux de remonter le fil de l'histoire familiale. C'est avec une émotion non feinte que le couple américain a reçu les travaux réalisés par les membres du cercle généalogique.

 

(Archives, N.E., 16/4/2010).

 

Edmond Chombeau accueilli sur le sol halluinois…

 

Edmond avait presque les larmes aux yeux en découvrant le volumineux document ... retraçant plusieurs siècles de sa famille : « Je suis touché, c'est une superbe surprise et un merveilleux cadeau. » Edmond est un gamin d'Halluin qui n'a connu que la Californie. Son père est parti là-bas au début du XXe siècle, une époque où les États-Unis étaient friands de tisserands qualifiés comme l'était Bertrand Chombeau. Edmond reste chez ses grands-parents puis il part à son tour. Il n'a que quelques mois.

 

Aujourd'hui, c'est un homme de 72 ans qui, après une carrière dans l'aérospatiale, cherche son passé en compagnie de son épouse Glenda. Il y a quelques semaines, Étienne Dhalluin est au courant qu'Edmond va venir consulter les archives halluinoises. C'est alors une formidable machine qui se met en route.

 

Jacques Beauprez, qui conserve un anglais correct, se plonge dans l'arbre généalogique de la famille Chombeau : « J'ai passé plus de 120 heures de travail et j'ai reçu de l'aide pour remonter jusqu'en 1669, soit douze générations. Nous avons trouvé neuf membres du Cercle généalogique qui sont cousins avec lui. » Et certains étaient présents jeudi au cours de la réception en l'honneur du couple Chombeau. Comme en 1966 quand son père était revenu à Halluin quarante-cinq années après son départ.

 

« Nous sommes les seuls à porter le nom de Chombeau aux États-Unis, explique Edmond, c'est donc très compliqué pour les recherches. Nous devions donc venir en France et c'est très émouvant de revoir la maison de mon père à l'ancienne cité Cornil et là où mes ancêtres ont habité ».

 

Si Jacques Beauprez a passé autant d'heures à travailler sur cette famille, c'est pour ne pas offrir « un petit truc riquiqui ». C'est également une manière de montrer l'importance du Cercle généalogique présidé par Jean-Pierre Polnecq. Depuis 2001, il cherche le passé des hommes et des femmes, disposant aujourd'hui de 100 000 fiches pour aider ceux, à l'image d'Edmond, en quête de leur racine.

 

Cercle généalogique : Permanence chaque mardi de 15 h à 19 h au local au-dessus du commissariat 178, rue de Lille à Halluin

 

(Archives, VdN, 17/4/2010).

 

LIENS :   Le Cercle Généalogique de la Vallée de la Lys et du Ferrain.

 

Le Textile et son Evolution Halluinoise... Conférence et Exposition : Octobre 2009.

 

La Guerre 1914 - 1918 - Halluin (75) Conférence et Exposition en 2008 à Halluin, sur la Grande Guerre.

 

Les Mérites associatifs ou la reconnaissance des engagements associatifs. 

   

Repost 0
Published by Brandodean - dans WEBLOGS
commenter cet article
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 20:16

 

 

L'ancien garage de l'Europe, abandonné depuis plusieurs mois, va retrouver une activité. François Legrand et sa femme Sandrine, vont créer leurs emplois en offrant à la commune son premier centre de contrôle technique. Trois bonnes raisons de se réjouir.

En faisant le tour du propriétaire, au 2 bis, rue des Prés, l'enthousiasme de François et Sandrine est palpable. Celui de leur fils Paul est débordant. « On n'a pas encore débuté l'activité mais notre fils est déjà prêt à reprendre le flambeau », s'amuse François Legrand.

 

En acquérant le bâtiment de 316 m² pour en faire un centre de contrôle technique, le couple se lance dans une nouvelle aventure. « Nous allons travailler ensemble, mon épouse et moi. Elle, à la réception moi, aux contrôles », explique F. Legrand.

 

L'idée a émergé en 2006 dans l'esprit de François. À 43 ans, après 22 ans de travail comme mécanicien automobile, il se blesse au bras et doit cesser son activité. « J'ai suivi une formation pour être contrôleur technique et j'ai vite eu envie de m'installer à mon compte si j'obtenais mon diplôme . » Lorsque sa femme perd son travail dans la restauration, le projet de collaboration s'impose.

 

Pour les Halluinois, c'est aussi la naissance d'un nouveau service près de chez eux. Jusqu'à présent, pour un contrôle technique de leur véhicule, ils étaient obligés d'aller à Neuville, Tourcoing ou Wervicq.

 

Dans quelques jours, les nouveaux entrepreneurs signent leur bail. Après un an passé dans la paperasse, ils devraient se plonger quelques semaines dans les travaux, avec l'espoir d'accueillir leurs premiers clients au mois de juin. « Nous allons créer un sas, monter un mur pour avoir une salle d'attente, prévoit Delphine. On veut que les gens soient bien accueillis. En venant, ils savent qu'ils doivent débourser de l'argent. Il faut que ce soit leur seul désagrément. »

 

Situé non loin de la place de Gaulle, au croisement des rues Simono et Zola, le local est bien placé. Il est suffisamment grand pour débuter, mais le couple s'attend déjà à accueillir un salarié... En attendant, ce sont les artisans du secteur qui vont avoir du travail pour aménager le centre « Legrand Contrôle », attaché au réseau Autovision. « Nous voulons faire travailler les artisans halluinois. C'est logique, à partir du moment où l'on habite la commune depuis des années et qu'on y crée notre entreprise ».

 

(Archives, VdN, 10/4/2010). 

 

Attention ! Le centre a changé d’adresse et de nom :

 

Il est toujours situé à Halluin , mais au 2, rue du Tissage, sous le nom JMB Automobile Tél : 03 20 23 90 00.

 

(VdN, 2/5/2010).

 

François Legrand, mécano pour la vie.

                     

François Legrand a été contraint de renoncer à une belle carrière dans la mécanique poids-lourd après une grave chute dont il porte les séquelles. Il s'est formé au métier de contrôleur technique auto pendant un an et ouvrira son centre en septembre 2010, rue des Prés.

Du courage plein les cylindres et une bonhomie toute vraie ce François Legrand. Son visage vous est peut-être familier. Dans la vie, ce passionné de mécanique préside aussi aux destinées du collectif de la Rouge-Porte. Natif de Lille, il a grandi à Tourcoing et s'est installé à Halluin il y a une vingtaine d'années avec Delphine, son épouse, qui travaillera bientôt au côté de son mari.

Titulaire d'un CAP de mécanique moto, François Legrand a démarré « petit », comme il dit, chez un garagiste du Brun Pain à Tourcoing, TVP. Sa première école ferme malheureusement trop vite ses portes. Après plusieurs intérims ici et là, François Legrand postule dans une maison de transports. « J'avais entendu dire qu'ils recherchaient un mécanicien poids-lourds. J'y suis allé au culot. »

 

Passer du cyclomoteur au bahut de 40 tonnes, ça ne s'improvise pas. Dans la carrière d'un mécano, c'est un peu le rêve. « C'est un univers passionnant. J'ai travaillé pour plusieurs entreprises avant de devenir chef d'équipe chez Scania », poursuit-il.

 

Mais un beau jour, un banal accident domestique brise la carrière de François Legrand. Une méchante chute dans sa baignoire lui vaut un sérieux traumatisme crânien qui touchera son système nerveux. « Un accident tout bête qui m'a privé en partie de la motricité de mon bras droit. J'ai dit adieu aux poids-lourds. »

 

De l'éprouvante période de convalescence, il n'a gardé que le soutien et le réconfort de son épouse : « Sans elle, je n'en serai pas là aujourd'hui » confie-t-il. François Legrand se met en quête d'une formation adaptée à son handicap : « Je ne me voyais pas rester enfermé toute la journée derrière un bureau. »

 

François sait qu'il ne mettra plus les mains dans un moteur, mais la mécanique c'est pour la vie. Il se lance dans une formation de contrôleur technique au Centre lillois de rééducation professionnelle. Une formation d'un an durant laquelle il nourrit son défi : ouvrir son propre centre de contrôle technique.

Une activité très réglementée

Sa petite revanche sur la vie a pris forme rue des Prés, à deux pas du centre. François Legrand a remis à neuf un local de 300 m² pour y installer ses activités. Il a investi 100 000 euros dans les travaux et le matériel technique. Legrand contrôle devrait ouvrir ses portes à la rentrée.

 

 Les procédures d'agrément, sous le contrôle de l'État, sont très longues pour cette activité très réglementée. « Il faut une sacrée dose de persévérance... Je suis impatient d'ouvrir, les clients attendent eux aussi. » Dans le secteur, les centres les plus proches se trouvent à Roncq et à Neuville.


En attendant l'ouverture, Ange -un garçon aussi marquant que son prénom- aide papa à se dépatouiller dans les cartons. Futur mécano ? Du tout. À 15 ans, Ange est jeune sapeur-pompier à Halluin et entend faire carrière. Legrand Contrôle : 03 20 11 30 86.

 

(Archives, N.E., 11/8/2010).

 

 

Repost 0
Published by Brandodean - dans WEBLOGS
commenter cet article
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 07:38

 

 

En 2007, dans la salle du Manège à Halluin, l'association de claquettes irlandaises Irish Tap Dancers,en collaboration avec les parents d'élèves de l'école de musique, avait donné un aperçu de son savoir-faire, en compagnie de l'Harmonie municipale, du groupe de percussions Ipercool et de l'orchestre des Blacks Berry Boys.

 

Le jour de cette saint-Patrick un peu spéciale, le public halluinois découvrait avec étonnement la claquette irlandaise et les prouesses de ses danseuses.Depuis cette date, la troupe a participé à la fête de la musique, au Téléthon et effectué des démonstrations dans les maisons de retraites.Mais ce n'est pas tout. D'autres projets sont dans les tuyaux. L'association prévoit pour l'année 2011 l'organisation d'un spectacle multidanse en deux parties avec la collaboration d'autres petites structures locales.

 

« La représentation donnera un aperçu d'une grande partie des danses du monde. J'espère donc être contactée par les associations de danses qui désirent participer au projet. Nous sommes actuellement à la recherche de danseuses et danseurs pour étoffer la troupe, nous acceptons tous les niveaux et assurons une formation aux volontaires, nous avons le temps de leur inculquer de bonnes bases. L'ambiance est bonne autour d'un noyau dur, nous sommes là pour nous détendre et nous faire plaisir », assure Stéphanie Janssens, la présidente.

 

En ce qui concerne les cours, Marion Desmarchelier, qui est danseuse dans la troupe parisienne de Thierry Marconi, assure une fois par mois un cours de deux heures et demie et donne le programme des danses par Internet. D'autre part, l'association se retrouve tous les jeudis soir, de 19 h 15 à 21 heures, pour travailler. « Nous sommes actuellement une douzaine de danseuses et danseurs opérationnels ».

 

Alors, si vous désirez chausser vos hard shoes, pour entrer dans la danse, les termes jigs, reel, set , hornpipe ou les ceilis, set dancing, dream dancing et figure team dancing n'auront alors plus de secret pour vous. • Inscriptions au 03 20 46 73 84 ou sur place, le jeudi soir, à la salle Wancquet rue du Stade à Halluin, à partir de 19 h 15.

 

(Archives, VdN, 14/4/2010).

 

LIENS :  L'Association Halluinoise "The Dancing Cow-Boys " Fête ses 10 Ans.

 

Le Trek'n-Folk Festival 2010 à Halluin et Menin (B).

 

"Les Amis du Cabaret"... Une Troupe Halluinoise du Rire aux Paillettes !  

 

Repost 0
Published by Brandodean - dans WEBLOGS
commenter cet article
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 07:09

 

 

Samedi soir 9 avril, salle Faidherbe, Alicia Murteira, Halluinoise de 19 ans a séduit le jury de miss Vallée de la Lys 2010. Récit d'une soirée à travers les témoignages et impressions des mamans, des coaches, des coiffeuses et des miss.

 

Nous sommes dans les coulisses, cinq minutes avant le concours. Les douze miss papotent, paniquent et potassent. Elles viennent de découvrir la liste de douze questions susceptibles d'être posées. Inquiétudes. Les thèmes sont classiques, mais l'épreuve est redoutée.
 

« Je suis stressée quand je vois les questions... », glisse Alicia, la feuille à la main. « Toutes les questions me font peur », confie Cindy en jetant un bref coup d'oeil sur les deux cents spectateurs.Il reste une minute à la candidate pour peaufiner son discours. Côté public, on appréhende aussi. Peut-être plus que les reines de beauté. « Je suis plus stressée qu'elle », certifie la maman de Priscilla, miss aux jolis yeux bleus. « C'est la plus jolie, elle va gagner ! », ajoute avec enthousiasme sa petite soeur.

 

20h05, Lucile, 20 ans, est la première à se frotter aux lumières de la salle Faidherbe. Ses onze copines qui patientent en coulisse, l'écoutent. La question tombe. « Que représente l'argent ? », interroge la présentatrice. « Mince, elle ne voulait surtout pas tomber sur cette question », chuchote une candidate en coulisse. « Que signifie pour vous le mot solidarité ? », « Quelle est la clé du bonheur ? »... chaque miss a droit à sa question.

 

Pas évident de parler devant une salle comble. Quelques hésitations et maladresses, mais pas de blancs. Vient le tour de Chloé, la benjamine de seize ans. « Quel est pour vous l'homme idéal ? », lui demande-t-on. « Pour moi, il n'existe pas », répond du tac au tac l'Halluinoise.

 

Xavier Dewidehem, membre du jury, sourit. Le directeur général du syndicat Lys-Nord-métropole, confidentialité oblige, a été prévenu de sa participation à l'événement « le matin même ». Chez les miss, après ce premier examen réussi, la pression est retombée d'un cran. L'heure est maintenant aux défilés et aux chorégraphies. En tenue de ville d'abord, puis en sportive, en maillot de bain et en robe de princesse pour clôturer le bal.

Le chignon en quinze minutes

Dans les vestiaires les petites mains des coiffeuses de Fashion Hairstyle (salon de coiffure d'Halluin), s'activent. « Pour les douze chignons, on a quinze minutes, pas plus », glisse l'une d'entre elle. Les miss changent de vêtement à vitesse grand V, se maquillent et se remémorent les pas. Pas le temps de souffler. Dans cette course contre la montre, elles sont accompagnées, entre autres, par Audrey Danz (miss Vallée de la Lys en 2002) et Jessie Deleu (première dauphine en 2003). « Faites le vide », leur conseille cette dernière, rodée aux podiums et aux paillettes. « Le secret ? c'est l'esprit d'équipe », souligne-t-elle. « Les liens se créent, confirme Audrey Danz. D'ailleurs, si on me demande une gagnante, je ne peux pas les départager, je les apprécie toutes ».

 

Mais sur le podium, il n'y a qu'une place. Et c'est la pétillante Alicia Murteira qui va tirer son épingle du jeu, séduisant le jury par sa prestance. Âgée de 19 ans, l'Halluinoise était venue avec sa famille qui n'a pas manqué d'applaudir chaque apparition de cette étudiante qui se destine au métier d'infirmière.

 

Sa première dauphine, Pauline Strobbe est elle aussi halluinoise et prépare un BTS banque. Émeline Vahe, Marcquoise et déjà candidate en 2008 monte sur la troisième marche d'un bien joli podium.

 

(Archives, N.E., 12/4/2010).

 

 

LIENS :  miss-vallee-de-la-lys.org/2006/index.htm (Elections : Photos et Podiums depuis 1997, pas d'élection en 2009). 

 

 tf1.fr/miss-france/.  (Site officiel de l'émission Miss France).

 

damien.nougarede.free.fr/  (Site officiel Comité Miss France).

 

wikipedia.org/wiki/Miss_France.  (Historique).  

 

 

Alicia au pays des rêves

 

Samedi dernier, Alicia Murteira, 19 ans remportait le titre de Miss Vallée de la Lys 2010. Depuis, la nouvelle reine de beauté vit un rêve éveillé. Rencontre avec l'Halluinoise qui ne s'attendait pas à remporter le concours de beauté.

 

Alicia le promet. Samedi dernier, quand les deux dauphines, Pauline Strobbe et Émeline Vahe ont été annoncées, elle ne pensait pas être la grande gagnante de la soirée. Sa maman et première supportrice non plus. Envahie par l'émotion et la surprise, cette dernière avoue avoir versé quelques larmes en voyant sa fille décrocher en beauté la première place. « Je pars toujours perdante, ajoute Alicia. Quand j'ai été appelée, je ne m'y attendais pas, j'étais déjà tellement contente pour Pauline et Émeline ».

 

Elle est comme ça la nouvelle miss Vallée de la Lys : plus là pour les copines que pour la compétition. « Je fais ça pour le plaisir », témoigne l'Halluinoise, aussi à l'aise sur les podiums sous les projecteurs que dans une crèche auprès des enfants. En formation d'auxiliaire puéricultrice, celle qui a trois frères veut devenir éducatrice de jeunes enfants.

 

Un projet mûri au fil de ses multiples expériences, au CLSH ou encore lors d'un stage en pédiatrie où elle a été confrontée à la détresse d'enfants malades. Des rencontres marquantes. « C'était difficile, se souvient-elle. Mais j'ai remarqué que ces enfants avaient plus de mental, étaient beaucoup plus solides que nous ». En maternité, elle confie « avoir vécu son plus beau stage » et repense avec douceur « aux bains donnés à des nouveau-nés ».

 

Loin de ses moments privilégiés avec les jeunes, celle qui est titulaire du BAFA est aussi une habituée des concours de beauté. Miss Vallée de la Lys 2010 était son huitième. La personne qui l'a convaincue de se lancer n'est autre que le premier magistrat de la commune : Jean-Luc Deroo. Spectatrice il y a quelques années, elle explique : « le maire m'a encouragée, il m'a dit qu'il fallait que je tente ma chance ».

 

Avec la réussite qu'on lui connaît aujourd'hui. De quoi avoir envie d'aller plus loin ? « J'ai hâte de participer aux différentes manifestations et de représenter la Vallée de la Lys, glisse-t-elle. Mais je n'ai pas pour ambition de devenir mannequin ». Et d'ajouter lucide : « pour Miss Flandre, il faut mesurer 1m72, je mesure 1m68, les portes se ferment là ». Son coeur est lui grand ouvert pour la belle année qui l'attend.

 

(Archives, N.E., 17/4/2010).  

 

Repost 0
Published by Brandodean - dans WEBLOGS
commenter cet article
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 07:15

 

 

Agnès Lecomte ou Sœur Marie-Louise a eu 100 ans le 21 janvier 2010. Native d’Halluin, on l’y a honorée comme à la Maison Mère des Filles de la Sagesse à Saint-Laurent-sur- Sèvre en Vendée où elle vit et a tant de relations.

 

Née le 21 janvier 1910, Agnès Lecomte connaît les difficultés de la guerre 14-18 : un père soldat, une maison occupée. A 19 ans, elle veut devenir religieuse chez les Sœurs de la Sagesse. Cela l’amène à Saint-Laurent-sur-Sèvre (Vendée).

 

Des années de cheminement, les premiers vœux en 1931, l’engagement perpétuel en 1936. Aujourd’hui encore, elle se rappelle sa première arrivée, à 20 heures, après un long voyage sur des banquettes de bois.

 

Sœur Marie-Louise passe quatre ans à La Châtaigneraie, avec une classe de maternelle, frappée par l’existence locale de deux camps, républicain et royaliste. Elle y noue  des liens assez puissants pour qu’elle revienne soixante ans plus tard, à l’initiative de Bernard, un ancien élève.

 

Infirmière pendant la guerre 39-45, à Saint-Laurent et à Cambrai, elle accueille des 3-18 ans à l’orphelinat de Wavrin de 1946 à 1964. Elle travaille à Roubaix, à Orléans et à Tourcoing, jusqu’en 1999, ayant fêté soixante ans de vie religieuse à Saint-Alphonse, en 1991.

 

Elle rejoint alors la maison mère de Saint-Laurent où elle garde contact avec sa famille et ses amis, tout en jouant au scrabble avec sœur Geneviève.

 

(Archives, "La vie chez nous", Avril 2010 ). 

 

 

LIENS :  Désiré Dubois... Le Doyen des Halluinois, Disparu dans sa 106ème Année !


Delphine Duvoskeld-Destailleur ou la première centenaire halluinoise.

Marie Speckaert et Julienne Verhas : 204 ans de longévité halluinoise !

L'Halluinoise Marie-Madeleine Fremaux Leconte... un siècle de vie.

L'Halluinois Félix Van Moerbeke, Chevalier de l'Ordre National du Mérite, est décédé dans sa 100ème année...

Bertha Dhaene et Julien Lagae : Une histoire d'amour de 77 ans !

Trois frères, Trois artistes : Achille, Augustin et Paul Grimonpont.

L'Halluinoise Célina Degryse..., l'éternelle joie de vivre, a rejoint Robert "son" artiste peintre.

Jeanne et Léon Saint-Venant ou toute une vie associative halluinoise.

Marie-Antoinette Delafosse Danset nous a quittés.

L'Halluinois Jean Carissimo-Desurmont s'en est allé...

François Boron, Fondateur du Judo Club Halluinois, est décédé.

L "Eternel" Coiffeur Halluinois Roger Vandecasteele nous a Quittés...

L'Association des Seniors Halluinois - Historique.
 

Repost 0
Published by Brandodean - dans WEBLOGS
commenter cet article
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 07:25

 

 

Survivants et responsables politiques ont salué dimanche 11 avril 2010, au cours d'une cérémonie, le 65e anniversaire de la libération du camp de concentration de Buchenwald (centre de l'Allemagne).

 

"La plupart des mes camarades sont morts, ils ne sont plus avec nous", a déclaré Günther Pappenheim, 84 ans, l'un des quelque 90 survivants qui ont assisté à la cérémonie.

"Mais nous avons un grand voeu, une grande requête, que le souvenir des victimes de la terreur fasciste, que les camarades qui ont perdu leur vie à Buchenwald, vivent dans nos coeur... et qu'ils ne soient jamais oubliées".

Buchenwald n'est pas, à proprement parler, un camp d'extermination -- ils étaient tous situés dans les territoires d'Europe de l'est occupés, à l'instar d'Auschwitz en Pologne -- mais il a été le théâtre d'immenses souffrances. 

56.000 personnes environ y sont mortes

On estime que 56.000 personnes environ, en provenance de toute l'Europe, y sont mortes entre 1937 et 1945, dans des conditions atroces, allant de l'épuisement par le travail à la famine, en passant par les expériences médicales, ou les exécutions sommaires, comme ces 8.000 soldats russes tués d'une balle dans la nuque.

Vers la fin de la deuxième guerre mondiale, les "marches de la mort" des détenus envoyés vers l'est, en direction des chambres à gaz, ont aussi causé de nombreuses pertes.

Près de 250.000 personnes ont séjourné à Buchenwald et dans ses 136 camps satellites pendant cette période, contraints de participer à l'effort de guerre nazi dans des usines.

Juifs, Roms, homosexuels, Témoins de Jéhovah, opposants déclarés ou supposés d'Hitler venant de France, d'Ukraine, de Pologne, ou des Pays-Bas, s'y mêlaient.

Parmi les détenus français connus figurent les présidents du conseil Edouard Daladier, Paul Reynaud et Léon Blum.

Le 11 avril 1945, la 6e division blindée de la troisième armée américaine est arrivée à Buchenwald. Elle y a trouvé 21.000 détenus dans un état de terrible maigreur et 900 mineurs, dont le plus jeune avait 4 ans.

Après l'armistice, la police secrète soviétique, le NKVD, a réoccupé le camp jusqu'en 1950, pour y emprisonner 28.500 personnes, dont plus de 7.100 moururent à cause des conditions inhumaines qui y régnaient. Leurs corps ont été jetés dans des fosses communes.

(Nouvelobs.com avec AFP 12/4/2010).

LIENS :  wikipedia.org/wiki/Buchenwald

La Libération de Buchenwald :  http://www.convois45.org/liberation_buchenwald.htm.

dailymotion.com/video/x4fs8u_liberation-buchenwald-par-les-usa  Film couleurs exceptionnel.

L'Histoire de la Déportation :  http://clioweb.free.fr/camps/deportes.htm

 

Le Bilan de la Déportation en France :  http://www.memoire-net.org/article.
 

http://www.judaicultures.info/Visite-du-site-de-Dachau.html  

 

La Libération de Dachau :  http://clioweb.free.fr/camps/deportes.htm#camps

 

La Libération des Camps :   http://pagesperso-orange.fr/d-d.natanson/liberation_camps.htm
 

Le 8 Mai 1945 : Fin de la Guerre en Europe.

 

Auschwitz - Birkenau (Pologne)... La Libération du Camp, il y a 65 ans, le 27 Janvier 1945 - 2010.

 

Hommage à Maurice Druon Co-Auteur du "Chant des Partisans".

La Guerre 1939 - 1945 - Halluin (16) Le Chant des Partisans.

La Guerre 1939 - 1945 - Halluin (18) Discours par André Malraux , le 19 décembre 1964, lors du transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon.

La Guerre 1939 - 1945 - Halluin (19) Pierre Hachin résistant, torturé, déporté et bâtisseur de Paix. 

 

La Guerre 1939 - 1945 - Halluin (21) Pierre Desmedt dernier résistant halluinois déporté 1914 - 2005.

 

Le "Square Pierre Desmedt (1914 - 2005), Aux Déportés Halluinois".


La Guerre 1939 - 1945 - Halluin (37) La médaille des déportés, à titre posthume, pour Emile Persyn militant communiste et résistant.

 

Le Conseil National de la Résistance fête ses 65 ans.

 

Historique du Monument aux Morts d'Halluin (Nord).

 

Les Lieux Halluinois de Recueillement. 

 

Jumelage Halluin - Oer-Erkenschwick (Allemagne) : Signature de la Charte le 4 Octobre 1969 (1/4).

 

Jumelage Oer-Erkenschwick (Allemagne) - Halluin : Signature de la Charte le 25 Octobre 1969 (2/4).

 

Jumelage Halluin - Oer-Erkenschwick (Allemagne) : une Amitié de 40 ans (3/4).

 

Halluin - Oer-Erkenschwick (Allemagne) 1969 - 2009, ou le 40ème Anniversaire du Jumelage... Rétrospective (4/4).   

 

Repost 0
Published by Brandodean - dans WEBLOGS
commenter cet article
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 06:53

 

 

Dans notre ville, il existe certaines personnes originales et qui ne s’en cachent pas ; il y a aussi des gens qui occupent une place importante et qui sont connus de tous ; et puis il y a de simples Halluinois qui ne font pas parler d’eux parce que  leur vie est… quotidienne.

 

Parmi cette dernière catégorie, la plus nombreuse, il en est qui créent une œuvre importante pour eux. Cette œuvre pourrait devenir publique, mais la modestie, la discrétion l’emportent, et trop souvent « l’œuvre » reste enfouie au fond de la mémoire ou reste cachée dans un carton.

 

En 1982, la presse locale apprit incidemment qu’un Halluinois, retraité de son état, avait écrit un livre autobiographique sur une période bien précise de sa vie. Peu de gens  pouvaient imaginer que ce sympathique septuagénaire Eugène Le Garrec, pourrait un jour obtenir des lettres de noblesse dans cet art que l’on nomme la littérature.

 

Voici le récit de cette rencontre en Août 1982

 

Une petite maison simple et coquette dans un quartier calme, au milieu de chaumières toutes semblables, c’est là que vit M. Eugène Le Garrec alias Jean-Paul Cergal. Son nom d’auteur est composé de l’anagramme de son nom véritable.

 

M. Eugène Legarrec nous a reçu très gentiment dans son salon et là, très facilement, il répondit à nos questions, évoquant avec une mémoire précise les sombres évènements de son enfance pénible.

 

Des débuts difficiles

 

Son livre porte un titre évocateur « Parce que j’étais de l’assistance ». Un volume de plus de 400 pages, découpé en 82 récits tous authentiques qui rendent compte de 14 années de sa vie entre 1911 et 1926.

 

C’est avec encore de l’émotion dans la voix que Eugène Le Garrec nous expose brièvement les grandes lignes de son ouvrage.

 

« Quand vous est venue l’idée d’écrire ce récit ? ».

 

« Il faut tout d’abord que je vous dise comment je suis arrivé à l’assistance. J’étais le plus jeune d’une famille de cinq enfants. Je n’ai jamais connu ma mère car elle est morte alors que j’étais tout petit. Mon père est décédé quelques mois plus tard.

 

Personne ne pouvait s’occuper de moi. Je suis donc entré à l’assistance à l’âge de 6 ans pour en sortir à 21 ans, la majorité à l’époque. Pendant cette dure période, j’ai vécu des choses incroyables. J’avais lu le livre d’Hector Malot « sans famille » et vers l’âge de 14 ans, je me suis dit que moi aussi j’écrirai un jour tout ce que j’avais vécu.

 

J’ai toujours été très bon en rédaction et cette idée d’écrire cette période de ma vie m’a aidé à supporter les souffrances ». A n’en pas douter ce Breton possède une volonté et un courage capables de soulever les montagnes.

 

Un travail de longue haleine

 

Cet homme aux yeux pétillants, aux cheveux argentés qui est assis là paisiblement dans son fauteuil, parle après plus de cinquante années de façon précise et dans les moindres détails de ce que l’on pourrait appeler son calvaire.

 

Pas de haine, ni de rancœur mal placés dans son récit, mais plutôt une sorte de délivrance visible pour ses proches ou ceux qui l’écoutent.

 

Quand avez-vous commencé à écrire ces mémoires ? ».

 

« Comme je vous l’ai dit cette idée germait depuis longtemps. J’avais commencé à écrire un ou deux récits, quand en 1953, dans un journal appelé « Le monde ouvrier », je vois un concours littéraire ouvert à tous. J’envoie un de ces récits intitulé « La musette » (qui d’ailleurs se trouve dans mon livre). Le mois passe et qu’elle ne fut pas ma surprise en voyant mon récit publié et obtenir le second prix ».

 

Dès lors Eugène Le Garrec, commença un travail qui lui prit tous ses instants de liberté  et écrivit trois volumes d’une écriture fine et déliée. Plus tard, il tape à la machine toutes ses notes et apporta corrections et améliorations à son ouvrage. Toutes ces notes ont été écrites de mémoire, à ses heures perdues. Un travail de longue haleine qui mit plus de 20 ans à porter ses fruits.

 

Avant d’expliquer la merveilleuse aventure qui permit de voir ses écrits publiés dans une célèbre maison d’édition, revenons un peu sur la vie d’Eugène Le Garrec ; plus précisément au moment où il parvient à se sortir de son cauchemar.

 

La fin d’un long tunnel

 

Après avoir vécu plus de neuf années dans différentes fermes en Bretagne, après avoir subi de nombreux sévices corporels psychologiques, l’heure de la majorité arrive. Pour Lui, deux solutions : passer devant le conseil de révision, espérer faire son service militaire, ou comme malheureusement beaucoup de ses compagnons d’infortune, mener une vie aventureuse au risque de « mal finir ».

 

La première des solutions fut celle qui réussit. Après un an de cavalerie à Pontoise de 1924 à 1925, puis l’exercice d’un tas de petits métiers pendant trois ans, il put entrer dans la gendarmerie en 1928. A partir de là commence une vie normale et équilibrée pour Eugène Le  garrec.

 

Il ira un peu partout en France et passera quelques temps à Attas et à Aire-sur-la-Lys. Il monta très vite en grade pour terminer adjudant-chef de gendarmerie en 1946. C’est à partir de cette date que commencera sa vie d’Halluinois, entouré de son épouse et de ses quatre enfants. A partir de ce moment, il fut aide-comptable dans une entreprise d’Halluin.

 

Consécration et récompenses

 

Mais depuis quelques années, les manuscrits restaient là, Eugène Le Garrec les regardait bien de temps en temps. Pour lui, il avait terminé : il avait écrit tout ce qu’il voulait dire depuis longtemps.

 

Seuls sa femme, ses enfants, petits-enfants et amis intimes connaissaient l’incroyable et révoltante histoire d’Eugène Le Garrec. C’est alors que sa femme, une petite bonne femme fluette, mais débordant d’énergie, le pousse à envoyer son manuscrit à différentes maisons d’édition.

 

Nous le savons tous, il est très difficile de faire paraître un livre lorsqu’on est inconnu. Des milliers de livres s’empilent et attendent impatiemment le verdict et du comité de lecture, et rares sont ces manuscrits qui se retrouveront un jour sous la forme de feuillets reliés.

 

Eugène Le Garrec a donc envoyé « Parce que j’étais de l’assistance » un peu partout. L’optimisme, qui est la force de cet auteur, s’est trouvé une nouvelle fois récompensé. En 1982, son ouvrage tiré à 3.000 exemplaires est disponible sur commande dans les librairies.

 

Eugène Le Garrec est un homme heureux. On commence à parler de lui sur les ondes nationales. Ainsi un commentateur d’une station de radio connue disait de lui : « Si Jean-Paul Cergal, avait pu faire des études, il aurait été un grand écrivain ». Mais même si Jean-Paul Cergal n’a pas fait d’études, nous qui avons lu son livre pouvons vous assurez que son style est bon, clair, facile à saisir. La simplicité dans l’écriture est toujours une qualité.

 

L’optimisme, une valeur sûre

 

Dernièrement, il est allé à Paris pour dédicacer son livre et il a été proposé pour le prix Moncey, prix littéraire décerné par la direction de la gendarmerie.

 

Jean-Paul Cergal ou Eugène Le Garrec donne à ses lecteurs une leçon de courage et d’optimisme, deux valeurs qui sont la clé d’une vie gagnée sur l’adversité.

 

Pour conclure, nous nous permettons de retranscrire la dédicace que Jean-Paul Cergal a écrit dans la page de garde de son livre. Celle-ci venant confirmer ce que nous avons découvert en rencontrant cet homme discret.

 

« … Je souhaite aux uns et aux autres de puiser, dans mes récits, l’espoir et le courage dont ils ont et auront besoin pour faire face à l’adversité… »

 

(Archives, D.D., Presse 1982).

 

Parce que j'étais de l'assistance

Jean-Paul Cergal

Né le 7 Mai 1905 à Vannes, Eugène Le Garrec est décédé le 15 Juin 1984 à Halluin ; il est inhumé au cimetière de la Ville.

 

 

LIENS :  L'Abbé Alphonse-Marie Coulon, le curé bâtisseur de la paroisse du Mont.

 

"Halluin La Rouge : 1919 - 1939" - Historique par l'Halluinois Dominique Vermander en 1978.

 

L'Halluinois Charles Dereu, médecin et poète. 

 

L'Halluinois Gustave Dassonville... le Barreau, la Politique et l'Ecriture. 

 

Les 50 Ans de l'Alouette III (1959 - 2009)... Récits et Souvenirs d'un Ancien Halluinois.    

 

Repost 0
Published by Brandodean - dans WEBLOGS
commenter cet article

Texte Libre

Depuis février 2007, ce site vous est offert gracieusement, il est le fruit d'un travail bénévole important de recherches, de rédaction et mise en page.

Alors n'hésitez-pas à laisser un message (cliquez sur ajouter un commentaire à la fin de chaque article), ou sur le Livre d'Or afin que je puisse connaître vos impressions sur les articles consultés et votre intérêt pour l'histoire locale ; ou si vous désirez apporter des rectifications, des précisions ou informations complémentaires.

Je souhaite à chacune et chacun d'entre vous, une excellente plongée dans le passé halluinois.

Vous pouvez me contacter aussi à l'adresse suivante :
daniel.delafosse@wanadoo.fr

 

Depuis plus de 4 ans, 1000 articles (+ Compléments d'informations) ont été présentés sur ce blog...

 

A compter du 4 Juillet 2011, ce lien ne sera plus consacré à la parution d'écrits et aux mises à jour.

 

Désormais, vous trouverez uniquement la publication de photos (archives personnelles), anciennes ou récentes, relatives à Halluin (Vos commentaires sont toujours les bienvenus !).

 

Vous pouvez continuer à me lire sur le site :   http://alarecherchedupasse-halluin.net/  

 

Merci à vous.  

  

Texte Libre


Afin de faciliter votre quête et pour plus de rapidité, utilisez les mots essentiels de votre demande
 dans le module "Recherche" ci-dessus...

Réponse à certaines interrogations…

 

Permettez-moi de préciser que ce blog est la réalisation d’un travail d’archives personnelles ou provenant d’articles publiés dans la presse (La Voix du Nord, Nord Eclair, La Vie Chez Nous etc...), revues et livres divers.

 

Créé à mon initiative, il était normal que ce blog contienne principalement les archives familiales, mais de suite, ne voulant pas me cantonner à cela, j’ai décidé de l’ouvrir à tous les thèmes qui étaient rattachés au passé halluinois et à son histoire.

 

Au fur et à mesure de son installation, j’ai intégré également des informations présentes, liées à la vie halluinoise en priorité ou d'ordre général, susceptibles d’intéresser le plus grand nombre de lecteurs ; en essayant d’être au plus près des évènements et en effectuant, si nécessaire, des mises à jour sur des documents déjà publiés.

 

En ce qui concerne l’Histoire d’Halluin, chacun comprendra que la parution d'un article n'est faisable uniquement pour des documents en ma possession… Mon seul but est d’informer le mieux possible en abordant tous les sujets sans aucune restriction !

 

Ce blog n’ayant aucun caractère officiel, j’invite simplement les personnes qui possèdent des documents sur l’histoire locale, d’ouvrir leur propre blog ou site… Et je serais ravi bien entendu de le consulter.

 

 Aussi, le mien est rédigé dans la mesure de mes possibilités de temps mais aussi d’envie…, et l’espoir, pour ma part, que ce véritable travail reste uniquement le plaisir de faire partager une passion !

 

Merci à vous.  (2008)   

Liens Sites Halluinois
  :
 
  
   
                 

Site officiel de la Ville d'Halluin 59250 :  ville-halluin.fr

"A la recherche du Passé d'Halluin
" (Photos) :
alarecherchedupasse-halluin.net/

 

brandodean.over-blog.org/article-la-politique-halluinoise-et-les-sites-et-blogs-sur-internet-50337926.html

 

Paroisse Notre-Dame de la Lys Halluin : nordnet.fr/ndlys
Les Amis de l"Orgue Halluin : orgue-halluin.123.fr

Propriété "Le Manoir aux loups" Mont d'Halluin : parcmanoirauxloups.com
Le Syndicat d'Initiative d'Halluin : .tourisme-halluin.fr

Ecole de Musique Halluin : ville-halluin.fr/culture.
La Lyre Halluinoiselyre-halluinoise.com

 

M.J.C.  M.P.T. Halluin : mjchalluin.free.fr
Canalblog : villehalluin.canalblog.com/archives

Cercle Généalogique Halluin Lys
:
perso.wanadoo.fr/genealys.halluin
Cinélys Halluin : cinelyshalluin.asso-web.com

 

Tennis Club Halluin : tennisclub.halluin.free.fr
Volley Club Michelet Halluin : volleyclubmichelethalluin.com
Vélo Club Halluin : levcuh.canalblog.com
Club de Musculation Halluin : halluinmusculation.com
Athlétisme Halluin : ahvl.com.fr
Judo - Ju-Jitsu : judohalluin.keogratuit.com
Triathlon Halluin  halluintriathlon.over-blog.fr

Badminton - Halluin http://www.asb.asso.fr

Livre D'or

Texte Libre

Musiques de Films :

deezer.com/fr/music/ennio-morricone 

deezer.com/fr/music/john-williams

deezer.com/fr/music/john-barry

deezer.com/fr/music/maurice-jarre

deezer.com/fr/music/vangelis

deezer.com/fr/music/georges-delerue

deezer.com/fr/music/michel-legrand

deezer.com/fr/music/eric-serra

deezer.com/fr/music/gabriel-yared


Musiques Groupes et Interprètes Divers :

deezer.com/fr/music/los-calchakis

deezer.com/fr/music/harvest-neil-young

deezer.com/fr/music/pink-floyd

deezer.com/fr/music/simon-and-garfunkel

deezer.com/fr/music/the-animals

deezer.com/fr/music/supertramp

deezer.com/fr/music/talk-talk

deezer.com/fr/music/jean-michel-jarre

deezer.com/fr/music/cat-stevens

deezer.com/fr/music/alan-stivell

deezer.com/fr/music/maxime-le-forestier

deezer.com/fr/music/graeme-allwright

deezer.com/fr/music/neil-diamond

deezer.com/fr/music/michel-jonasz

deezer.com/fr/music/léo-ferré

deezer.com/fr/music/james-blunt

deezer.com/fr/music/hugues-aufray

.deezer.com/fr/music/jean-ferrat

deezer.com/fr/music/dick-rivers

deezer.com/fr/music/marie-laforêt

deezer.com/fr/music/alain-chamfort

deezer.com/fr/music/the-cranberries

deezer.com/fr/music/richard-anthony

deezer.com/fr/music/david-bowie

deezer.com/fr/music/the-who

deezer.com/fr/music/queen

  

deezer.com/fr/music/david-guetta

 

deezer.com/fr/music/gipsy-kings

deezer.com/fr/music/les-négresses-vertes

deezer.com/fr/music/cali

deezer.com/fr/music/anaïs

deezer.com/fr/music/olivia-ruiz

deezer.com/fr/music/manu-chao

deezer.com/fr/music/bryan-adams

deezer.com/fr/music/chris-isaak

deezer.com/fr/music/bryan-ferry

 
Revues - Opérettes - Comédies Musicales :

deezer.com/fr/music/mistinguett

deezer.com/fr/music/marlene-dietrich

deezer.com/fr/music/josephine-baker

deezer.com/fr/music/line-renaud

deezer.com/fr/music/annie-cordy

deezer.com/fr/music/zizi-jeanmaire

deezer.com/fr/music/grace-jones

deezer.com/fr/music/amanda-lear

deezer.com/fr/music/maurice-chevalier

deezer.com/fr/music/jean-gabin

deezer.com/fr/music/fernandel

deezer.com/fr/music/bourvil

deezer.com/fr/music/yves-montand

deezer.com/fr/music/tino-rossi

deezer.com/fr/music/luis-mariano

deezer.com/fr/music/dario-moreno

deezer.com/fr/music/andré-dassary

deezer.com/fr/music/joselito

deezer.com/fr/music/comédies-musicales